Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

/ / /

Quand je cause d'un film, je fais souvent des articles plutôt longs, et pas toujours en phase avec l'actualité du moment. Dans cette page d'avis vite dits je me propose de faire exactement l'opposé : quelques mots rapides pour donner un avis sur ce que je viens de voir. Certains films feront peut-être par la suite l'objet d'articles plus complets, ou pas. Cette page est donc mise à jour en même temps que l'encart "Vu récemment" qui pointe vers elle...

Kaamelott premier volet : Après 10 ans d'attente, qui se virent prolongées d'une année supplémentaire pour raison de covid-casse-couilles, voici enfin le grand retour du roi Arthur et de l'ensemble des pieds nickelés des terres de Logres. Sous forme de long métrage cette fois-ci. Et même du premier volet d'une trilogie au cinéma, puisque le succès annoncé du premier film ne devrait pas laisser longtemps perdurer le suspense quant à la suite envisagée si la demande du public suivait suffisamment. Quoi dire du film : d'abord ça fait bizarre de les revoir tous, il y en a une certain nombre qui ont pris un bon coup de vieux au passage. Mais qu'on se rassure : aucune conséquence sur leur niveau de connerie qui reste, elle, toujours au top malgré les rides et les cheveux blancs supplémentaires. Le casting historique est donc là et bien là (un vrai, immense plaisir non-dissimulé pour ma part, bien que son temps de présence à l'écran aurait mérité une petite rallonge, de retrouver le grand, l'incomparable, l'inégalable Léodagan !!), et s'y ajoute un certain nombre de petits nouveaux, quelques uns bien gratinés aussi (le gendre de Karadoc m'a l'air d'un beau vainqueur par exemple). Je passe sur le kiff complet de voir Sting en chef des Saxons. Quant à Astier il a plutôt bien joué son coup. Du scénario malin à la réalisation aux petits oignons, en passant évidemment par son interprétation d'un personnage qu'il tient si bien qu'il lui est devenu quasi-indissociable, il a assuré sur tous les plans. J'avais un peu peur du passage d'un format très court à base de mini-sketchs à un format long qui se doit de tenir sur la longueur, mais le pari est tenu et gagné, ça fonctionne bien sur grand écran aussi. Bref, on attend déjà la suite de pied ferme. Je n'ai qu'un mot à ajouter : Troupaskaïa !!!!

The Walking Dead saison 10 partie 2 : le covid n'en finit pas de faire des siennes et d'interférer avec tout, y compris les calendriers de tournage et de diffusion des séries télévisées ! C'est donc sur le tard que j'ai vu la seconde partie, décalée en terme de diffusion, et composée de 6 épisodes, de la 10ème saison de The Walking Dead. Ces épisodes prennent le parti de se concentrer à chaque fois sur un ou deux personnages en particulier, ne faisant en ce sens quasiment pas progresser du tout l'intrigue principale, mais apportant des éclairages plus spécifiques sur l'un ou l'autre des survivants. À ce jeu-là, tout le monde ne gagne pas ! Il y a à peu près un épisode sur deux de vraiment très intéressant, l'autre moitié ressemblant plus à remplissage et du drama limite soporifique. Je n'ai jamais été un grand fan de Darryl qui avec le temps et la défection progressive des autres acteurs principaux est devenu la figure de proue des survivants restants. L'épisode qui lui est consacré m'a confirmé dans mon sentiment : je me fiche totalement de ce qui lui arrive, aucune empathie envers ce personnage trop caricatural et faussement brut de décoffrage à mon goût. Idem pour les atermoiements de Carol qui m'insupportent de plus en plus. D'autres m'ont beaucoup plus intéressé : l'épisode très bizarre consacré à Princesse par exemple a su éveiller ma curiosité. Le final dévolu à Negan m'a également beaucoup plu. Bref, il y a du bon et du moins bon dans cette fournée tardive de TWD, et on sent grandement que la fin approche. Cela fait plusieurs saisons que la série tourne quasiment à vide et que l'énergie et l'enthousiasme du début n'y sont plus. Espérons que la dernière saison rendra honneur à cette série qui aura finalement trop duré.

Black Widow : Et voilà, après plus d'un an de retard, le retour d'un super-héros Marvel au cinéma ! Ou plutôt d'une super-héroïne, puisqu'on a le plaisir de retrouver la rousse Black Widow (sa version blonde lavasse du dernier Avengers était vraiment trop insipide !). Et pas qu'elle : ce film est très clairement sous le signe du Girl Power !! On a donc pas une seule Black Widow mais toute une armée de veuves noires qui se chargent de remplir le cahier des charges aussi bien côté action que côté charme. Les deux seuls hommes à tenir un rôle de premier plan sont le grand méchant tortionnaire, éleveur de veuves, faiseur d'orphelines et d'esclaves à sa solde, la quintessence même de l'ordure sans même le moindre début de reflet de lumière pour le sauver. Le type que tout le monde veut voir mourir, et si possible dans d'atroces souffrances. Pas vraiment nuancé comme zig quoi. L'autre homme c'est le Red Guardian, ou plutôt ce qu'il en reste. Lui est clairement là pour amuser la galerie, et plutôt en tant qu'objet de moquerie qu'en tant que réel talent comique. Mais après tout, en comparaison de tous les autres films Marvel aux super-héros testostéronés, ça fait du bien aussi de ne pas toujours reproduire les mêmes types de personnages. Ce qui m'a cependant un peu manqué dans ce film, ce sont les vraies bonnes chorégraphies de combats auxquelles nous avait habitués Black Widow lors de ses précédentes prestations dans les Avengers par exemple. Pas que ce secteur du film soit totalement raté, mais j'en attendais clairement plus et mieux. Le film pèche un peu de ce point de vue j'ai trouvé. Sinon en action pure et grand spectacle on a ce qu'il faut, à la manière Marvel, c'est-à-dire très propre visuellement, toujours spectaculaire, très axé effets spéciaux digitaux, bref de la belle ouvrage, presque du classique maintenant tant ils nous y ont habitués. L'histoire développée dans ce film permet de mieux apprendre à connaître qui est Natasha Romanova alors qu'elle est des tous premiers personnages du MCU mais qu'on n'en savait finalement que très peu sur elle. L'intérêt d'ailleurs est que cette histoire est majoritairement détachée de celle du personnage papier telle que les lecteurs de Marvel le connaissent, ce qui a l'avantage de donner un parfum d'inédit au film pour tout le monde, vieux briscards comme néophytes en matière de super-héros. Évidemment cela risque de mécontenter les puristes, mais sincèrement, le traitement de Natasha tel qu'il est fait dans ce film m'a semblé très cohérent, intelligent et pertinent, je n'ai donc rien à en redire. Film Marvel mineur, qui permet cependant de se remettre dans le bain avant l'arrivée de nouvelles franchises, mais qui pour l'instant ne permet pas de relancer la machine vers quelque chose "de neuf", vers un nouvel arc narratif original. On n'a donc pas encore d'avant-goût des nouveautés qui nous attendent mais un petit rappel de ce qui a fait le succès des films du MCU jusqu'ici.

Comment je suis devenu super-héros : Comment, oui comment résister à l'envie de voir ce film quand on en connaît les ingrédients principaux : film français de super-héros, mélange de genres entre polar et film fantastique, Pio Marmaï en rôle principal, Benoît Poelvoorde en vieux justicier masqué parkinsonien à la ramasse ? Moi il ne m'en fallait pas autant pour aiguiser ma curiosité à son égard. Et j'ai été plutôt content de ce que j'ai vu. Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est le ton général, l'ambiance du film. On ne cherche pas à faire concurrence à Marvel ou DC, mais on reste dans une démarche sérieuse malgré tout, on ne donne ni dans la surenchère ni dans la parodie, le genre super-héros est respecté. Tout en lui donnant un angle d'approche inédit. Difficile d'ailleurs à qualifier autrement que de film de super-héros "à la française" même si cela peut paraître insuffisamment précis dit comme ça. Dans le traitement, ça m'a un peu fait penser à l'humanisation des personnages à super-pouvoirs que j'ai déjà pu rencontrer dans certains comics (au hasard, ceux écrits par Alan Moore ou Garth Ennis par exemple), ou encore sur d'autres supports comme le roman La vie sexuelle des super-héros de Marco Mancassola (bien que le sujet de fond y soit différent bien entendu). Gros point fort donc, l'interprétation et l'écriture. Quoique pour une fois le point faible du film réside plutôt dans le personnage du méchant, un peu too much, un peu trop caricatural pour le coup, alors que c'est pourtant le méchant qui donne l'impression de qualité de ce type de film à l'accoutumée. Ici il manque cruellement de profondeur, et ses excès et dérives ne suffisent pas à en faire un personnage suffisamment intéressant. Mais l'essentiel n'est pas là mais bien partout ailleurs, car tout le reste est plutôt réussi, ou tout du moins a su être à mon goût ! Je recommande donc, et évidemment : longue vie à Monte Carlo !

American Gods saison 3 : Avec American Gods je suis un peu embêté. Parce que j'aimerais en dire beaucoup de bien, l'encenser et le conseiller à tout le monde, mais je ne peux pas. Pourtant sur le papier tout y est pour que cette série cartonne : thème original et plein de promesses tiré du roman original de Neil Gaiman, casting en béton, image et effets ultra classes et léchés, narration chorale avec intrigues enchevêtrées exactement comme j'aime, critique de la société moderne et discours intelligent qui ne prend pas le spectateur pour un demeuré... Vraiment rien à redire sur tout ça. Et malgré cela, la mayonnaise ne prend pas comme elle devrait. L'intérêt varie d'un épisode à l'autre, parfois même d'une scène à l'autre. Le rythme s'en trouve impacté. L'opacité de certaines situations l'emporte sur la fluidité de la narration.  Si bien qu'à l'arrivée, on a conscience d'avoir regardé quelque chose d'agréable et de beau, mais on n'en ressort pas passionné, pas subjugué comme on le devrait. C'est malheureusement un sentiment visiblement partagé par le plus grand nombre, car malgré la qualité générale de haute tenue de la série, elle n'a pas été reconduite après sa troisième saison. Et très clairement cette option n'avait pas été envisagée par les scénaristes qui nous laissent en pleine intrigue, pour ne pas dire en plein cliffhanger de fin de saison, avec la perspective de n'en jamais voir la suite. Alors personnellement, ayant lu le roman je la connais cette fin tant attendue, mais je trouve rageant toutefois de ne pas avoir droit à une conclusion digne de ce nom pour une série quand même hors norme, aussi travaillée et ambitieuse  que celle-ci. Une dernière saison aurait largement suffit à terminer proprement et correctement toutes les intrigues en cours, c'est vraiment dommage de s'arrêter si près du but. La faute certainement aux nombreux couacs qui ont émaillé la production de cette série (conflits internes et départs de show-runners, scénaristes et comédiens en cours de route). L'essentiel n'aura donc pas su être sauvé, et en tant que spectateur on ne peut qu'amèrement le regretter...

Partager cette page
Repost0