Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

11 avril 2006 2 11 /04 /avril /2006 14:22

Période faste pour les comédies françaises sur grand écran en ce moment !
Après le succès phénoménal (plus de 10 millions d’entrées déjà) des Bronzés 3 bien que le film soit très moyen, le dernier Poelvoorde, le Ticket pour l’Espace des allumés Kad & Olivier, la énième aventure du François Pignon de Francis Veber, le génialissime Enfermés Dehors de Dupontel, l’arrivée annoncée à grands coups de promo dans les semaines qui viennent des films de Franck Dubosc (Camping), Dany Boon ( La Maison du Bonheur) et Jean Dujardin (OSS 117), les cinémas regorgent de films français (a priori) amusants.

Certainement pas tous des chefs-d’œuvre, mais incontestablement le signe d’une belle vitalité du genre. Et Jean-Philippe de Laurent Tuel en est encore une belle preuve, car outre un casting sur mesure, le film se construit sur une idée très originale et contrairement à ce qu’on aurait pu craindre, parfaitement développée et utilisée.

Sa collection centrée autour de Johnny Hallyday est un véritable refuge face au quotidien pour Fabrice.
 Fabrice
(Fabrice Luchini) est un type banal : cadre moyen, un petit pavillon en banlieue, une vie de couple un peu monotone, une fille adolescente rebelle. Ce qui lui donne du punch et rend sa vie plus belle, c’est aussi l’objet de son unique mais envahissante passion, Johnny Hallyday.
Fabrice est le fan ultime du chanteur. Mais après une soirée un peu trop arrosée, il va se réveiller dans un monde qui pour lui a tout de l’enfer : dans ce qu’il suppose être une réalité alternative, Johnny Hallyday n’existe pas. C’est une autre star du rock français qui tient sa place, Chris Summer ( Antoine Duléry).

Désespéré, Fabrice se met alors à la recherche de celui qui aurait du devenir son idole : Jean-Philippe Smet (Johnny Hallyday dans son propre rôle). Il finit par le retrouver, mais le Jean-Philippe de ce monde est un sexagénaire patron d’un bowling !
Fabrice se met alors en tête de faire de Jean-Philippe celui qu’il aurait dû être, c’est-à-dire la méga star du rock Johnny Hallyday.

Horreur et incompréhension : Johnny n'existe pas !!
Voilà pour l’histoire. Si on peut y voir un point de départ proche de Podium de Yan Moix (les protagonistes sont des fans acharnés qui ne vivent que par et pour leur idole) le film s’en démarque très vite, tout en ménageant un petit caméo sympathique à l’inénarrable Bernard Frédéric.
Fabrice Luchini parfois cabotin est ici lumineux, magnifiquement juste et d’une sincérité extrême, et son compère Johnny trouve un rôle « à sa mesure » ! Moi qui suis loin d’être fan du papy rocker, je me suis laissé embarqué par l’enthousiasme teinté de folie douce du personnage de Luchini. Et il y a quand même quelques incontournables du répertoire du chanteur qui ne peuvent pas laisser de marbre.
Sans vouloir trop en dévoiler sur le film, je peux dire qu’on ne voit pas le temps passer, on rit de bon cœur et on est totalement dans le film jusqu’au final très astucieux mais parfaitement cohérent avec le thème de départ.

Que dire de plus au sujet de cet excellent film ? Allez une petite anecdote intéressante : le scénario est si original qu’il s’est fait remarquer outre-atlantique, Hollywood a d’ores et déjà racheté le concept, et on murmure pour l’adaptation rien moins que… le nom de Madonna à la place de notre Johnny national !

Pour l’idée originale, pour la performance des acteurs et même si vous n’êtes pas branché Johnny Hallyday, il faut aller voir Jean-Phillipe.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Stéph 13/04/2006 19:54

NoNo >> un caméo c'est un rôle très court, presque de figuration, qui est en fait un clin d'oeil à l'intention des spectateurs avertis. Ici Bernard Frédéric apparaît le temps d'une scène, clin d'oeil à Podium. Autre exemple : dans la plupart des films récents tirés des comics Marvel, on aperçoit le temps d'un caméo Stan Lee, le créateur de Spider-Man, Hulk ou les X-Men.Mooutche >> oui, les deux sont à voir. Mais à savoir quand même que Jean-Philippe est largement plus "tout public" que Enfermés Dehors.

Mooutche 13/04/2006 13:49

Je ne suis pas non plus très fan de Johnny, mais j'ai beaucoup aimé ce film. J'ai été très agréablement surprise de toute la tendresse qu'il dégage grace à l'émerveillement presque enfantin qu'affiche Luchini chaque fois qu'il est en face de Johnny. C'est rigolo, avec une fin originale et intelligente.Une comédie très sympa et très différente d'Enfermé dehors, raison de plus pour ne pas choisir et aller voir les deux !!!

NoNo 12/04/2006 09:15

J'ai passé un agréable moment, et c'est vrai qu'on ne s'y ennuie pas.
C'est bourré de clins d'oeil et de références  au rockeur Franco-belge. De plus, on n'a pas besoin d'être fan jusqu'au bout des santiags, puisque Fabrice (qui possède la collection consacré à Johnny la plus importante de son département !!!) se charge de nous initier à sa biographie (du moins le début).
Tu pourrais m'expliquer ce qu'est  "un petit caméo" ?