Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

 

20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 10:32

Vendredi soir a eu lieu dans la petite sale du Noumatrouff à Mulhouse le concert du groupe Ange, étape haut-rhinoise de la tournée actuelle “Le tour de la question”.

L'affiche de la tournée avec dans l'ordre : Tristan, Thierry, Caroline, Benoît, Hassan et Christian.
Ange, c’est plus qu’un simple groupe, Ange, c’est un phénomène à part entière. Créé en 1970 à Belfort, ce groupe de rock progressif a traversé les années avec plus ou moins de succès mais avec toujours la même énergie créative.

Mais pour moi, Ange c’est quelque chose de très spécial. Comme un amour d’adolescent qui ne s’est jamais éteint et qui a grandi en même temps que moi. J’ai découvert le groupe belfortain en 1990 avec leur opéra-rock complètement déjanté Sève qui peut (certainement l’un de leurs albums les plus barrés) consacré au bicentenaire de la Révolution. Coup de foudre instantané. Depuis Ange ne m’a plus jamais quitté, et le tout premier concert auquel j’ai assisté a été celui de la tournée d’adieu du groupe. Du moins du groupe dans sa formation d’origine, avec tous les vieux briscards des années 70.

Mais comme se plaît à le dire Christian Décamps, le leader charismatique du groupe : « un Ange est éternel », et la nouvelle génération n’a pas tardé à prendre la relève. Dans les années 80 était né un groupe apparenté à Ange et pour cause : Christian Décamps et Fils, un petit groupe de jeunes articulés autour de Christian Décamps et composé entre autres du fiston de ce dernier, Tristan. C’est sur cette base que Ange s’est renouvelé avec du sang neuf et plein d’enthousiasme.

Christian Décamps, et s'il était un messie ?
Alors évidemment, du groupe mythique il ne reste plus que le leader d’origine, Christian Décamps. Mais les petits jeunes qui ont repris le flambeau ont su s’imposer avec talent et respect des anciens, et ont réussi le tour de force de conserver l’esprit de Ange tout en y injectant la fougue de leur jeunesse. Pour preuve deux de leurs albums, La Voiture à Eau en 1999 et ? (ce n’est pas une erreur de frappe, c’est le titre de l’album) en 2006 qui sont parmi les meilleurs albums du groupe toutes périodes confondues.

Et en concert, autant vous dire que Ange ne faillit pas à sa réputation.
Un concert de Ange c’est un spectacle dans tous les sens du terme. Pas seulement un tour de chant ou une suite de titres piochés dans leur immense répertoire. C’est évidemment de la musique et des chansons mais c’est bien plus encore. C’est du théâtre, c’est de la poésie, c’est de l’humour, du partage, des émotions. De l’énergie sonique en quantité illimitée.

Vendredi soir donc, Ange est passé à Mulhouse et y a mis le feu. Dans un concert de Ange on a de tout : des jeunes et des vieux, des anciens rockers au look décalé, des plus classiques aux crânes dégarnis et des moustachus aux cheveux longs, des enfants, des parents et des grands-parents, … mais tous ont un point commun : ils ont dans la tête un petit truc qui les relie les uns aux autres, l’esprit Ange…

Christian : un micro, une guitare et sa tunique blanche, nuff' said !
Que dire du concert en lui-même ? Comme chacun des concerts de Ange, ça a été une expérience géniale. Le groupe a habillement mélangé vieux tubes et morceaux récents tirés du dernier album. Les anciens ont eu le plaisir d’entendre des reprise de titres cultes comme Caricatures, Vu d’un Chien, Aujourd’hui c’est la Fête chez l’Apprenti Sorcier, Jour après Jour, Cap’taine Cœur de Miel et même un inattendu mais réjouissant Si j’étais le Messie. Sans parler de l’indéboulonnable et incontournable reprise de Ces Gens-là bien évidemment. Et parmi les nouveautés il y a eu de très belles interprétations de titres comme Ricochets, Histoires d’Outre-Rêve ou Jazouillis.

Et les prestations des uns et des autres ont été tout à fait à la hauteur. Bien sûr il y a Christian Décamps, le personnage central, le « père » entouré de ses enfants. Le bonhomme a un charisme énorme, et avec l’âge il a doucement pris des airs de patriarche décalé. Ses cheveux longs et sa barbe ont blanchi, mais son énergie reste celle d’un enfant survolté ! Égal à lui-même, Christian passe de la guitare sèche aux claviers, avec un petit détour par l’accordéon, et surtout il reste la pierre angulaire du groupe pour le chant. Sa voix semble prendre toujours plus d’ampleur, son timbre est plus affirmé que jamais, bref, il a 60 ans et il assure encore et toujours !

Christian et Caroline, complices de chant et de jeu.
À ses côtés au chant, il y a l’exceptionnelle Caroline Crozat. Sa très belle voix est un plus indéniable et elle apporte une touche de féminité, de sensibilité et de sensualité qui donne un relief et une profondeur supplémentaires aux chansons du groupe. Caroline use de sa voix littéralement comme d’un instrument, et sa prestation n’a rien à envier à celle de Christian bien qu’étant dans un tout autre registre.

Question chant, Tristan Décamps n’est pas en reste non plus. Alors que je n’appréciais que modérément son timbre de voix jusqu’ici, il a réellement pris une ampleur inédite et il m’a totalement scotché dans sa reprise en solo de Harmonie. Celui qui a pris la relève de son oncle Francis Décamps aux claviers s’est montré très à l’aise, et s’il n’a pas encore la présence énorme qu’avait Francis sur scène, Tristan en prend sans aucun doute possible le chemin.

Un autre qui éblouit la scène de son talent, c’est le génial Hassan Hajdi à la guitare électrique. Ce garçon là est vraiment brillant et assure ses solos comme personne. Et le tout avec une énergie impressionnante, il enchaîne riff sur riff tout en étant très mobile sur scène lors des passages les plus dynamiques. Là où le mythique Brézovar sublimait son génie par un visage imperturbable et une attitude toute en force tranquille, Hassan ajoute à son talent un sourire à toute épreuve et une vraie joie communicative de jouer. Hassan Hajdi est un très grand de la guitare électrique, sans l’ombre d’un doute.

Le groupe en scène : de l'énergie plein les oreilles.
Autre musicien de premier plan, bien que beaucoup plus en retenue que ses collègues, Thierry Sidhoum à la basse peut sans complexe rivaliser avec son illustre prédécesseur Daniel Haas. Aussi réservé l’un que l’autre, il affichent le même talent de bassiste, qui font d’eux des pièces discrètes mais maîtresses du groupe.

Enfin et pour finir, il y a Benoît Cazzulini le batteur, que je connais beaucoup moins et qui en tant que « petit dernier » de la formation est un peu plus en retrait que ses camarades. Là encore on est tenté de le comparer aux autres batteurs qui se sont succédés au sein du groupe, en particuliers aux deux plus charismatiques, Gérard Jelsch et Hervé Rouyer. Le premier avait une percussion étonnante et le second un dynamisme hors du commun. Benoît quant à lui est un juste milieu. S’il n’excelle peut-être pas, il allie avec finesse de belles qualités de puissance et d’habileté. Reste pour lui à s’affirmer pleinement et asseoir sa place dans le groupe, toujours est-il qu’il pourrait inscrire son nom au firmament d’Ange s’il parvient à gagner encore un peu en aisance. Au sein de telles fortes individualités il est certes facile de rester en retrait, mais le batteur aura tout à gagner en prenant un peu d’ampleur, ce dont je ne doute pas qu’il soit capable.

Vendredi soir donc, Ange nous a prouvé que les jeunes reprennent le flambeau avec brio. Christian Décamps peut être fier de son nouveau groupe, et les fans inconditionnels peuvent être rassurés : cet Ange-ci promet encore de longues et très belles années de musique.


Pochette du dernier album studio sorti en 2006 : ?Accroche du dernier album :
Il était une fois un point d’interrogation qui ne se posait jamais de question. Il vivait, tranquille, sa petite vie de ponctuation, finissant régulièrement en bout de ligne comme le font trop souvent les poissons… Un jour, le point d’interrogation tomba amoureux d’une réponse.
Alors l’espèce humaine entama son irréversible calvaire…
Y avait-il une réponse ? C’est là toute la question…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 12:35

Un an, voilà exactement un an que ce blog existe !
Que dire sur ces douze mois de présence sur la blogosphère ?…

D’abord que je m’y sens pas mal du tout. Certes, ma fréquence de mises à jour à un peu baissé par rapport aux premiers mois (je me suis rendu compte qu’un article par jour hors week-end, c’était un peu ambitieux, et surtout un rythme difficile à tenir sur la durée), mais je n’ai pas (encore) été emporté par la vague de l’ennui ou de perte d’intérêt qui gagne parfois certain(e)s. Mais ça ce n’est pas nouveau : déjà môme, je n’étais pas du genre à abandonner mes jouets une fois l’effet de nouveauté passé…

Bon, histoire d’être fidèle à mon esprit scientifique (et par la même occasion étoffer un peu cet article), voici un bref bilan chiffré de cette année écoulée.

Au total 145 articles, soit 1 article tous les 2.5 jours, finalement ce n’est pas un si mauvais rythme que ça !
Parmi ces 145 articles, il y en a eu 32 consacrés au cinéma (pourtant je ne pensais pas au départ que ce serait cette catégorie qui prendrait le dessus sur le reste), 21 à mes élucubrations en tous genre (comprenez par là des essais de réflexions sur tout et rien voire parfois pas grand-chose), 21 à des bêtises si insignifiantes qu’elles méritaient d’être dites (si, si), 16 à mes lectures de bandes-dessinées et autres comics (et pourtant les piles de BD qui traînent chez moi sont là pour me rappeler que j’aurais de quoi en faire beaucoup plus … flemmardise quand tu me tiens…), 15 à ces petits trucs insolites que j’aime tant (et qui souvent n’intéressent que moi par contre !!), 14 à des citations toutes plus illustres les unes que les autres (puisqu’elles ne sont pas de moi), 11 à la musique (bien que les quizz m’ont bien aidé sur ce coup là !), 7 à des gentilles contributions de gentils lecteurs (et trices) de ce blog, 6 à l’univers impitoyable du petit écran (et après ça qu’on ne me dise pas que je passe mon temps devant la télé !!), et enfin 2 ridicules et isolées notes consacrées à mes lectures-écritures (bouh, la honteuh !).

Bref, cette avalanche de chiffres, outre son pouvoir assommant sur vous chers lecteurs, prouve qui plus est que j’ai du travail à fournir si je veux équilibrer ces catégories…

D’autant que je vous annonce dès aujourd’hui que la deuxième saison de Moleskine-et-Moi (on est fan de séries télé ou on ne l’est pas hein !) en comportera très prochainement une toute nouvelle toute belle, que j’utiliserai pour mettre en avant des sites qui me plaisent. Non pas que j’imagine que mon blog soit un si puissant outil publicitaire que cela, mais au moins histoire de parler parfois d’autres choses que de moi !
Parce que je suis désolé de vous l’annoncer,mais vous mes lecteurs êtes une espèce en voie d’extinction si l’on s’en réfère uniquement à des critères scientifiques… En effet, vous êtes environ 36 visiteurs uniques en moyenne par jour, ce qui ne vous permettrait pas de vous reproduire suffisamment pour assurer la pérennité de votre espèce si on vous collait tous sur une île perdue. Et je n’entre même pas dans les détails pour différencier le nombre d’hommes et de femmes !!! :o)

Puisque j’en suis aux statistiques, vous serez heureux d’apprendre (en tout cas moi je le suis) qu’en un an vous avez été 13213 visiteurs uniques à surfer sur ces pages, et qu’un total de 42670 pages ont été lues (ou tout du moins vues, pour les plus ennuyeuses d’entre elles !!).

Tant que j’y suis, voici un palmarès (sans ordre précis) de mes articles les plus visités (rien à voir avec le nombre de commentaires d’ailleurs) :

Le Fer d’Or (merci les amoureux de repassage)
Les Quizz musicaux (merci les joueurs mélomanes)
Je crois donc je suis (merci mon Dieu)
Texas à Colmar (merci les fans de Sharleen)
De Capes et de Collants (merci les fétichistes de collants et fans de super-héros)
Immortel Chuck Norris (merci aux karatékas et amoureux de cinéma de qualité)
Saloperies (merci les gens)
D’hier à aujourd’hui (merci les nostalgiques et autres vieux de tous poils !)

Comble du bizarre, c’est au mois de septembre que j’ai eu mes meilleures statistiques et fait péter tous mes records d’audience, c’est à dire le mois où j’ai le moins produit d’articles !
De là à dire que moins je l’ouvre plus je plais, il n’y a qu’un pas, que je vous laisserai franchir vous-mêmes. ;o)

En tout cas, je profite de cet article pour remercier toutes celles et tous ceux qui passent régulièrement, épisodiquement ou même par erreur sur mon site. Un petit merci tout particulier pour les commentateurs (et tateuses), ça fait toujours plaisir de partager quelques mots, et ça fait moins « monologue ».

Bon, c’est pas tout ça, mais maintenant il va falloir s’atteler à la deuxième saison !

To be continued…

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 17:21

Il y a quelques articles de cela je vous parlais de la compétition du Fer d’Or, autrement dit le premier championnat de France de repassage.
L’événement marketing organisé par Philips s’était composé d’éliminatoires dans différentes villes de province, et la grande finale a eu lieu le 29 novembre à Paris, bénéficiant même d’un beau reportage au JT de 13h00 de TF1 (on n’en attendait pas moins de ce bon Jean-Pierre Pernaut).

Contre toute attente c’est un jeune homme, repasseur amateur qui plus est, qui a remporté la compétition face à une marseillaise issue de la profession puisqu’elle exerce son art dans un pressing de la cité phocéenne. L’épreuve finale consistait à repasser le plus vite possible une chemise, le tout sous les commentaires avisés et enflammés de deux professionnels de la glisse : Nelson Montfort et Philippe Candeloro en personne !

La finaliste perdante aura au moins la consolation de détenir le temps record de la compétition pour un repassage de chemise : 1 minute et 30 secondes. Malheureusement pour elle, elle a réussi ce temps en phase éliminatoire et non en finale, ce qui a permis au jeune homme de remporter le titre tant convoité, profitant d’un instant de relâchement et de déconcentration de la professionnelle au moment fatidique.

Voilà, j’ai pensé que les résultats de cet événement sportif inédit vous intéresseraient. Mais j’en suis moins sûr tout à coup…

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 15:07

 Woody Allen avait pris tout le monde de court l’an dernier avec son long métrage précédent, Match Point, un film d’une dureté qui tranchait net avec le registre dans lequel on avait l’habitude de le voir œuvrer. L’humour y était totalement absent, et la destinée de ses héros était tragique au point qu’on se demandait s’il s’agissait bien d’un film de Woody Allen ou celui d’un quelconque homonyme. Bref, le père Allen avait fait d’une pierre deux coups : il avait réalisé un film de genre parfaitement maîtrisé tout en prouvant qu’il était tout à fait capable de changer d’univers de création.

Pour son second film londonien, Woody Allen opte pour un retour à la comédie, comédie policière qui plus est, et ne résiste d’ailleurs pas à l’envie de se réserver un rôle des plus cocasses. Tombé sous le charme de la belle Scarlett Johansson (et on le comprendra volontiers), il lui offre cette fois-ci le rôle d’une jeune apprentie journaliste un peu écervelée qui se voit embarquée dans une sombre histoire de tueur en série. En effet, la jeune Sondra Pransky (Scarlett Johansson donc, parfait mélange de beauté et de naïveté) se rendant à un spectacle de magie donné par le fabuleux prestidigitateur Strombini (Woody Allen, magicien aussi hilarant que bavard) va être contactée au cours d’un tour de magie par le fantôme de Joe Strumble (Ian McShane, à cent lieues de Deadwood), grand reporter mort avant d’avoir pu dévoiler un scoop de premier ordre. Le macchabée charge la jeune fille d’enquêter et de révéler la vérité sur le fameux tueur en série appelé par la presse « le tueur au Tarot », qui serait en vérité Peter Lyman (Hugh Jackman, bien à l’aise dans son rôle et au jeu très sobre), un jeune premier issu de l’aristocratie anglaise et promis à un bel avenir politique.

Sondra et Peter se rencontrent
Le décor est  planté, et le duo Sondra / Strombini se faisant passer pour une fille et son père de la haute société américaine, va s’ingénier à confondre Peter Lyman dans le rôle de l’assassin. Mais c’est sans compter sur le charme et le pouvoir de séduction du gentleman, qui aura tôt fait de brouiller les pistes et faire naître le doute dans les esprits.

L’enquête des deux apprentis reporters va être émaillée de rebondissements et de quiproquos drôlatiques. Si Allen se réserve certainement le meilleur rôle d’un point de vue comique, ses acolytes ne déméritent pas et tout particulièrement le couple vedette Johansson / Jackman dont la justesse de jeu leur permet de créer une belle alchimie et d’incarner des personnages crédibles et attachants, en un mot : réussis.

Strombini joue le chaperon pour Sondra et Peter, avec un certain tact...
Bien que l’aspect « enquête » du film soit tout à fait bien mené et tienne relativement bien la route, c’est malgré tout le côté comédie qui l’emporte sur le côté policier, sans pour autant que ce léger déséquilibre ne soit néfaste au film dans son ensemble.

L’intrigue n’est pas renversante et finalement que l’on se doute ou non de là où Woody Allen veut nous emmener, ce n’est pas le plus important dans le cas présent. Ce qui prime avant tout c’est la façon dont il le fait, et il faut bien avouer que sur la forme, le réalisateur maîtrise son sujet et prouve qu’il sait encore mener sa barque avec brio. Entre répliques bien senties, fausses pistes, rebondissements et humour décalé, il offre aux spectateurs 1h30 de film agréable, sans temps mort et drôle. Non seulement c’est déjà bien en soi, mais cela faisait quelques temps que Woody Allen n’avait pas produit une comédie aussi fraîche et réussie.

À conseiller donc. Et en prime, une des répliques du grand Strombini qui m’a bien fait rire : « j’ai laissé tomber le judaïsme, je me suis mis au narcissisme ».


L'affiche française du film, plutôt réussie. 

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 15:03

En politique c’est bien connu et Frank Dux n’aurait pas dit mieux : tous les coups sont permis. Souvent je m’amuse ou m’agace (c’est selon les jours, la gravité des faits et ma mauvaise humeur) des petits travers rapportés ci et là et qui font du monde politique cet univers impitoyable où JR Ewing en personne passerait pour un enfant de chœur.
Entre les retournements de veste, les mensonges éhontés, les concours de mauvaise foi, les tentatives de récupérations politiques opportunistes au possible (il n’y a qu’à voir en ce moment comment de Fabius à De Villiers tous les candidats à la présidentielle se sentent soudainement proches d’un Nicolas Hulot qui a le vent en poupe), les trahisons de dernière minute et le populisme le plus primaire, nos amis les hommes et femmes politiques appliquent à la lettre la règle qui veut que seuls les plus forts et les plus roublards survivent.

Mais cette semaine la palme de la manipulation et des coups bas revient sans conteste aux statèges Républicains américains qui ont jeté toutes leurs forces dans la bataille de la campagne électorale pour le renouvellement de la Chambre des Représentants et du Sénat outre-atlantique. Alors que le gouvernement Bush perd sans cesse en popularité, la quasi totalité des observateurs s’accordaient à dire avant même les élections du 7 novembre (et les résultats leur ont visiblement donné raison) que les Démocrates allaient triompher et remporter haut la main la majorité des suffrages et de ce fait faire basculer le Congrès jusqu’alors dans la poche de ce bon George Walker.
Mais les Républicains habitués aux remontées de dernières minutes dans les sondages (souvenez-vous la précédente présidentielle) n’ont pas lâché le morceau, et c’est de bonne guerre me direz-vous. Et dans cette optique toutes les façons de gagner des voix étaient bonnes à prendre. Jugez plutôt…

Au cours des derniers jours avant les élections, certains bureaux de soutien aux candidats Républicains ont mis en place une stratégie inédite. Ils ont lancé des campagnes téléphoniques de promotion des candidats Démocrates ! En temps normal cela consiste à démarcher par téléphone les gens chez eux et leur vanter les mérites d’un candidat pour inciter les derniers indécis à voter pour celui-ci. Ça n’existe pas encore par chez nous, mais c’est finalement très semblable à ces coups de fil commerciaux qui viennent très opportunément vous déranger en plein pendant votre épisode de Prison Break pour vous vendre une cuisine Mobalpa, des fenêtres double-vitrage ou un superbe-portable-dernier-cri-à-250-euros-que-vous-venez-de-gagner-cela-vous-fait-il-plaisir (accompagné ça va sans dire d’un abonnement téléphonique pour trois ans non résiliables et hors de prix).

Mais je digresse… ils ont donc lancé des campagnes téléphoniques pour leurs adversaires disais-je… mais en pleine nuit ! À 3 heures du matin votre téléphone sonne et une voix pré-enregistrée scande le nom du candidat Démocrate à vos oreilles ! et vous pouvez bien raccrocher, vous serez rappelé une demi-douzaine de fois dans la nuit histoire de bien vous faire enrager. Objectif : vous faire haïr ce nom avec lequel on vous harcèle en pleine nuit alors que vous ne demandez qu’à dormir du sommeil du juste. Et logiquement vous devriez en représailles voter pour le gentil candidat Républicain qui ne vous empêche pas de dormir lui au moins ! Diabolique non ?

Enfin, disons qu’en théorie oui, c’est astucieux, mais dans les faits je ne suis pas sûr que ce fut très efficace. De nos jours, en pleine ère de la communication omniprésente et de l’information reine, ce genre de chose ne passe pas inaperçu, et finalement il y a fort à parier que la manipulation a été découverte et divulguée avant le jour fatidique des élections et a dû avoir des effets secondaires inverses aux attentes des fins stratèges conservateurs.
Alors… arroseurs-arrosés ?

 

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 11:07

Aujourd’hui est un grand jour !
L’ami Ouf-Ouf et George W. Bush en personne se joignent à moi pour souhaiter à NoNo un Happy NoNo’s Day !


 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 10:41

Lors du dernier quizz musical que je vous ai proposé ici, certains scores m’ont conforté dans l’idée que j’avais fait un peu trop facile étant donné la culture musicale étendue de certain(e)s participant(e)s…
Pour cette nouvelle session j’ai donc décidé d’augmenter la difficulté en mélangeant dans ma sélection quelques « classiques » avec des artistes moins grand public, ou qui n’ont eu qu’un succès ponctuel il y a de cela quelques temps déjà…

Mais attention, je ne me suis pas amusé à vous dégotter les titres les plus introuvables de derrière les fagots histoire de corser l’affaire, non non non ce serait bien mal me connaître…
Comme à chaque quizz je pioche les idées de chansons dans ma discothèque perso. Je pars du principe qu’en tant que simple amateur de musique, si j’ai ces titres chez moi en cd, en vinyles ou en mp3, n’importe qui peut les connaître aussi…
Les plus attentifs remarqueront au passage que je suis non seulement assez éclectique dans mes choix musicaux, mais aussi que je ne fais pas toujours preuve du meilleur goût ! :o)

Je reviens rapidement sur les règles : je vous donne 20 artistes et 20 titres de chansons, à vous de faire le lien « qui chante quoi » dans les commentaires. Comme d’habitude, ce sera plus intéressant si vous ne vous aidez pas de google ou autres moteurs de recherche mais uniquement de votre mémoire…

Voici les 20 interprètes :

 Jacques Brel, Marc Lavoine, Gérard Blanchard, Canada, François Feldman, Yannick Noah, Phil Barney, Philippe Swan, Renaud, Philippe Katerine, Rãga, Les Infidèles, Jean Schultheis, Pierre Perret, Zap Shaker, Gold, France Gall & Michel Berger, Claude Nougaro, Peter Kitsch, Pow Wow.

Et voici les 20 titres à leur associer :

 Plus près des Étoiles, La Voix des Sages, Rebelle, Le Chat, Je vous emmerde, Lily, Il faut tourner la page, C’est ça la France, Je l’aime quand même, Laissez passer les Rêves, Le Serpent qui danse, ABC pour Casser, Confidence pour Confidence, La Chanson de Jacky, Dans mon HLM, Panique au Dancing, Elle voulait revoir sa Normandie, Tell’ment je pense à toi, Le Loup s’endort, Dans ma Rue.


Voilà, j’attends de pied ferme vos réponses !!

 

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 16:18

Vous connaissez Chuck Norris ?

Chuck, mode poilu On
Chuck Norris (de son vrai nom Carlos Ray Norris) est un karatéka américain (6 fois champion du monde tout de même) né en 1940 (il faut lui accorder qu’il ne fait pas son âge) qui a fait carrière dans le cinéma. Si les fanas de kung-fu des années 70 se rappellent de lui dans Opération Dragon et La Fureur du Dragon aux côtés de Bruce Lee, on peut également citer des films comme Portés Disparus, Delta Force ou encore Invasion USA, quelques fleurons parmi les nanars bourrins qui surfaient sur la mode Rambo au cours des eighties.

Chuck a démarré au cinéma avec le maître du kung-fu : Bruce Lee en personne.
Et pour les moins portés sur les films de bastons, vous avez au moins dû le voir un dimanche ou l’autre dans la série qui a fait de lui l’icône de la justice texane (bien avant un autre funeste Walker bien plus dangereux celui-là) de 1992 à 2001 (soit pendant 202 épisodes et 9 saisons quand même !) : Walker, Texas Ranger. Soit dit en passant, cette série a été récompensée en tant que « Best Christian Programming of the Year » en 1998…

Saint Chuck distribue la bonne parole cathodique
Son jeu monolithique et son obsession de la Justice et de l’Ordre dans tous ses films ont fait de lui un acteur culte pour tout amateur de série B. Et un peu de la même façon que Jean-Claude Van Damme en France il est devenu celui dont on aime bien se moquer au travers des plaisanteries soulignant son côté mégalo et bourrin. S’il n’a pas le talent philosophicomique de son confrère belge, il n’en reste pas moins l’objet d’une multitude de blagues outre-atlantique dont je vous ai concocté un petit best-of…


- Les larmes de Chuck Norris guérissent du cancer. Malheureusement il n'a jamais pleuré...jamais...

- Chuck Norris a attaqué la chaîne NBC : selon lui la série Law an Order aurait plagié les deux noms qu'il donne à ses jambes gauche et droite.

- Chuck Norris a un huitième de sang Cherokee... cela n'a rien à voir avec ses ancêtres, c'est juste parce qu’un jour il a mangé un de ces indiens.

- La grande muraille de Chine a été originellement conçue pour maintenir Chuck Norris en dehors du pays... Ce fut un misérable échec...

- Chuck Norris n'est pas monté comme un cheval... ce sont les chevaux qui sont montés comme Chuck Norris.

- Le jour ou Chuck Norris couchera avec un homme, ce ne sera pas parce qu'il est gay, mais parce qu'il aura fait le tour de toutes les femmes.

- Chuck Norris sait diviser par zéro...

- À la fin de sa vie, Casanova a avoué avoir couché avec plus de 20 000 femmes, en entendant cela Chuck Norris a soupiré : « bof, un mauvais mardi quoi… »

- Pour certains hommes le testicule gauche est plus large que le testicule droit, chez Chuck Norris, chaque testicule est plus large que l'autre...

- Chuck Norris a un jour eu la meilleure main de tous les temps au poker. Il a gagné en 1983 le tournoi des World Series de Poker en ayant en main un joker, une carte de sortie de prison de Monopoly, un 2 de trèfle, un 7 de carreau et un 4 de UNO...

- Chuck Norris a un jour avalé un paquet entier de somnifères... il a cligné des yeux.

- Certaines personnes portent des pyjamas Superman... Superman porte un pyjama Chuck Norris.

- Quand Dieu a dit « que la lumière soit » Chuck Norris a répondu « on dit s'il te plaît ».

- Dans un récent sondage on a découvert que 94% des femmes avaient perdu leur virginité avec Chuck Norris. Les 6% restant étaient étonnement grosses ou moches.

- Chuck Norris est le seul mammifère à posséder un pouce opposable à son pénis...

Et mes deux préférés :

- Chuck Norris peut gagner une partie de puissance 4 en seulement trois coups...

- Chuck Norris a compté jusqu'à l'infini. Deux fois...


Bref, vous l’aurez compris, aux States il incarne à tort ou à raison l’image du musclé de base à l’esprit aussi étroit que son ego est surdimensionné.

Chuck : un visage qui respire la joie et la bonne humeur !
Mais le père Chuck s’en tamponne pas mal le coquillard, car sous ses airs de benêts le gugusse est surtout et avant tout un homme d’affaire accompli. Quand on parle des plus gros cachets d’Hollywood, on pense instantanément à des acteurs tels que Tom Cruise et son sourire ultra-brite, Arnold Schwarzenegger du temps de sa splendeur ou Bruce Willis qui cachetonne dans un énième Die Hard. Bref, des types capables de palper 20 millions de dollars par film…

Et bien figurez-vous qu’à la fin des années 90, à la grande époque où Walker, Texas Ranger était diffusé simultanément sur 56 chaînes différentes rien qu’aux USA (on ne parle même pas des autres pays), c’était bien lui, Chuck Norris, le barbu sexagénaire aussi expressif qu’un bulot pas frais, qui était l’artiste le mieux payé du tout Hollywood. Le gars qui avait pris la précaution d’être non seulement l’acteur principal mais aussi le co-scénariste et le co-réalisateur de sa série s’est empoché jusqu’à 375 millions de dollars par an !

Chuck vise toujours juste, et il sait compter surtout...
À ce tarif là on peut bien se foutre un peu de ma gueule aussi…


Allez, pour finir, quelques goodies estampillées Chuck Norris !

La figurine vintage Chuck Norris :

Dédicace spéciale Rico, master of figurines
Le comic Chuck Norris :

Imbattable Chuck Norris, si le look a du mal à suivre sur papier, les coups de tatane pleuvent comme en live !
Le jeu vidéo Chuck Norris :

T'as le look coco !
La cassette vidéo de leçons de self-défense Chuck Norris :

Et dire qu'il y en a qui préfère les cassettes de stretching de Jane Fonda ou Cindy Crawford...
Le jean spécial karaté Chuck Norris :

Le top de la classe : le jean spécialement prévu pour des high-kicks et autres grands-écarts que JCVD lui-même ne renierait pas !!
Et enfin, le chat de Chuck Norris :


Trente Millions d'Amis version Chuck Norris !!! 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 17:18

Film d’anticipation plus que de science-fiction, l’action des Fils de l’Homme se situe en 2027 en Grande-Bretagne. L’humanité vit des heures sombres… Pour une raison inconnue, les femmes du monde entier sont devenues infertiles, la dernière naissance remonte à 2009 et le pessimisme le plus noir s’est abattu sur toute la planète. Certains y voient une punition divine, d’autres les conséquences néfastes de la pollution et de la sur-exploitation des ressources naturelles. Parallèlement à cette chute de la natalité, les inégalités se sont encore accentuées, et la Grande-Bretagne, dernier pays considéré comme riche, est devenue l’ultime destination des réfugiés du monde entier. Parmi les immigrants on compte autant de français et d’allemands que d’africains, de roumains ou de pakistanais… Le gouvernement britannique est devenu ultra-nationaliste et policier, les réfugiés sont parqués (dans le meilleur des cas) à l’intérieur de camps sordides et sont traités sans le moindre ménagement par des militaires violents. Cependant, parmi les citoyens anglais une résistance s’est formée pour renverser cet ordre répressif, mais cette rébellion opère clandestinement et fait plus figure d’organisation para-militaire et terroriste qu’autre chose…

Théo (Clive Owen), un homme qui n'a rien demandé va vite être dépassé par les événements...
C’est dans ce contexte difficile que Théo (Clive Owen, remarquable), citoyen anglais sans histoire et blasé, va être contacté par son ancienne épouse Julian (Julianne Moore) qui n’est autre que le leader d’une faction de la rébellion. Elle lui demande de l’aider à faire traverser le pays une jeune femme du prénom de Kee (Claire-Hope Ashitey), réfugiée de son état et… enceinte ! Le but de Julian étant de la faire monter à bord d’un bateau, le Tomorrow, qui appartient à une organisation à la renommée légendaire, « Le Renouveau Planétaire », afin qu’elle puisse rebâtir avec quelques uns un nouveau monde quelque part, ailleurs… Mais les choses ne sont pas aussi simples et nettes qu’il n’y paraît, et Théo va rapidement se retrouver seul à avoir la charge de Kee, sans personne sur qui compter si ce n’est son fidèle ami Jasper (Michael Caine, excellent dans un rôle halluciné et hallucinant), avec pour ainsi dire le monde entier à leurs trousses…

Jasper (Michael Caine), ou quand rester joyeux tient plus de la folie que de l'optimisme.
Le film de Alfonso Cuaron se permet de mêler un récit d’anticipation à de la politique-fiction et du road-movie, le tout dans une réalisation proche du documentaire, aux images sales et à l’ambiance aussi lourde qu’ultra-réaliste. À ce titre le film joue sur plusieurs aspects, et s’il ne va jamais vraiment au bout de ses différentes facettes, fonctionne toutefois sur chacun des plans. Quand le film montre ce monde triste et violent, des réfugiés désespérés et des gens sans avenir, on est touché au cœur, et on ne peut s’empêcher de faire le lien avec ce qui existe déjà aujourd’hui, bien que de façon moins généralisée. Quand Cuaron nous plonge dans une traque haletante au milieu d’un véritable champ de bataille opposant les rebelles à l’armée, on est pris dans l’action, les balles volent bas et sifflent à nos oreilles. Quand le film laisse s’exprimer les émotions des personnages qui vont de drame en drame, on souffre avec eux, quand le réalisateur laisse percer quelques touches d’humour au milieu de ce monde si tragique on sourit avec eux… Et tout au long du film on est placé au même niveau que les personnages, en proie aux inquiétudes et aux doutes : à qui faire confiance ? le Tomorrow existe-t-il vraiment ? et sera-t-il au rendez-vous ?…

Théo et Julian (Julianne Moore), des retrouvailles compliquées...
Après Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban et grâce aux Fils de l’Homme, Alfonso Cuaron assoit sa réputation à Hollywood, en prouvant qu’il sait jouer sur plusieurs tableaux et que ses talents de réalisateur lui permettent de toucher à différents types de récits. Son film fait un habile mélange entre scènes d’action réussies et personnages joliment mis en valeur (le casting haut de gamme tenant toutes ses promesses du reste) dans une intrigue générale prenante et bien menée. Si on peut reprocher au film de ne pas vraiment choisir définitivement son statut (road-movie pur ou film d’anticipation à considérations plus larges), je trouve pour ma part que ces aller-retour d’un genre à l’autre rendent justement le film plus intéressant que s’il ne se contentait d’emprunter une seule voie toute tracée.

Un film très intéressant sur bien des points donc, et qui a pour lui l’avantage de débarquer sans être vraiment attendu, ce qui fait de lui une agréable surprise (et il n’y en a pas eu tant que ça ces dernières années dans le domaine de l’anticipation).


L'affiche française du film, un peu trop classique à mon goût. 

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 09:44

Voilà un bon moment que je n’ai plus parlé de bande-dessinée ici ! Ce blog commence à fortement pencher du côté cinéma, je vais donc essayer de rétablir quelque peu l’équilibre…

Aujourd’hui place à l’une des œuvres phares de Frank Miller : 300.


Dans le monde des comics, Frank Miller est un auteur reconnu et complet, il illustre aussi bien qu’il scénarise, ou peut-être est-ce l’inverse. L’homme a roulé sa bosse dans l’univers des super-héros, et ceci dans les deux grandes écuries que sont Marvel et DC. Le relaunch complet d’un Daredevil aux ventes alors moribondes a été son premier succès. Il est à l’origine de plusieurs nouveaux personnages dont le plus connu est sans doute Elektra. Puis il a revisité par deux fois Batman en personne, pour accoucher d’un sublime Batman : Dark Knight Returns où il était à la fois au stylo et aux pinceaux, et du non moins réussi Batman : Year One où il scénarisait les débuts du héros de Gotham mis en image par David Mazzucchelli.
Laissant pour un temps les super-héros de côté, Miller s’est alors investi dans des projets plus personnels, dont le sublime Sin City, polar urbain ultime, et 300, un récit mêlant faits historiques et légende au temps de la Grèce Antique.

Après le Noir & Blanc somptueux de Sin City, Miller revient à la couleur pour mettre en image l’histoire de la bataille des Thermopyles. 300 raconte comment en 480 avant J.-C., le roi des spartiates Léonidas à la tête de 300 valeureux guerriers, va seul tenir tête à l’invasion de l’armée perse forte de milliers d’hommes. Les spartiates qui ont la réputation d’être les guerriers les plus farouches du monde vont devoir défendre le passage des Thermopyles, par lequel le roi Xerxès 1er compte passer pour envahir et annexer la Grèce toute entière. La légende veut que l’héroïque résistance des hommes de Léonidas va non seulement conduire toutes les cités grecques à s’unir contre les perses, mais bien plus encore, devenir l’élément fondateur ni plus ni moins de la démocratie occidentale.

Le combat fait rage : vue du champ de bataille à travers les yeux d'un spartiate.
Bien sûr d’un point de vue purement historique, Miller se permet des libertés scénaristiques, mais dans l’ensemble il reste exact dans les grands faits. Il présente les spartiates comme de purs guerriers, nés et élevés pour se battre, à la science de la guerre extrêmement développée, à la discipline de fer et totalement hermétiques à la moindre idée de capitulation. L’honneur est leur motivation principale, mue en grande partie par l’orgueil d’un peuple spartiate qui se considère comme supérieur à toutes les autres citées grecques et s’érige dès lors comme le seul modèle à suivre.

Entre cruauté et grandeur d’âme, le roi Léonidas est l’exemple ultime de l’héroïsme et du sacrifice. Loin de l’humanisme qui caractérise la notion de héros de nos jours, il est avant tout un roi conquérant et implacable, qui pour vaincre utilise indistinctement la violence la plus brutale, la tactique militaire en fin stratège, la cruauté extrême et surtout la peur qu’il installe dans le cœur de ses ennemis afin de les affaiblir. Miller souligne habilement et sans forcer le trait qu’entre Xerxès et Léonidas qui se veulent tous les deux civilisés (dans le sens antique du terme), le plus barbare des deux n’est pas forcément toujours celui que l’on croit.

Le roi Léonidas : force et honneur avant toute chose.
Graphiquement, Frank Miller parvient avec brio à se distancier de son style si particulier qu’il a développé pour sa série Sin City. S’il en garde la force brute et un visuel percutant, il y ajoute en même temps que la couleur un souffle épique qui va à merveille à l’histoire qu’il développe. Impression renforcée par le choix d’un format à l’italienne du plus bel effet qui augmente encore l’aspect spectaculaire des batailles enragées qu’il met en images. Si ce n’est qu’on pourrait lui reprocher un rangement difficile dans une bibliothèque du fait de son format, cette BD est l’adéquation quasi-parfaite entre le fond et la forme.

Les spartiates ne reculent jamais, même à 300 contre des milliers...
Vraiment, avec 300, Frank Miller signe une de ses œuvres maîtresses, et je ne peux que vivement conseiller la lecture de ce comic. Et pour les plus hermétiques à la lecture ou pour ceux qui n’arriveraient pas à mettre la main sur cet album des éditions Rackham, je vous annonce que le tournage de l’adaptation au cinéma a débuté il y a peu et que les premiers extraits sont tout simplement fabuleux.


La couverture de l'édition française chez Rackham 

 

Partager cet article
Repost0