Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 15:54

Le nouveau film de Mel Gibson en tant que réalisateur arrive en salle, et il a été précédé d’une campagne plutôt négative, il faut bien l’admettre.

D’abord parce que le précédent film de Gibson a suscité une vive polémique. Avec sa Passion du Christ, Gibson a été accusé (à tort ou à raison, je ne saurais le dire encore aujourd’hui, après avoir pourtant vu le film) d’imposer une vision très engagée de la mort du Christ, là où il se justifie en affirmant qu’il ne cherchait qu’à rester le plus fidèle possible aux textes sacrés. Le fait que le film a été porté aux nues et est devenu l’étendard de mouvements catholiques fondamentalistes a certainement joué en sa défaveur aux yeux de l’opinion publique, qui a en toute logique étiqueté le film du seau du « fondamentalisme religieux », passant sous silence certaines de ses qualités purement cinématographiques.

Ensuite parce que fin de l’année dernière, le clan Gibson a fait parler de lui. Entre les frasques de Mel, arrêté pour conduite en état d’ivresse et qui à cette occasion a tenu des propos clairement antisémites (qui ont vite fait la une des journaux à scandales), et les engagements de son père au sein d’un groupe politique d’extrême-droite ouvertement xénophobe, la famille Gibson est plus que limite d’un point de vue « moral ».

Patte de Jaguar et son père, le chef du village.
Et puis pour finir, le nouveau film de l’australien n’est pas forcément des plus engageants pour le grand public : 2h30, tourné intégralement en dialecte Maya, le Yucatèque, et donc sous-titré (pour la même raison que La Passion du Christ a été tournée en Araméen et Latin : Gibson dit vouloir ainsi s’approcher au mieux d’une réalité historique), sans la moindre tête d’affiche, avec un scénario résumé à sa plus courte expression : un survival violent en pleine jungle d’Amérique du Sud au XVème siècle. Bref, pas de quoi déchaîner la passion des foules…

Et bien malgré tout cela, Apocalypto a été pour moi une véritable claque. J’ai été scotché à mon siège tout du long, le film ne m’a laissé aucun répit pendant ses 2h30 de métrage. Incapable de décoller les yeux de l’écran, j’ai été littéralement happé et j’ai vécu ce film de l’intérieur, viscéralement.
Mel Gibson a livré un film monstrueux (dans le meilleur sens du terme).

Les habitants du petit village sont emportés en tant qu'esclaves à la grande cité Maya...
L’histoire est simple. Patte de Jaguar est un chasseur et jeune père de famille, fils du chef d’un petit village perdu dans l’immensité verte de la forêt tropicale d’Amérique du Sud. Lorsque le village est attaqué par des esclavagistes mayas, il est emmené de force comme tous les adultes du clan à la grande Cité Maya. Son village détruit, une partie des villageois massacrés et les autres faits prisonniers comme lui, Patte de Jaguar n’a dès lors plus qu’une idée en tête : se libérer par tous les moyens et retourner au village pour y sauver sa femme Sept enceinte et son fils, qu’il avait eu le temps de soustraire au rapt en les cachant au fond d’un puit dont il ne peuvent sortir seuls.

De ce scénario extrêmement simple (d’aucuns diraient simplistes), Gibson fait un film d’une puissance incroyable, une œuvre instantanément culte tant elle a d’impact sur le spectateur. La simplicité et la linéarité du propos n’y change rien à l’affaire, on est irrésistiblement pris par le film, et on a l’impression en en ressortant, d’avoir retenu sa respiration tout du long tant il est intense.

Patte de Jaguar et sa femme Sept
Parmi les reproches qu’on lui fait souvent, la violence du film revient très souvent comme argument des anti-Apocalypto. J’avoue que cet argument n’a pas grande valeur à mes yeux. Si c’était effectivement valable pour La Passion du Christ où les scènes de torture et de crucifixion étaient vraiment insoutenables et où la violence atteignait à plusieurs reprises le stade de l’overdose, pour Apocalypto il en va très différemment. Bien sûr il y a quelques scènes dures, des images crues et une violence non édulcorée est montrée explicitement à l’écran. Mais c’est toujours à bon escient, jamais en exagération et surtout parfaitement intégré à l’histoire. Les séquences dures et violentes sont bel et bien là, mais elles ne prennent pas le pas sur le reste du film qui est d’une cohérence assez remarquable pour une œuvre d’une telle durée.

Oeil du Milieu est en chasse...
Les acteurs, tous plus inconnus les uns que les autres (pour moi en tous les cas) ont un jeu absolument bluffant, et la reconstitution à laquelle Mel Gibson s’est scrupuleusement attaché font que le film est d’une vérité criante. On est réellement immergé dans l’unité de temps et de lieu, tout sonne parfaitement juste, bref, Gibson a plus que gagné son pari d’authenticité. Pour le jeune acteur Rudy Youngblood (Patte de Jaguar) il s’agit d’une première apparition à l’écran, et pour une première on peut dire qu’il s’en tire admirablement. Opposés à lui, Raoul Trujillo dans le rôle de Zéro Loup et Gerardo Taracena (Œil du Milieu) sont également impeccables, tout en force et en brutalité.

L’année commence à peine que déjà j’ai l’impression d’en avoir vu l’un des films les plus impressionnants ! 2007 a l’air vraiment très bien parti question cinéma…

Il faut absolument voir Apocalypto, mais attention : vous n’en sortirez pas indemne.


La très belle affiche française du film. 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Stéph 19/02/2007 00:24

Mooutche >> je profite de ta remarque pour préciser une chose. Le film de Gibson a en effet été attaqué sur sa violence, mais également sur son authenticité historique. Il semblerait pourtant à en croire les commentaires d'experts de l'amérique du sud de cette époque sur différents sites consacrés au film, que Gibson a fait un gros boulot de reconstitution, et que la grande majorité de ce qu'il filme colle parfaitement avec la civilisation maya de l'époque.

mooutche 17/02/2007 00:10

Oui, la claque, c'est vraiment le mot !!! Il faut absolument laisser de côté toutes les polémiques sur le respect du contexte historique et sur l'ultra violence du film (entre nous, c'est n'importe quoi, cette histoire, les scènes violentes ont tout à fait leur place et ne sont ni too-much ni déplacées, ni ultra gore...) pour simplement profiter du spectacle absolument grandiose et très prenant. C'est un film excellent qu'on suit jusqu'au bout avec très grand plaisir.Bref, on retrouvera Apocalypto dans le top ciné de 2007! ;o)(à coté de 300, je le sens, je l'espère !!!)

Stéph 16/02/2007 14:53

Pierig >> il n'est pas encore sorti en Belgique ? en France la sortie date de la première semaine de janvier. En tout cas dis moi ce que vous en aurez pensé quand vous l'aurez vu !!

pierig 16/02/2007 10:10

Encore une note qui donne envie de voir le film ... on verra si il sortira en Belgique. :)