Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

 

14 août 2007 2 14 /08 /août /2007 18:29
Comme je viens de voir Les 4 Fantastiques et le Surfeur d’Argent il y a quelques jours, je vais vous parler de Zodiac. Et puis c’est tout (© et ® Philippe Lucas).

Un nouveau film de David Fincher est toujours un petit événement en soi. L’auteur prodige du fameux Se7en, l’homme qui a réussi à rendre Michael Douglas intéressant dans le très efficace The Game, et qui a donné à Edward Norton et Brad Pitt leur heure de gloire avec l’excellent et controversé Fight Club avait pourtant commis un léger faux-pas lors de son dernier métrage, Panic Room avec Jodie Foster et Forrest Whitacker. Non pas que le film fut mauvais, mais il était sans conteste très en-deçà de ces longs métrages précédents. Tout au plus Fincher y avait-il montré sa dextérité caméra à la main, son amour des images léchées, des plans impressionnants et des mouvements de caméra fun et esthétisants, mais il manquait au film une véritable implication de son réalisateur, au-delà de la pure démonstration technique.

Autant dire que son nouveau film était attendu au tournant. Fincher allait-il redresser la barre ou sombrer dans la facilité et le tape à l’oeil ?
L’attente générée par Zodiac était d’autant plus fiévreuse que le réalisateur revenait au genre qui a fait sa renommée aux yeux du grand public avec Se7en : le film de tueur en série.
Mais cette fois David Fincher s’est attaqué à un personnage réel, le tristement célèbre tueur du Zodiac qui a sévit en Californie dans la région de San Francisco entre 1966 et 1978, et dont l’identité reste aujourd’hui encore mystérieuse. Pour ce faire, Fincher a abordé l’histoire sous trois angles d’approche différents, à travers trois personnages principaux qui ont eu un grand rôle dans l’affaire.

Robert Graysmith et David Toschi enquêtent sur la même chose, mais ne partagent pas la même vision
C’est Robert Graysmith (interprété par Jake Gyllenhaal qui continue de collectionner des rôles à la fois intéressants et diversifiés), dessinateur employé au San Francisco Chronicle, le journal dont le tueur se sert pour faire passer ses messages au public et à la police, qui fait office de personnage central. C’est d’ailleurs sur les deux livres qu’a écrit Graysmith au sujet de cette affaire que Fincher s’est principalement appuyé pour écrire le scripte de son film. Graysmith, passionné dès le début par l’affaire, entre autre pour l’aspect graphique du mystère des messages codés envoyés par le tueur, va mener des années durant une enquête parallèle à celle des autorités et explorer et éclaircir des pistes intéressantes.
Autre protagoniste central, l’inspecteur David Toschi (interprété par un Mark Ruffalo très en vogue en ce moment) est le policier en charge de l’affaire pendant plusieurs années avant de se faire dépasser par les événements et de jeter l’éponge, brisé. Passionné lui aussi, il croit à plusieurs reprises tenir des pistes solides mais se casse les dents à chaque fois sur des incohérences troublantes.
Enfin il y a Paul Avery (interprété par le décidément incontournable et excellent Robert Downey Jr), journaliste vedette du San Francisco Chronicle, spécialisé dans les affaires criminelles et qui va lui aussi buter contre le mystère du Zodiac et y laisser en partie sa santé…

Les enquêteurs de la police pensent enfin tenir leur homme... le Zodiac est-il démasqué ?
Que dire du film ?
Eh bien tout d’abord qu’il est dense. Il dure plus de 2h30 et est un condensé d’informations, un suivi minutieux d’une enquête sans fin, et fait la part belle aux protagonistes et à leurs états d’âmes. À l’opposé de Panic Room, on ne pourra pas reprocher à Fincher un manque d’implication dans le film, c’est même par l’excès inverse qu’il pêche serais-je tenté de dire. En effet, l’affaire est si complexe, et l’unité de temps si diluée (on prête au Zodiac entre 37 et 200 meurtres en 12 ans, l’enquête quant à elle se poursuivra encore bien plus longtemps après les faits) que dans son souci d’exhaustivité et de précision le réalisateur englue quelque peu son film dans les méandres de l’affaire. Malgré quelques effets réussis (les meurtres, ou encore la vue aérienne d’un véhicule circulant dans les rues de San Francisco), la maestria de Fincher ne suffit pas à garder le spectateur dans un état d’implication suffisant pour ne pas trouver le film à un moment ou un autre long.
Les acteurs non plus ne sont pas en cause d’ailleurs. Ils paraissent visiblement très impliqués dans leurs rôles respectifs, et chacun d’entre eux s’en sort parfaitement par des interprétations impeccables.
Un autre point décevant réside dans le fait que l’affaire reste et restera non-élucidée. Inévitablement on ressort du film avec une petite déception (entendons-nous bien, il s’agit de faits réels et historiques, il est évident que Fincher n’allait pas nous proposer une conclusion sous forme de résolution de l’énigme), et on ne peut s’empêcher de penser à quelque chose comme « tout ça pour ça » en constatant qu’une enquête aussi dense se termine sur autant d’inconnues. David Fincher aura probablement voulu parer à ce sentiment en appuyant un peu plus la thèse sous-jacente de Graysmith sur l’identité du tueur, mais tout cela reste au conditionnel et ne verra certainement aucune réponse définitive depuis la mort du suspect principal.

Paul Avery écrit pour la vérité, et pour la gloire...
Alors cela étant, faut-il conseiller la vision de Zodiac ?
Étant donné que j’écris ceci bien après la sortie en salles du film, je pense que le film mérite d’être vu en location au gré d’une soirée dvd. Car je dois bien avouer, malgré tout le bien que je pense et du réalisateur et des acteurs, que le film est intéressant sans être passionnant, et qu’il ne donne pas forcément l’envie d’être vu plus d’une fois. Il est très intéressant d’un point de vue purement factuel, pour l’exposé précis des faits et le suivi minutieux de l’enquête. Mais l’histoire reste touffue et complexe, et donne cette impression d’inachevé dont je parlais plus haut.

Et pour ce qui concerne la réalisation, là où Fincher avait été accusé d’en faire trop sur Panic Room et de privilégier la forme sur le fond, ici c’est exactement l’inverse qui se produit. Zodiac est certainement le film de David Fincher pour lequel il s’efface le plus derrière la caméra et où sa « patte » se fait le moins sentir. Si le thème le nécessitait peut-être, pour ma part j’ai quelques regrets de n’avoir pas retrouvé un peu plus au cours du métrage le talent si spécial du réalisateur fascinant qu’il est.

À vous donc, de voir ce que Zodiac vous inspirera.

L'affiche du film, inspirée des messages codés du tueur
Partager cet article
Repost0
7 août 2007 2 07 /08 /août /2007 14:49

 Christian Godard et moi ça remonte à quelques années déjà… Imaginez un temps où lorsque vous arriviez à votre vingtième anniversaire se profilait la douce perspective du service militaire obligatoire… vous voyez que je ne mentais pas, ça remonte à loin, aujourd’hui on a presque oublié que ça a pu exister.

Christian Godard
En 1995 donc, après avoir passé un mois délicieux de classes à Toul (dont le vin local, le gris de Toul était franchement imbuvable à l’époque), où j’ai appris avec bonheur à marcher au pas tout en balançant les bras comme mes petits copains, où j’ai appris à chanter d’une voix grave et hachée des chants de gros durs, où j’ai appris à briquer comme si ma vie en dépendait l’arrière de radiateurs où viennent toujours se loger quelques maudits moutons de poussière, où j’ai pu mettre à contribution mon amour de la géométrie dans la confection de lits au carré parfaits, où j’ai été obligé de me raser chaque matin avec application alors que j’étais déjà persuadé à l’époque que ça ne servait à rien puisque ça repoussait dès le lendemain, où j’ai appris qu’il y a peu de choses au monde plus bêtes et pathétiques qu’une horde de jeunes hommes au sein d’un régiment de militaires appelés (si ce n’est peut-être les sergents instructeurs), bref où je me suis vraiment éclaté comme un petit fou comme vous l’aurez compris, après mes classes donc je me suis retrouvé pour 9 mois comme aviateur à la Base Aérienne 132 de Colmar-Meyenheim.

Oui, « aviateur » c’est classe hein ? mais pas de méprise, c’est le nom qu’on donne aux appelés sur une base aérienne, mais pour autant, le plus près que j’ai pu m’approcher d’un Mirage 2000 c’était pour déneiger la piste d’atterrissage en hiver…
J’ai donc passé 9 mois à me tourner les pouces, en rythme certes et avec toute la classe qu’apporte un bel uniforme de l’armée de l’air, mais ça n’en fait pas pour autant une activité des plus passionnantes.

Martin Milan, pilote d'avion-taxi et alter-ego de Godard...
Heureusement, la base était dotée d’une (petite) bibliothèque au sein de laquelle la partie réservée à la BD n’était pas si ridicule que cela (le premier qui dit que les militaires préfèrent les BD parce qu’il y a des images dedans est une mauvaise langue !).

Heureusement bis, j’ai rencontré pendant ces 9 mois une personne qui à elle seule me permet de dire aujourd’hui que mon service militaire n’a pas été « que » inutile. Un certain Lionel, doux-dingue de génie. Nous avions au moins ce point commun : un grand intérêt pour la BD. Je lui ai fait découvrir mes comics préférés de l’époque (c’était la grande époque du Spawn de Todd McFarlane), et il a ouvert mon horizon bédéphilique (oui, j’invente des mots aussi parfois) vers des albums franco-belges dont je ne soupçonnais pas même l’existence.
Et à leur tête, une série qui est devenue une de mes références absolues en matière de BD : Le Vagabond des Limbes (pour ceux qui se demandaient quand j’allais arrêter de parler de moi, c’est à partir de maintenant). Je venais de découvrir le scénariste Christian Godard et son complice dessinateur Julio Ribera.

Le tome 1 du Vagabond des Limbes : le début d'une longue histoire... d'amour !
Le coup de foudre a été brutal, et chose rare, durable. Le Vagabond des Limbes est à mes yeux ce qui se fait de mieux si l’on recherche une BD qui allie science-fiction, aventures, humour, poésie, satire de la société et originalité loufoque. Évidemment j’ai poussé la découverte de ces deux auteurs plus avant, et depuis j’essaie de lire tout ce qu’ils ont produit, ensemble ou séparément (© & ® Céline Géraud).

Dans le métier depuis quelques dizaines d’années déjà, Godard a débuté dans la foisonnante presse BD des années 50-60. C’est ainsi qu’il a collaboré sous son nom ou sous le pseudonyme Ème aux magazines Pierrot, Vaillant, Biribu, L’Intrépide, Pilote, Le Journal de Tintin ou encore Pif Gadget.

Pour les nostalgiques, les grands anciens qui liraient ceci, ou les amateurs de franco-belge de l’époque, je vous cite quelques titres de séries qui devraient éveiller pour certains des souvenirs émus de jeunesse… : Gilles Bagout, Le Narcisse d’Argent, Tim et Anthime, Pipsi, Norbert et Kari, Jacquot le Mousse et j’en passe.
En 1967 il démarre dans les pages du Journal de Tintin sa série principale en tant que scénariste et dessinateur, l’excellente série d’aventures teintée d’humour, Martin Milan dont le héros est un pilote d'avion-taxi. C’est en 1974 qu’il lance avec son complice Julio Ribera aux dessins leur série phare, Le Vagabond des Limbes qui perdurera durant 31 albums jusqu’aux années 2000. S’en suivent des séries comme Les Chroniques du Temps de la Vallée des Ghlomes et Le Grand Manque toujours avec Julio Ribera. Il écrit parallèlement les scénarios des séries humoristiques La Jungle en Folie (avec Mic Delinx) ou encore Toupet (avec Blesteau) et participe même à la collection l’Histoire de France en BD pour Larousse.

Les aventures d'une jeune japonaise jeune fille au pair en France : Oki
Touche-à-tout et plein d’enthousiasme, Godard se lance avec son ami Ribera dans l’édition, ils fondent ensemble les Éditions du Vaisseau d’Argent en 1988. Malheureusement la conjoncture n’est pas bonne dans l’univers de la bande-dessinée à cette époque et les auteurs-éditeurs sont contraints de mettre la clé sous la porte en 1991.
Christian Godard enchaîne avec Le Bras du Démon (avec Clavé), Le Grand Scandale (avec Ribera), passe un moment sur Achille Talon, avant de démarrer des séries à l’intrigue plus policière comme Oki, souvenirs d’une jeune fille au pair (avec Juszezak), le Cybertueur (avec Plumail), ou Une Folie très Ordinaire (avec un collectif de dessinateurs).

Récemment il a repris scénarios et dessins des Nouvelles Aventures de la Jungle en Folie, et le scénario de séries d’humour comme Les Baby-Sitters ou Le Guide du Mariage en BD. En 2007 c’est avec Claude Plumail qu’il démarre la série historico-policière Dédales qui nous conte les aventures contemporaines d’un jeune homme enquêtant sur le romancier Maurice Leblanc (le créateur d’Arsène Lupin).

Une Folie très Ordinaire, Godard explore l'univers des tueurs en séries américains...
Au jour d’aujourd’hui, Christian Godard continue encore et toujours discrètement mais sûrement à produire des BD touchant divers genres, du fantastique à l’humour en passant par le policier, la science-fiction ou l’histoire, et il ne se passe pas une année sans un ou deux de ses albums. Sa série culte le Vagabond des Limbes, qui vient d’être rééditée en intégrale chez Dargaud, peine cependant à trouver un nouvel éditeur pour son 32ème tome (Dargaud la considérant insuffisamment… rentable, dixit Ribera lui-même).

Le tome 11 du vagabond des Limbes : finesse du scénario et virtuosité du trait... ou est-ce l'inverse ?
Christian Godard est sans conteste mon auteur de BD franco-belge favori. De par sa diversité, son originalité, l’humour et l’humanité qu’il met dans ses histoires, il est à mes yeux un auteur de tout premier ordre, dont la valeur n’égale que la discrétion. C’est pourquoi, quand mon estimable ami Spooky, rédacteur-en-chef du fanzine Ansible, blogueur à ses heures et modérateur du site BDTheque.com dédié au 9ème art, m’a annoncé qu’il avait décroché une interview de Godard, j’ai sauté au plafond de joie ! Et lorsque dans son incommensurable gentillesse il m’a proposé de participer avec d’autres à l’élaboration des questions de la dite interview, j’étais tout simplement aux anges. D’ailleurs je loue depuis lors Saint Spooky comme le vénérable patron des amoureux de la BD à papa qu’il est, le saint père de la gentillesse faite homme et le modèle inégalé à ce jour du port de bouc avec classe et sobriété. S’il n’était déjà marié je m’offrirais à son corps d’albâtre en signe de reconnaissance. Bref, je le remercie.
D’autant plus d’ailleurs que j’ai son autorisation de publier l’interview ici même dans mon blog !

Donc je termine ce petit article sur Christian Godard avec une preview : bientôt l’interview en ligne dans mes pages (et sur d’autres sites que je mettrai bien évidemment en lien) ! À suivre…

Souvenez-vous de cette signature...

Partager cet article
Repost0
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 15:39

Je suis allé voir tout récemment Transformers et Motel, je vais donc vous parler du 4ème Morceau de la Femme Coupée en 3.
D'abord parce que je suis trèèèèèès en retard sur mes critiques de films et que celui-ci je l'ai vu il y a déjà longtemps ! (que celles et ceux qui craignent que ma critique  souffre de tout ce temps passé depuis le visionnage se rassurent : il n'y a pas grand-chose à retenir de toute façon...)
Ensuite parce que ce film est court et qu'il ne s'y passe rien, ça fait moins à raconter et je proute toutes celles et ceux qui se plaignent de ma non productivité de ces derniers jours dernières semaines, parce que oh, faites-y un blog vous d'abord.
Enfin parce que je fais ce que je veux, nan mais des fois.

Alors attention, préparez-vous au record du monde du sprint de critique ciné... prêt ? Top !

Louise a de très beaux escarpins rouges
 Louise est une maman trentenaire qui essaie d'apprendre à conduire parce que bon, c'est bien utile quand même. Mais Louise est un peu décalée, du genre mi-rêveuse, mi-gaffeuse, mi-blonde (et mimignonne aussi, c'est au moins ça). Qu'à cela ne tienne, elle aura son permis malgré tout (je me rends compte en écrivant cela que je viens de déflorer le seul début de commencement de suspens du film : oui elle obtient son permis...), et ce faisant va partir à l'aventure dans sa belle auto de location. Direction le centre commercial ! (comme vous le constaterez on n'a pas lésiné sur les moyens pour faire vibrer le spectateur dans ce film) Un petit ennui de clés va la replonger dans son enfance via une longue, très longue, interminable séquence de flash-back dont on retiendra que chez les blondes l'inadéquation à l'univers automobile est héréditaire.

Voilà, pour le résumé. D'ailleurs vous avez là en quelques lignes tout le film. Parce qu'il ne s'y passe rien d'autre. Bah si, soyons honnête et rendons à César ce qui est à César, il y a tout de même une scène trépidante de resto-self où l'héroïne négocie un yaourt supplémentaire avec la caissière. Du lourd quoi.

Vous pouvez passer la seconde...

Bon, vous me connaissez, j'essaie toujours de trouver au moins un point positif aux films que je vois et que je chronique, donc il n'y a pas de raison que je ne m'y colle pas ici aussi. Et puis j'aime les défis.
Alors à retenir : Laure Marsac, scénariste-réalisatrice et actrice principale, est jolie. Denis Podalydès en moniteur d'auto-école est très crédible. Mais je le soupçonne de facilité : joue-t-il à la perfection le type qui s'ennuie, ou s'ennuie-t-il réellement ? Je me pose encore la question. Enfin, il y a le titre qui, il faut bien le dire, est plutôt bon, c'est même d'ailleurs sur cette promesse d'originalité qu'il contenait que je me suis basé pour aller voir ce film (on ne gagne pas à tous les coups hein).

Ben finalement j'ai trouvé trois points positifs, on ne me reprochera donc pas d'être un critique assassin. Pour le reste, Le 4ème Morceau de la Femme Coupée en 3 m'a laissé... comment dire... dubitatif. Le genre de film qui peine à débutter, qui peine à se finir, et au milieu inexistant. Petit exploit tout de même : il réussit à paraître très long alors qu'il dure 1h10, générique compris. Faut dire qu'en étoffant un peu il y aurait eu assez d'idées pour faire un court-métrage sympa...

Bref, vous l'aurez compris, j'ai du mal à vous conseiller la vision de ce film. Même si vous êtes en conduite accompagnée et fan de puzzle. Maintenant, vous êtes avertis, faites comme vous le sentez.

L'affiche plutôt réussie du film

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 18:18

J'aurais pu vous parler des résultats des élections législatives toutes récentes, du tsunami bleu annoncé qui s'est transformé en simple vague, ou du Président qui reçoit le borgne à l'Elysée pour causer Europe.
J'aurais pu vous parler des 3 ou 4 films que j'ai vus ces dernières semaines et que je n'ai pas encore commentés ici.
J'aurais pu vous parler des raisons pour lesquelles les articles ici se font rares alors que les idées ne manquent pas.
J'aurais pu vous parler de quelques BD que j'ai lues dernièrement et qui m'ont enthousiasmé.
J'aurais pu vous parler de l'avionneur européen Airbus qui vient de remplir son carnet de commande comme jamais à l'occasion du salon du Bourget et qui annonce toujours des licenciements sous prétexte de rentabilité.
J'aurais pu vous parler de cette horrible publicité pour Suez qui passe en ce moment à la télé où une jeune femme accouche d'un bébé à la face défigurée par un rictus des plus hideux et qui se fend la poire dès la naissance.
J'aurais pu vous parler de ma bagnole qui me coûte les yeux de la tête mais que j'aime quand même.
J'aurais pu vous parler de Randall Bramblett et Leonard Cohen dont les disques passent en boucle en ce moment chez moi, dans la voiture et au boulot.
J'aurais pu vous parler de cet énorme plaisir que m'a fait le maire bordelais en perdant la course à l'investiture de trop pour lui.
J'aurais pu vous parler du magnifique Blob qui trône majestueusement de toute sa graisse et de son imposante stature pour mon plus grand plaisir sur l'étagère centrale de ma bibliothèque.
J'aurais pu vous parler du très original Dexter dont la première saison vient de se terminer sur Canal+, de la truculente saison 2 de Deadwood, de l'excellente Weeds ou encore de la toute prochaine diffusion de la seconde saison de Rome.


Mais finalement je préfère vous parler des succulents beignets aux cerises de ma maman.
Attention, il ne s'agit pas de beignets à la façon "boules de Berlin", mais bien de beignets traditionnels alsaciens, à base d'une pâte proche de celle utilisée pour les crèpes, frits à la poële et mélangés aux délicieuses cerises dont on a cueilli quelques 80 kilos au début du mois.
Cela faisait plusieurs années, peut-être bien une dizaine au total, que je n'en avais plus mangé, et j'avais donc innocemment glissé l'idée d'en refaire à ma maman...
Moralité : c'est encore meilleur que dans mes souvenirs, et elle peut bien évidemment en refaire quand elle veut, ce n'est certainement pas moi qui m'en plaindrais !
Et puis d'ailleurs, si l'envie la prend de varier les plaisirs en faisant aussi quelques beignets aux pommes (même recette mais avec des rondelles de pommes à la place des cerises), je ne pourrais que l'y encourager !
Car une chose est sûre et certaine : je suis le plus grand fan de son talent de cuisinière. Elle qui affirme qu'il me manque au moins 10 kilos, qu'elle n'hésite donc pas à essayer de me les faire prendre... ;o)


N.B. : je me réserve cela étant, la possibilité de revenir à l'occasion sur l'un des thèmes précités, car il y a là de quoi disserter...

Partager cet article
Repost0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 19:08

anti_bug_fck« Si Sarkozy était boulanger, j'irai acheter du pain chez lui tous les jours. »

Didier Barbelivien, éternel décoiffé et chanteur ramasse-mi(n)ettes.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 09:57

Ça y est il est là, avec certes une petite semaine de retard, mais il a bien raison d'imposer dès le départ sa marque. il faut parfois savoir se faire désirer... :o)

C'est donc samedi 19 mai 2007 qu'est né Malo, un nouvel habitant de Thaon-les-Vosges. La maman Isa et le papa NoNo ont fait du beau boulot. Je ne peux que leur souhaiter à tous les trois et du fond du coeur une cargaison de belles choses pour l'avenir.

Welcome and good luck little Malo.

Welcome Malo !

Partager cet article
Repost0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 13:58

Et voilà, mine de rien j’arrive à mon deux-centième article déjà.
Comme je n’ai pas grand-chose à dire aujourd’hui, je me réfugie dans mon manuel de recettes d’articles faciles pour vous proposer au menu du jour un petit bilan vite fait bien fait.

Depuis le 7 décembre 2005 que mon blog est en ligne, j’en suis à très bientôt 80 000 pages vues pour un cumul de plus de 25 000 lecteurs uniques.
Ces trois derniers mois, je ne sais pas exactement à quoi c’est dû, mais mes statistiques de visites ont fait un petit bond en avant, puisque je suis passé à une moyenne de 13 000 pages vues par mois là où auparavant c’était Byzance quand je parvenais à 3000 pages vues le même mois. Côté visiteurs l’évolution est pas mal non plus, car de ma moyenne (dont j’étais déjà bien content) d’environ 60 visiteurs uniques par jour j’en suis maintenant à des chiffres naviguant entre 150 et 200 visiteurs uniques par jour !

Bon j’ai tout de même un début d’explication : le système de référencement d’over-blog me semble plus qu’efficace ! Que ce soit dans Google classique ou Google image, je suis chaque fois étonné de voir que je figure en bonne position pour des recherches sur lesquelles je n’aurais pas parié grand-chose (pour les films par exemple, alors que le cinéma est certainement l’un des thèmes les plus prolifiques sur la toile).
Un grand merci donc au référencement made in Over-blog !!

Pour la petite histoire, les visiteurs viennent en majorité de France, mais aussi de Suisse, de Belgique, du Luxembourg, des Pays-Bas, d’Allemagne, d’Italie et du Canada. Puis dans une moindre mesure (et pour autant qu’on puisse en croire les indications du domaine de provenance des connexions), il y a aussi des visiteurs du Chili, de Côte d’Ivoire, d’Australie, du Vietnam, d’Argentine, du Brésil, du Royaume Uni, d’Afrique du Sud, du Maroc, de Suède, de Pologne, de Thaïlande, d’Espagne, de Finlande, etc…

Je sais bien que ces quelques statistiques n’ont pas grande importance, mais j’aime bien les consulter quand même, je suis curieux de savoir qui vient me visiter…

Pour finir, voici un petit florilège des mots-clés utilisés par certains dans des moteurs de recherche et qui les ont conduits tout droit chez moi… et j’aime autant vous dire qu’il y a des trucs bizarres parfois… (je vous retranscris en gras les recherches telles quelles, fautes comprises)

comment changer un pneu de VTT 20 désolé je n’ai jamais su faire ce genre de trucs
renseignement sur les identité des super hero marvel ah là je suis déjà plus au courant
hibou mort ça fait peur…
les pitt bull et leur description physique blond, bronzé, barbe de trois jours et trimballant les gosses de Angelina Jolie sous les bras, j’ai bon ?
pourquoi lire et écrire pourquoi pas ?
Les mayas le rôle des pompes funèbres euh… un spécialiste dans la salle ?
sit d'horreur pornographique ah ben ça fait plaisir merci
TIRE MOI.COM c’est demandé si gentiment !
que es el popo bull democrates
un traducteur dans la salle ¿
je t'aimerai toujours ah bah ça c’est gentil
pourquoi les manchots n'ont pas froid aux yeux arf ! de vrais petits effrontés effectivement !
fiers d'être français philippe de villiers affiche de campagne profession de foi quoââ ?
bourre moi.com mais on se connaît ?
petit texte sur cloisonner petite question sur quoi ça veut dire ?
axare ???
taxi 3 critique négative rapidement alors hein : c’est une belle daube
clique moi.com petite souris cherche gros matou ?
poissons rouges sautent aquarium pourquoi ça c’est une très bonne question
funeraille de tony almeida pas invité
clou dans pneu pas de bol dans vie
cpe soleil en soi laprairie d’accord
QUIZZ SUR LE FOOTBALL ah non désolé
20 question et son cerveaux sait a quoi tu pense pas la peine j’ai trouvé : tu es une amibe
Pour que la gauche soit fidèle à ses valeurs, déterminée à changer la vie quotidienne pas de propagande cocommuniste ici merci, ou Rico va faire une attaque ! :o)
caricature de phil barney tu ne parles pas de moi j’espère ?
"j'aime les requins" moi aussi
les mesanges mangent quoi? Chez ma grand-mère des graines de tournesol !
thanatopractologie oui moi aussi je suis très gai
amour et amnésie chouette petit film
comment les animaux du nord n'ont pas froid mais si en réalité, ils se caillent les miches !
fin du monde 13 avril 2036 et passe le bonjour à Paco Rabanne
tf1 roi de la débrouille et pas que de ça
arreté de mutation quand? Vous voulez vous débarrasser de moi c’est ça ?
je demande si tu pense à moi euh… oui ?
quatre generation en pompes funébres une famille de joyeux drilles
chorégraphie rabbi jacob Hoy !
meilleurs series+six fet under+prison break+oz je garde la première et la dernière
opinion autour du cpe tu vas pas être déçu
Philippe Swan music Belgium one point !!
X story arabe no comment
ecrire l'allemand trop compliqué
civilisation maya arbres de vie un mix entre Apocalypto et The Fountain ?
a quoi pense tu de moi je pense qu’une remise à niveau en français ne ferait pas de mal
COMMENT MONTER DES PNEUS DANS LE BON SENS et comment écrire en minuscule ?
c moi 191 j’ai pas compris, c’est quoi le code secret ?
la balle au centre analyse vous me ferez chimie, iono, plaquette et gaz du sang
iconographie psyché eros commentaires ouch ! rien que ça ?
la rupture de nate avec brenda moi aussi j’ai été très triste
chippendales laurence m6 pas de ça ici, désolé
comment s'appelle l'acteur du personnage léonidas du film 300 allez, je suis gentil je réponds : Gerard Butler
récits premiere levrette ben euh… c’était bien :o)
avant /apres appart beaucoup de bordel / moins de bordel :o)
tout s'arrange toujours ,même mal toi tu as trouvé ce que tu cherchais je pense
il y a quoi en alsace comme animaux des cigognes, des hamsters géants et Antoine Waechter
torture moi.com allez hop, Richard Claydermann en boucle pendant 48h, je sais, je suis un gros sadique.


Bon ben c’est tout pour cette fois. En route pour les 200 prochains articles… même si j’ai un peu baissé de fréquence ces derniers temps j’ai encore pas mal d’idées en gestation, donc je ne sais pas quand exactement, mais la suite arrive !!

Oups et j’ai failli oublier… merci à celles et ceux qui viennent ici régulièrement, ça me fait très, très plaisir, vraiment.

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 19:52

Le voilà.

Je l’attendais depuis longtemps et c’est lui : le manga qui s’impose à moi comme l’une des plus belles bandes dessinées que j’aie pu lire. Ce n’est pas le premier manga que je lis mais presque, mais c’est le premier à me faire un tel effet. Il entre par la grande porte au sein des œuvres cultes, des bouquins qui ont su me marquer de façon indélébile.

 

Le postulat de départ est très excitant … ne vous êtes vous jamais posé la question de ce que vous feriez si vous pouviez revenir en arrière ? Ce que vous changeriez dans votre vie si vous aviez l’occasion de revivre des périodes-clés, ces moments où certains choix déterminent l’itinéraire d’une vie et où s’estompent comme des rêves les réalités qui auraient pu être, les chemins différents qui resteront à jamais de l’ordre du conditionnel passé ?

 Jiro Taniguchi nous prouve ici à quel point la réponse classique « moi je ne changerais rien » n’est pas si évidente que ça.

 

Voilà très exactement le genre de sujet qui me fascine (cf. Non, rien de rien). Parce que tout en lisant l’histoire de Hiroshi, son retour à l’adolescence alors qu’il a gardé tous ses souvenirs d’homme mûr, on se pose des questions sur soi-même. Sur sa vie, sur ce qu’on regrette d’avoir fait. Sur ce qu’on regrette de n’avoir pas fait.

Cliquer pour agrandir
Taniguchi nous entraîne avec lui dans l’histoire intimiste d’un homme ordinaire. Ça peut paraître un brin rébarbatif dit comme ça… et pourtant c’est tout le contraire.
Le récit est passionnant, parsemé de ces détails qui font d’une histoire une bonne histoire. Et, bien que situé dans le Japon des années 60 la majorité du temps, le récit a quelque chose d’universel, ce quelque chose qui fait qu’il touche tout le monde.

L’auteur prend le temps de poser son décor, ses personnages, il évite de se précipiter dans le déroulement de son intrigue et c’est tant mieux. Car au fil des pages on évolue en même temps que Hiroshi.
D’abord l’étonnement, le refus d’y croire.
Ensuite vient l’expérimentation, on est heureux de voir le personnage profiter de son expérience d’adulte pour améliorer sa vie d’adolescent. On se prend à espérer le voir réaliser telle ou telle chose, on se dit « moi à sa place je ferais ça ! », on vit l’expérience pleinement.
Et enfin on se pose les questions de fond avec lui. A-t-il le droit d’influencer son passé, de prendre des chemins qu’il n’avait pas pris la première fois qu’il avait 14 ans ? Le peut-il seulement ?
Le suspense monte tandis que Hiroshi cherche à résoudre le mystère de son père…

Bref, ce manga est captivant du début à la fin.

Côté dessin, Taniguchi sait faire jouer ses deux principales qualités : la simplicité et le réalisme de son trait tiennent un grand rôle dans le fait qu’on se plonge sans la moindre retenue dans son histoire.

 Quartier lointain est un de mes plus gros coups de cœur de ces dernières années, et je le range sans hésiter parmi les chefs d’œuvre du 9ème art. 

Couverture du premier des deux tomes

(ça se lit en deux tomes dans la collection écritures chez Casterman)

Partager cet article
Repost0
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 12:02

 Nicolas Sarkozy est élu président avec 53% des suffrages et un taux de participation record, autant dire que ça ne se discute pas. Encore moins en Alsace où il  obtenu un score d’environ 65% d’électeurs en sa faveur, ce qui fait de ma région celle qui a le plus massivement voté pour le candidat de l’UMP.
Dire que je me sens isolé en territoire ennemi serait exagéré, parce que je me refuse à tomber dans le piège récurrent qui consiste à systématiquement opposer gauche et droite sur tous les points. Dès lors que l’on ne fait pas de réaction allergique idiote aux personnes de l’autre camp, j’aime à croire la discussion possible, je reste persuadé qu’il existe des moyens de ne pas sombrer dans les débats d’idées stériles comme c’est trop souvent le cas.
Pour ma part j’ai des potes de droite et nos idées divergentes ne nous interdisent pas de nous apprécier pour nos qualités. Être fermé par idéologie et obtus pas principe, ce n’est pas mon truc.

J’essaie donc d’être ouvert, et plutôt curieux (puisque de toute façon maintenant c’est parti pour au minimum 5 années) de voir ce que Sarko va faire, comment il va tenir ses promesses, et surtout comment les gens vont réagir devant les actes après avoir approuvé (peut-être sans vraiment réaliser à quoi cela va correspondre dans les faits) les discours.

Tel que j’ai lu et compris le programme du nouveau président cependant, j’ai du mal à trouver beaucoup de raisons de m’enthousiasmer…

Pour commencer, on va pouvoir dire adieu au CDI au profit d’un contrat de travail unique et plus ou moins inspiré du CNE, autrement dit le prototype du fameux CPE. Rappelons pour mémoire que Sarko était contre le CPE pour 2 raisons principales : parce que ça ne concernait que les jeunes (il aurait voulu que ça s’applique à tout le monde) et parce que ça faisait chier Villepin. Bref, moins de protection du travailleur, un droit du travail mis à mal, et la précarité de l’emploi qui va (encore) faire un bond en avant. Ça m’a toujours sidéré qu’on puisse faire avaler au gens ce concept iconoclaste qui veut que pour protéger l’emploi et lutter contre le chômage on facilite les licenciements. En même temps puisqu’il suffit de radier des gens d’une liste pour faire croire qu’ils n’existent plus, sûr que Sarko va y arriver à ses 5% de chômeurs…

Ensuite il va falloir faire des économies, de grosses économies. Pas sur le budget de la défense, pas sur les cadeaux fiscaux aux entreprises en bonne santé qui licencient pour plaire au système boursier devenu roi. Non, les économies se feront sur les dépenses publiques, traduisez dans le vocabulaire de Sarkozy par la diminution drastique du Service Public. Entendons-nous bien : je suis persuadé qu’il y a des choses à faire pour moderniser et améliorer le fonctionnement du service public, mais Sarko ne se pose pas la question sous cet angle, puisque sans enter à aucun moment dans les détails de sa proposition, il avance simplement le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui part en retraite. OK.

Je me permets juste de rappeler qu’à longueur d’année tout le monde se plaint d’un manque d’enseignants, du dénuement des hôpitaux publics, du déneigement jamais assez rapide des routes en hiver, sans parler des effectifs de la police dont le renforcement est souhaité par une immense majorité. Alors Nico tu vas virer qui ? moi je le sens venir gros comme une maison : finies les lignes SNCF qui ne rapportent pas assez (autrement dit tu habites un petit patelin et tu n’as qu’un train pour aller bosser… eh bien tu n’en auras plus du tout), fermés les bureaux de Poste qui ne sont pas au centre des grandes agglomérations ( et tant pis mémé s’il faut faire 40 bornes pour aller à la Poste la plus proche, tu te démerdes), bradées au privé GDF et EDF, les fleurons du public qui rapportent pourtant du fric à l’État, et tant pis pour la hausse de vos factures d’énergie à venir (car dans tous les pays qui ont privatisé ces secteurs les prix se sont envolés). Sans même parler du désengagement de l’État d’une multitude de missions publiques. Exemple : presque toutes les routes nationales qui sont refourguées aux départements (avec tout un tas d’autres missions dont ils se seraient bien passées d’ailleurs). Ça vous fera soi-disant payer moins d’impôts sur le revenu à l’État et ça fera revenir Johnny en France. Mais ne vous inquiétez pas, vos impôts locaux vont faire un bond très bientôt. Ou alors on laisse les routes à l’abandon, au choix. Autre solution : on colle des péages partout même hors autoroutes, on verra bien si l’usager va faire des économies…

Bref, si il est en effet nécessaire de rationaliser les dépenses publiques, démanteler le Service Public n’est pas la bonne solution à mon avis. On y va tout droit pourtant.

Quoi d’autre ? eh bien prévoyez dans les mois qui viennent des grèves, des manifestations et un beau bordel. N’oubliez pas que l’an prochain on fête les 40 ans de mai 68…

Sinon juste un mot sur les futurs ministres… J’aime beaucoup Jean-Louis Borloo, mais j’espère sincèrement qu’il ne sera pas premier ministre. Tout le monde pronostique François Fillon et j’espère que ce sera lui. Et qu’il s’entourera au gouvernement de types comme Coppé, Devedjian, Douste-Blazy, Juppé, Bachelot, Boutin, toutes celles et ceux que je ne supporte pas, les rigolos de première qui ont les dents qui rayent le parquet, les imbuvables. Juste histoire d’accélérer leur chute par leur impopularité (parce que la gauche n’a pas le monopole des têtes à claques !)

Si Sarko est malin il collera des têtes plus populaires et sympas, comme Borloo, Santini, Rachida Dati –et j’ai même entendu parler de Bockel !-, aux postes importants. De toute façon il lui faudra faire des choix judicieux étant donné qu’il a annoncé qu’il n’y aurait que 15 ministres et la parité hommes-femmes (bonne blague ça aussi d’ailleurs).

Bref, je suis vraiment curieux de voir ça. Les prochains temps vont être mouvementés, et les perspectives pas forcément très réjouissantes. Vas-y Nico à toi de jouer. Fais ce que tu as dit comme tu l’as dit, qu’on voit si les français t’ont élu sur tes idées ou sur tes slogans. On dit souvent que le pire ennemi du PS c’est le PS lui-même, quelque chose me dit que ça va se décliner à droite aussi…
 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 17:43


Allez voter.


P.S. : si vous êtes électeur de Sarko, ce message ne s’adresse pas à vous hein… d’ailleurs vous vous détendez, vos paupières se font lourdes, vos muscles se relâchent, une douce chaleur prend agréablement possession de votre corps, vous sombrez lentement et vous vous abandonnez dans le bien-être le plus total… dormez pour les 48 heures à venir je le veux…
 

 

Partager cet article
Repost0