Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

4 juillet 2006 2 04 /07 /juillet /2006 11:02

L’été est propice aux films à grand spectacle, ceux qui vous en mettent plein la vue avec pour base commune un budget conséquent et des effets spéciaux dernier cri (l’un découlant souvent de l’autre). Parmi ces films appelés communément blockbusters, on a selon l’envie plusieurs sous-catégories : l’action-movie pur et dur façon L’Arme Fatale ou Die Hard, le film de super-héros qui est en vogue depuis quelques étés, et le film de catastrophes et cataclysmes en tous genres.

C’est à cette dernière famille qu’appartient Poseidon de Wolfgang Petersen, qui n’est autre que le remake du film L’Aventure du Poseidon de Ronald Neame de 1972, avec à l’époque en tête d’affiche Gene Hackman et Ernest Borgnine. A priori on serait tenté de penser que ce film ne s’imposait pas, là où le premier du nom se laisse encore très bien regarder même 30 ans après sa sortie, et surtout après que James Cameron ait réalisé le film de naufrage ultime avec son Titanic, qui s’enlise parfois dans le guimauve avec les frasques de Leonardo DiCaprio mais qui se pose en mètre-étalon absolu pour toutes les scènes d’action et les effets spéciaux mettant en scène le naufrage de « l’insubmersible ».

On peut donc légitimement se demander « à quoi bon aller voir Poseidon ? », et malgré tout à partir du moment où l’on s’installe dans son siège et que le film démarre, on se laisse emporter par ce qui se passe à l’écran et on suit les (més)aventures des héros sans déplaisir.

Le scénario de Poseidon reprend l’argument du film original : lors d’une croisière un luxueux paquebot se voit frapper en pleine nuit de la Saint Sylvestre par une gigantesque vague déferlante qui a pour effet de le retourner, si bien que le bateau se retrouve à flotter à l’envers. Parmi les survivants, un petit nombre d’entre eux entreprennent de remonter les niveaux du paquebot un à un jusqu’à atteindre la coque dans l’espoir d’y trouver une issue vers la surface. La poignée de survivants doit user d’ingéniosité et de courage pour déjouer les pièges que recèle le bateau à la dérive. S’engage alors une course contre la montre entre eux et l’eau dont le niveau monte inexorablement au fur et à mesure que le bateau s’enfonce.

Un petit groupe de rescapés va tenter de remonter jusqu'à la surface...
Comme dans tous les films catastrophe, il y a des personnages un peu caricaturaux qui ne seront pas beaucoup plus développés que ce que le permettent les dix premières minutes de présentation pré-naufrage. Et finalement peu importe, là n’est pas l’objet d’un tel film.
Il y a donc en vrac, un playboy joueur de poker dont l’instinct de survie est plus qu’aiguisé (Josh Lucas).
Il y a le môme de service (Jimmy Bennett) et sa jolie maman (Jacinda Barrett) qui ne laisse pas de marbre le joueur de poker qui choisit bien mal son moment pour draguer…
Il y a l’ex-maire de New-York (excusez du peu) et pompier de son état qui incarne à lui tout seul l’héroïsme à l’américaine post-11 septembre à grand renfort de mâchoire carrée (Kurt Russell), ainsi que sa fille (Emmy Rossum) qu’il a du mal à voir grandir et s’afficher avec son petit ami (Mike Vogel).
Il y a un vieux-beau gay qui vient de se faire larguer par son cher et tendre et qui entrevoit le suicide comme une solution à ses problèmes (Richard Dreyfuss).
Il y a le jeune serveur (Freddy Rodriguez) et sa petite amie (Mia Maestro) qu’il fait voyager en passagère clandestine dans sa cabine.
En dehors du petit garçon malicieux et du serveur, les autres personnages n’ont plus grand chose à voir avec les héros du film de 1972. À l’époque le héros qui mène les survivants à la surface était un prêtre qui préférait l’action à la prière et qui était adepte du « Aide-toi et le Seigneur t’aidera » de circonstance. Aujourd’hui, ils sont deux à reprendre le flambeau : le héros pur et dur ex-pompier et le beau gosse individualiste mais dont le bon cœur l’amènera à aider les plus faibles à s’en tirer.

Comme dans tous les films catastrophe, il y a des dangers de plus en plus pressants et les épreuves s’enchaînent sans relâche pour les rescapés. Et comme dans tous les films catastrophe, il y a ceux qui vont s’en sortir et ceux qui vont y rester, ce qui est d’ailleurs toujours l’occasion de prendre des paris et de mesurer vos talents de prédiction à l’imprévisiblité des scénaristes.

Comme dans tous les films catastrophe, il y a des actes héroïques et de bravoure, et puis les lâches qui essaient de s’en sortir coûte que coûte, au détriment des autres s’il le faut. Et enfin, comme dans tous les films catastrophe, il y a une happy-end pour une partie du casting qui s’en sort après de titanesques efforts et sont récupérés par des secouristes qui font leur apparition toujours quelques secondes avant le générique de fin.

Josh Lucas et Richard Dreyfuss en mauvaise posture.
Bref, Poseidon est un film de genre parfaitement ancré (jeu de mots) dans sa catégorie, et si on accepte les règles qui régissent le genre, le film de Wolfgang Petersen remplit parfaitement sa mission : de l’action, de l’héroïsme, des effets spéciaux impressionnants et un peu de mélo (mais point trop n’en faut) pour enrober le tout. Le vieux réalisateur allemand démontre qu’il en a encore sous le pied et fait parler son expérience des tournages en milieu marin (il a précédemment dirigé Das Boot en 1981 et En Pleine Tempête en 1999). Il est et reste un technicien de l’image chevronné, et sait mettre en scène ce genre de film à grand spectacle.

Finalement, Poseidon ne souffre pas trop de la comparaison à son illustre prédécesseur, et le cahier des charges est correctement rempli. Il étonne même par deux fois, à travers deux scènes choc dont la présence m’a surpris dans un tel film conçu dans le carcan standardisé des grosses productions hollywoodiennes : le sacrifice violent d’un survivant emporté dans une cage d’ascenseur, et la noyade en gros plan d’un des personnages.

À voir donc pour ce qu’il est : un blockbuster de l’été, avec tous les défauts et qualités que cela suppose, mais qui se révèle être un spectacle réussi. À noter la prestation de mon acteur fétiche, Richard Dreyfuss, qui, même quand sa présence à l’écran est limitée parvient toujours à insuffler beaucoup d’humanité aux personnages qu’il incarne.

Maintenant que vous savez de quoi il s’agit, à vous de juger…


L'affiche renversante du film... 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Stéph 06/07/2006 15:07

Spooky >> merci pour le "blog de qualité" ;o)  C'est vrai ces derniers temps il y a moins d'articles, entre les matchs de coupe du monde et la piscine par cette chaleur, je passe moins de temps à écrire sur le site...  Sur le fond tu as raison de trouver ce film inutile, mais pour moi il y avait 2 raisons principales qui m'ont poussé à le voir quand même : j'adore le film de 1972 qui m'a vraiment marqué étant gamin, donc je voulais voir ce qu'il en advenait aujourd'hui. Et puis je suis fan absolu de Richard Dreyfuss, qui est loin d'avoir un rôle principal ici, mais c'est pas grave.Pierig >> merci de toujours passer par là toi aussi ! :o) Pour les conseils cinéma, il y a Superman qui ne devrait pas tarder à sortir...Yaponchik >> Tideland, j'en ai pas mal entendu parler, presque jamais en bien malheureusement... Mais de toute manière pour le voir à l'affiche au Kinépolis on peut toujours courrir donc... à toi de le chroniquer sur ton blog ! ;o)

yaponchik 05/07/2006 11:57

Ca me tente pas des masses, ce truc. Par contre, je lorgne sur Tideland.

pierig 04/07/2006 13:30

bon bon ... je le note dans les possibilités éventuelles des probables prochaines sorties ciné. ;-)
Sinon, content de revoir une note sur ton blog!
 

Spooky 04/07/2006 12:25

Ah, ça faisait longtemps qu'on attendait une nouvelle note sur ce blog de qualité...
Et quelle note ! Décidément le Steph est un vrai movie-maniac. Bon, concernant ce film, je le trouve, et malgré toutes les qualités qu'il a l'air d'avoir- inutile. Inutile pour les raisons que tu as développées plus haut, Steph.
Pourquoi faire un remake d'un film qui est encore largement regardable ? Pourquoi faire des suites aux franchises à succès ? Pourquoi faire des parodies ? Parce que les scénaristes américains manquent cruellement d'inspiration pour faire du neuf. Alors ils font du neuf avec du vieux. Mais c'est dommage, toute la démarche artistique, celle qui repose sur la création s'en trouve biaisée.
Ceci dit, quelquefois le remake peut remttre au goût du jour les anciennes versions. Je pense bien sûr aux récents King Kong et La Guerre des Mondes, qui sont des monuments, réalisés par des génies. Wolfgang Petersen n'est peut-être pas un génie, mais il fait partie des tout meilleurs cinéastes au monde.
Mais malgré tout ça, j'attendrai quelques mois pour louer Poséidon.