Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

 

16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 07:15

Après les comics, après les séries télévisées et après les adaptations au cinéma, voici venir l’univers des super-héros dans le monde de la littérature par l’intermédiaire de ce roman de Austin Grossman, Un jour je serai invincible (chez Calmann-Lévy). Oh il y avait bien eu ici ou là des novélisations de super-héros, chez Marvel en particulier (le scénariste Peter David en a signé un certain nombre parmi les plus connues) mais rien qui ne dépasse l’adaptation de héros pré-existants et pour un public-cible essentiellement composé de jeunes lecteurs et d’amateurs de comics. Ici c’est un peu différent. Les héros mis en scène ne sont pas des reprises de personnages des grandes firmes (bien que la plupart soient très identifiables à des personnages existants chez Marvel et DC), le public visé est a priori adulte et si l’auteur s’amuse à jouer avec des codes et clichés bien connus des lecteurs de comics c’est pour mieux les détourner, parfois s’en moquer et en permanence montrer l’envers du décor.

Le roman est scindé en deux parties où l’on peut suivre en parallèle deux personnages.
D’un côté on a le Docteur Impossible, l’homme le plus intelligent du monde et aussi le plus grand super-vilain de l’histoire, qui compte bien s’emparer de la planète et imposer sa domination (bien qu’il ait déjà à son actif plusieurs tentatives, qui se sont toutes soldées par un échec jusqu’ici). Le Docteur Impossible est incarcéré dans une prison de haute sécurité, mais son esprit génial a déjà échafaudé un plan machiavélique pour s’échapper et conquérir le monde, et cette fois-ci, il en est persuadé, il a pensé à tout et rien ne l’arrêtera, pas même l’équipe de super-héros à laquelle il se heurte toujours, les Champions, qui ont à leur tête sa Némésis, Corefire (qui est clairement un avatar du Superman de DC). Surtout depuis que Corefire a mystérieusement disparu et ne donne plus signe de vie. Est-ce le premier acte du plan diabolique du Docteur Impossible ?
De l’autre côté on suit Fatale, une jeune femme qui à la suite d’un terrible accident a été totalement recomposée et est devenue une cyborg faite de chair, mais surtout de beaucoup de métal, de plastique et de silicone. Plus proche du char d’assaut ultra-sophistiqué que de la femme, elle a perdu tout souvenir de son existence passée et se consacre à devenir une super-héroïne digne de ce nom, ce qui semble enfin lui sourire puisqu’elle est sélectionnée pour devenir le nouveau membre de l’équipe des Champions, l’élite parmi les super-héros. Mais l’intégration au sein du groupe n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser : derrière la façade publique, les Champions ne sont qu’une addition incontrôlable d’égos surdimensionnés, depuis le sombre BlackWolf (l’équivalent de Batman) en passant par la belle Damoiselle (une version hyper-sexy et froide de Wonder-Woman) ou encore le bestial Feral (un mélange de Wolverine et Black Panther). Fatale va devoir faire ses preuves auprès de ses glorieux aînés, mais aussi abandonner ses illusions quant à leur prétendue perfection…

Pour tout amateur de super-héros, on n’a là rien de très original, et si comme moi vous êtes un habitué de ces univers bariolés de types en capes et en collants qui se frittent à grands coups de rayons laser et de pouvoirs surhumains vous serez en terrain connu et ultra-balisé. À ceci près que l’auteur traite tout celà d’un œil malicieux, en prenant le recul nécessaire pour apporter le second degré indispensable à ne pas tomber ni dans la caricature grossière, ni dans le ridicule affligeant. Le ton est résolument adulte, ne vous méprenez pas sur les intentions de Austin Grossman, il n’est pas là pour servir la soupe à des idôles pour adolescents attardés. L’univers qu’il décrit est certes enraciné dans les poncifs habituels de ce genre particulier que sont les histoires de super-héros, mais l’auteur sait parfaitement bien contourner ces dits poncifs pour y accoler sa lecture personnelle des mythes modernes que sont les encapés à super-pouvoirs. Il s’en moque parfois, montre l’envers du décor, met ses personnages dans des situations dans lesquelles il n’est pas coutumier de les voir, et surtout nous invite dans la tête de ses deux héros principaux, la jeune héroïne et le méchant mégalo en nous faisant partager leurs pensées, leurs doutes et leurs réflexions. C’est d’ailleurs en se plaçant depuis ce point de vue que Grossman parvient à tirer son épingle du jeu et évite ce qui aurait très vite pu basculer dans le grand-guignol. Il parvient à insuffler ainsi dans son récit une dose d’autodérision et d’humour, mais aussi de sensibilité voire même parfois de tendresse qui rend ses personnages attachants. À ce titre d’ailleurs c’est bien évidemment le Docteur Impossible qui est le personnage le plus abouti (comme souvent, le plus intéressant reste toujours le méchant d’une histoire), oscillant sans cesse entre traits de génie et poisse du loser, il est à la fois involontairement très drôle, parfaitement cruel et intellectuellement enthousiasmant. On se prend presque par moments à espérer qu’il parvienne enfin à ses fins tant on ressent son désir mêlé de besoin d’y arriver.

Cela étant dit, si je me suis bien amusé à la lecture de ce roman qui sort des sentiers battus de la littérature dite « sérieuse » et qui se permet de mettre les pieds dans l’univers souvent mal considéré des super-héros, je ne crie pas non plus au chef d’œuvre ni à l’ouvrage révolutionnaire. J’ai du mal également à faire la comparaison (que l’éditeur met lui-même en avant dans sa présentation du livre) avec les fameux Watchmen de Alan Moore et Dave Gibbons.

Je me permets un petit aparté d’ailleurs à ce sujet… parce que j’en ai un peu ma claque que dès que le thème des super-héros est traité un tant soit peu sur un ton adulte et avec un peu plus de recul que ce qui était fait spécifiquement pour les gamins dans les années 60 on le compare à Watchmen. D’accord c’est le mètre-étalon en la matière, d’accord c’est une œuvre majeure du genre et elle a durablement marqué l’univers super-héroïque, mais sans vouloir nier toutes ses qualités il faudrait un peu arrêter de l’invoquer à la moindre occasion. Ok pour le phénomène de mode, ça fait certainement un peu hype de le citer à tour de bras et puis ça donne l’impression de s’y connaître et d’être cultivé en la matière tout en gardant un vernis sérieux en parlant de gugusses en collants, mais depuis Watchmen (et déjà avant Watchmen du reste) il y a eu un nombre incalculable de comics qui traitent des super-héros sur un ton adulte, réfléchi et sérieux. Je dirais presque que ce sont les comics « basiques », à la façon Stan Lee et compagnie qui sont devenus la minorité, en tout cas qui ont été tant dévalorisés et ringardisés qu’on n’en voit plus beaucoup. Bref tout ça pour dire que j’adore Watchmen, mais que ça me saoule qu’on compare toujours tout à l’œuvre de Moore & Gibbons (avec bien entendu la plupart du temps le commentaire assassin et qui fait genre « je m’y connais » qui souligne que quand même « c’est pas du niveau d’un Watchmen », une façon à la fois de dire je connais Watchmen c’est une référence absolue et en même temps de se trouver une légitimité à être condescendant envers tous les autres comics parce que malgré tout c’est pas bien sérieux toutes ces histoires de super-héros pour boutonneux débiles et là il faut que j’arrête cette phrase parce qu’elle devient vraiment trop longue et vous avez besoin de reprendre votre souffle). Voilà, fin de l’aparté dont tout le monde se fiche.

J’en reviens donc à la comparaison faite entre Un jour je serai invincible et Watchmen. Pour moi elle n’a pas lieu d’être. Les deux œuvres s’inscrivent dans une lecture adulte du mythe des super-héros, et la comparaison s’arrête là à mes yeux. Le ton n’est pas le même, le traitement est différent, la finalité du discours diverge, on ne parle même pas de la forme… donc pour moi ça n’est pas vraiment pertinent comme comparaison. En revanche c’est certainement un bon argument de vente…

Alors à qui ce bouquin peut-il plaire ? a priori je dirais à tout le monde, bien que les allergiques patentés aux super-héros y resteront à coup sûr insensibles. A contrario, les fans de comics seront quant à eux forcément déjà un peu conquis d’avance. Reste tous les autres ! Alors si vous n’êtes ni pro ni anti super-héros, mais que vous êtes un peu curieux et ouvert à de nouvelles expériences (euh… on parle littérature là hein je le rappelle !), et si vous avez envie d’une lecture divertissante et qui ne se prend pas trop au sérieux, tentez votre chance avec Un jour je serai invincible, vous pourriez bien être agréablement surpris.

253 un jour je serai invincible

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 07:19

Voici l’un de mes gros coups de cœur de 2009. La Fin des Mystères de Scarlett Thomas m’a littéralement passionné, enthousiasmé, subjugué. Avec La Route et Un Mec Sympa (dans des styles tous très différents) il s’agit de mon tiercé gagnant de l’année passée (impossible de donner un ordre précis d’arrivée), le genre de claque qu’on aimerait se prendre plus souvent !

Pourtant au premier abord, je n’aurais pas parié grand-chose sur la possibilité que ce livre me plaise autant. La quatrième de couverture ne m’a absolument pas accroché, et pour être honnête si le roman s’en était tenu à ce qui y est annoncé en résumé de l’intrigue j’aurais passé mon tour. Les mystères et légendes urbaines à base de livre maudit, voilà un thème bateau qui aurait plutôt tendance à me faire fuir. Ce qui a piqué ma curiosité ce sont les échos ultra-favorables que j’ai pu en avoir au travers de sites où les intervenants ne sont pas du genre à mâcher leurs mots quand ils n’aiment pas un bouquin, et des éloges de la part de gens dont la culture et l’érudition m’inspirent confiance. Grand bien m’a pris de ne pas m’arrêter à ma première impression, et très certainement l’effet de surprise qui en a résulté m’a encore plus fait aimer ce roman.

L’héroïne de l’histoire est une étudiante britannique, Ariel Manto, qui rédige une thèse sur les « expériences de pensée », depuis la théorie du Big Bang jusqu’à la relativité d’Einstein en passant par le chat de Schrödinger, la théorie du Chaos ou la montre de Paley, à travers l’étude transversale de divers scientifiques. C’est avec une émotion intense et totalement incrédule qu’elle tombe un jour sur un exemplaire de La Fin des Mystères, ouvrage de la fin du XIXè siècle rédigé par un scientifique victorien méconnu, Thomas Lumas. Lumas y raconte sous forme d’histoire romancée l’aventure d’un certain Mr. Y qui par l’intermédiaire d’une potion étrange accède à un pan de la réalité qu’il a nommé la troposphère et qui n’est ni plus ni moins que la dimension de la pensée pure. Pour Ariel cela tient quasiment du miracle : un seul exemplaire de ce livre est répertorié et enfermé dans un coffre-fort quelque part dans une banque suisse et la voilà en possession d’un autre exemplaire de l’ouvrage qu’elle pensait unique. Et ce n’est pas tout… une légende flotte au sujet de ce livre, une malédiction qui voudrait que tous ceux qui l’ont lu auraient mystérieusement disparu…
Mais la curiosité et l’esprit de découverte d’Ariel vont la pousser à se jeter dans la lecture du livre de Lumas, et ce qu’elle va y découvrir changera radicalement sa perception du monde en lui ouvrant l’accès à cette fameuse troposphère. Cependant Ariel n’est pas la seule à s’intéresser à ce livre, et c’est simultanément dans la réalité matérielle et dans la dimension de la pensée que va s’engager une haletante course poursuite, parsemée de découvertes et d’expériences incroyables…

(Petit aparté : le titre original comporte un joli jeu de mots malheureusement intraduisible puisqu’il reprend le titre du livre de Lumas « The End of Mr. Y ».)

Je ne sais pas si avec ce court résumé d’introduction j’aurai réussi à vous donner l’envie de lire La Fin des Mystères, mais sachez que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg que je vous ai dévoilée là ! Ce livre est d’une richesse assez incroyable, abordant un nombre impressionnant de thèmes allant de la physique quantique à la foi, la philosophie, la science, l’amour, la littérature, Dieu, le sexe, la vie, la mort…
Et ce qui le différencie encore un peu plus des autres livres qui abordent ce genre de sujets, c’est le style, le ton, l’écriture. Souvent ce sont des scientifiques qui écrivent et vulgarisent des expériences telles que celle du Chat de Schrödinger pour reprendre un exemple connu. Des scientifiques écrivains en quelque sorte. Ici on sent nettement qu’il s’agit de l’inverse. C’est une âme littéraire qui parle de concepts scientifiques. Et ça change beaucoup l’angle sous lequel tous ces concepts sont intégrés dans l’histoire. La métaphore devient la réalité, ou peut-être est-ce la réalité qui n’est rien d’autre qu’une métaphore créée par notre esprit ?
Une citation de Samuel Butler introduit la première partie du roman et donne le ton : « Non seulement rien n’est ni bien ni mal si ce n’est par la pensée, mais rien n’est en soi tant que la pensée ne l’a pas fait exister. »

Mais ne soyez pas effrayé pour autant, Scarlett Thomas ne nous assène pas de vérité fracassante à la manière d’un gourou de secte, elle nous mène simplement à travers la pensée, dans des réflexions sur ce qu’est le monde, sur ce que nous représentons en tant qu’êtres intelligents et doués de conscience, elle donne quelques clés pour aborder les dernières découvertes en matière de physique quantique (ce lien ténu entre matière et énergie, ondes et particules…), bref au travers de La Fin des Mystères on est amené à dépasser les simples apparences du monde qui nous entoure… ce qui de fait nous inclut dans le livre, et fait du lecteur également un acteur. On ne peut s’empêcher de faire des rapprochements et des comparaisons avec notre ressenti, nos expériences, notre vision de la vie. J’ai pour ma part été tout particulièrement emballé et scotché par le chapitre 25 (si ma mémoire ne me joue pas des tours) dans lequel Ariel et un des personnages du roman discourent d’une théorie sur la réalité, la pensée et leur substance, et quand un livre parvient à mettre mes neurones en ébullition comme ça, je suis conquis.

Je précise également qu’il est inutile d’être un scientifique pour comprendre ce livre, même si certains concepts abordés semblent compliqués à première vue. Il suffit d’être curieux et de se laisser aller à la réflexion pour accompagner Ariel dans son périple incroyable.

Ce roman, outre la part belle qu’il donne à l’imagination, est aussi une formidable invitation à la réflexion, à l’introspection, à la mise en abîme de ses propres certitudes et croyances. On est embarqué dans une remise en question de tout ce qu’on pensait jusqu’alors évident, l’existence nous est présentée sous un jour qu’on n’aurait peut-être jamais imaginé seul. On s’évade, on découvre, on grandit avec ce livre.

À lire absolument.

252 fin des mysteres

Partager cet article
Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 06:40

Voici un drôle de bouquin, précédé d’une plutôt bonne presse outre-atlantique (qui met principalement en avant l’humour de l’auteur comme son atout majeur) et affublé d’une couverture pour le moins hideuse à mon humble avis ! D’un rose flashy, dotée d’une iconographie tout en formes géométriques, je dois bien dire que ce n’est pas le genre à me pousser à ouvrir un livre…
Mais bon, passées ces considérations esthétiques somme toute peu objectives, je me suis intéressé plus avant à ce qu’avait à nous raconter l’auteur, Christopher Moore, histoire de voir si les promesses d’originalité et de drôlerie étaient bien tenues.

L’histoire prend place à San Francisco, et met en scène Charlie Asher, un type tout ce qu’il y a de plus banal, se définissant lui-même comme un « mâle-bêta », comprenez un monsieur-tout-le-monde-insignifiant, en opposition aux « mâles-alpha » qui sont beaux, brillants, promis à de grandes choses et à qui tout réussit dans la vie. Charlie donc, a conscience d’être un homme très commun qui vit une existence sans grande prétention et ça lui va bien ainsi. Car dans sa condition de mâle bêta il se considère comme chanceux malgré tout. Il a une femme superbe, Rachel, il tient une boutique de brocante qui lui permet de vivre correctement, et surtout il est sur le point de devenir l’heureux papa d’une petite Sophie. Et Charlie se contente bien de cette petite vie rangée, qui suffit à son bonheur.
Sa vie prend une tournure imprévisible autant que tragique quand sa femme meurt peu de temps après avoir donné naissance à leur enfant. Dans sa chambre d’hôpital, Charlie tombe sur un géant noir habillé tout de vert à son chevet et la surprise est partagée : le géant est un collecteur d’âmes, et si Charlie est capable de le voir c’est parce que lui-même en est devenu un… Dès lors Charlie bascule dans un monde insoupçonné, délirant et inquiétant… Son nouveau statut oblige Charlie à récolter les âmes des gens dont les noms s’inscrivent mystérieusement et presque quotidiennement sur son calepin, tout en élevant son bébé. Et il a plutôt intérêt à bien s’acquitter de sa tâche, car des voix menaçantes d’esprits maléfiques résonnent depuis les égouts ; ces démons des entrailles de la terre profitent de chaque erreur de Charlie pour accumuler eux aussi des âmes et se renforcer ainsi jusqu’à pouvoir sortir de leurs ténèbres et étendre leur royaume à la surface…

Dit comme ça, je réalise que c’est plutôt lugubre comme histoire mais ne vous y fiez pas, l’auteur traite tout cela sur un ton très léger, et l’humour tant encensé par ailleurs est bien présent tout au long du récit. Peut-être presque trop même à bien y réfléchir, car l’histoire oscille sans cesse entre noirceur du contexte et loufoquerie des personnages, pas un seul n’échappant au regard acide de l’auteur qui les affublent quasiment tous de l’une ou l’autre spécificité bien bizarre pour ne pas dire excentrique. Entre les voisines russe et chinoise de Charlie qui sont deux tyrans domestiques ou les deux employés de son magasin d’occasion : une jeune gothique aussi vive d’esprit que prompte à sécher les cours et un ex-flic à la recherche de l’amour sur internet et qui se verrait bien en Jack Bauer du pauvre (assez hilarant ce dernier il faut le dire), Charlie évolue dans un environnement assez atypique. Sans parler des deux « cerbères des enfers », des chiens immenses qui dévorent absolument tout ce qui leur passe sous la gueule et qui vont élire domicile chez lui et devenir les gardes du corps attitrés de la petite Sophie. Cela étant dit, si l’humour est bien omniprésent, il ne fait pas pour autant mouche à chaque fois, l’ensemble des gags impliquant les chiens par exemple ne m’ayant pas vraiment fait rire… à trop vouloir en faire parfois Moore lasse un peu, ou se répète. Et puisque je me permets de critiquer un peu l’humour parfois trop présent dans le récit, je me dois de signaler la toute fin du roman, et tout particulièrement la dernière réplique qui dans le genre loufoque et potache m’a fait éclater de rire !
De manière plus générale le roman est bien écrit, intéressant, enlevé et l’auteur se permet même des passages beaucoup plus sombres, voire même très tristes (on parle quand même de mort du début à la fin oh !) qui sont réussis et qui tranchent dans le ton avec le reste.

Quant à l’originalité de l’histoire… ben on va dire qu’il n’y a pas de quoi s’en relever la nuit non plus ! Pour ce qui est  « personnification de la mort » ce n’est pas vraiment comme si ça n’avait jamais été traité (rien qu’à l’écran depuis la Quatrième Dimension jusqu’à Rencontre avec Joe Black par exemple), et même dans ce cas précis de « collecteurs d’âmes » on ne peut s’empêcher de penser par exemple à la série Dead Like Me (plus que moyenne soit dit en passant) dont c’est très exactement le thème (je crois que le livre est sorti aux USA en 2006 mais je ne suis pas sûr de la date de sortie exacte de la série télé, donc je ne sais pas qui a l’antériorité sur ce coup là). Non vraiment, ce n’est pas l’originalité qui m’aura le plus frappé dans ce roman, ni l’intrigue principale à vrai dire (toujours un peu trop comique pour être flippante, ou toujours un peu trop gore pour être vraiment drôle), mais plutôt la galerie sympathique de personnages secondaires, certains même auraient bien mérité un « temps de présence » supérieur selon moi (les employés de Charlie notamment).

En fait je suis ressorti de la lecture de ce roman comme on sort un peu d’une série B, avec dans l’idée que c’était pas mal mais que le potentiel d’être mieux était là. Que parfois dans le mélange humour / noirceur la mayonnaise ne prenait pas à chaque coup, et que si la lecture se faisait sans déplaisir elle n’en restait pas pour autant un moment inoubliable. Bref, en gros si je devais résumer en une phrase mon ressenti sur Un Sale Boulot, je dirais : pas mal, mais peut mieux faire.

251 un sale boulot

Partager cet article
Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 06:25

250 Nathan nb1

250 Nathan nb2

250 Nathan nb3

Un très grand merci à ma petite soeur Marie et à ses talents de photographe.
Et à mon petit bonhomme de toujours faire des sourires à son papa.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 07:16

Dans la série des titres qui claquent, celui-ci a plus qu’attiré mon attention.
Faut dire que si on le prend au pied de la lettre, ce titre c’est tout un programme !!

 Mort aux cons c’est donc le premier roman de Carl Aderhold, dont le personnage principal (qui est aussi le narrateur de l’histoire), un type à la base tout à fait normal et sans grande envergure, voit sa vie prendre une tournure très spéciale un soir où il se débarrasse dans un geste d’exaspération du chat d’une de ses voisines qui l’importunait. D’abord honteux de son geste, il constate dès le lendemain les réactions que cela provoque dans son voisinage, et l’élan de solidarité entre habitants qui se crée. C’est ainsi qu’il décide de prolonger l’expérience en devenant un véritable serial-killer d’animaux de compagnie dans le quartier. Et une chose en entraînant une autre, il passe rapidement au stade supérieur : les humains. Mais attention, pas n’importe comment, pas au hasard : le narrateur décide de s’attaquer à l’un des plus grands fléaux qui gangrène notre société : les cons !
Dès lors c’est l’hécatombe, et pas moins de 140 meurtres de cons (ou actes d’intérêt public c’est selon l’appréciation) vont s’enchaîner…


Faut bien le dire, ce bouquin a un petit côté régressif qui lui donne une saveur tout à fait jouissive. Parce que soyons honnête, qui n’a pas un jour de mauvaise humeur pesté contre le type qui vous colle au cul à 140 sur l’autoroute, contre le gars qui vous saoule de ses idées moralisatrices et intolérantes jusqu’à l’overdose ou contre n’importe quelle personne qui détient un quelconque pouvoir, même le plus minime, et qui a décidé d’en abuser sur vous ? Pour ma part je me rends compte que j’en rencontre de plus en plus de ces énergumènes, et j’en ai retrouvé certains prototypes dans ce livre, à qui le héros fait passer un sale quart d’heure… Ben c’est peut-être idiot mais par moments je me suis senti comme… vengé ! pas de quoi avoir froid dans le dos hein, je ne suis pas un serial-killer dans l’âme, n’empêche que je confesse qu’un léger parfum de satisfaction accompagnait la lecture de certains passages à trépas.


Bon outre cela, il y a dans ce livre un humour assez bien senti, et surtout un aspect que j’ai beaucoup aimé, la recherche permanente de la définition du con. Enfin des cons, car il y en a de toutes sortes ça va sans dire. Il y a quelques jeux de mots déclinés en définitions que j’ai trouvées réjouissantes (le con-génital, le con-vaincu, le con-disciple ou encore le con-citoyen, je vous laisse découvrir le reste par vous même, il y en a d’assez savoureux). Cependant j’ai trouvé dommage que l’auteur ne pousse pas trop le raisonnement dans la direction du « on est tous le con de quelqu’un » qui aurait pu peut-être enrober le reste d’une profondeur du propos bienvenue. Parce que voir des cons in-con-testables se faire descendre c’est rigolo et tout, mais quand au cours de sa croisade le tueur bute un con pas aussi indiscutablement con que ça, ou pire quand on se reconnaît un tout petit peu dans l’une ou l’autre victime le rire prend des teintes jaunies…

Et puis d’un point de vue purement logique, il me paraît assez in-con-cevable (bon j’arrête ces jeux de mots nazes) qu’un si grand nombre de meurtres soient perpétrés par un seul homme au nez et à la barbe de la police (bien que certains soient parfaitement maquillés en accidents) sans qu’aucun recoupement ne mène à leur auteur… Par exemple, la liste de DRH qui passent l’arme à gauche à elle seule devrait suffire à sceller le destin du meurtrier selon moi. De même pour le psychanalyste à qui le héros se confie et auquel il raconte tous ses crimes : je veux bien que le secret médical soit respecté, mais de là à taire les agissements d’un tueur en série (ou au mieux d’un type qui a de graves pulsions de meurtre si on considère l’hypothèse que le psy ne croit pas à la véracité de ses actes) c’est un peu fort de café. Il faut donc accepter certaines facilités un peu grosses de ce point de vue là pour correctement apprécier l’intrigue. Cela étant, à mes yeux ce livre n’est pas un polar, l’intérêt n’est pas le réalisme dans l’enquête policière mais bel et bien le cheminement de pensée du tueur et l’enchaînement de ses victimes, on peut donc passer outre certaines incohérences (ou disons certaines improbabilités) assez facilement sans que cela ne gâche le plaisir de lecture.


Bref, j’ai lu Mort aux cons avec légèreté et sans bouder mon plaisir, il ne faut pas rester bloqué sur certains détails qui dans un contexte d’histoire plus sérieuse condamneraient le livre. Si vous décidez de lire Mort aux cons, faites-le dans l’idée de lire un pur divertissement et non pas un polar ultra-ficelé, ce qui ne vous empêchera pas par ailleurs de dépasser certaines situations cocasses pour réfléchir plus sérieusement avec le héros et l’auteur à ce qu’est pour vous la définition d’un con. Et ça, finalement, ce n’est pas aussi évident qu’on pourrait le croire !


249 mort aux cons

Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 06:50

Il est des livres qui vous poursuivent. Littéralement dans ce cas précis. Je m’explique…
Ce bouquin, Les Voies d’Anubis de Tim Powers m’a été offert en 2001 par quelqu’un qui compte beaucoup pour moi, mon ex-collègue et ami Rémy. Et honte à moi, je n’ai réussi à le lire qu’en 2009 !! Pourtant je l’ai traîné avec moi dans beaucoup d’endroits avec pour but de le lire, il a ainsi traversé l’Atlantique et s’est fardé 4500 bornes de route dans l’Ouest américain, connu plusieurs séjours à Aix-en-Provence, mais rien n’y a fait, il restait obstinément au fond de mon sac sans que je n’arrive à m’y mettre sérieusement. Une fois pourtant j’avais entamé le prologue, qui est à mon sens tant bardé de noms complexes, de personnages non-identifiés et de dialogues imbitables que j’avais abandonné lâchement ma lecture, convaincu que je reprendrais sous peu mais sachant bien que le livre attendrait à nouveau un laps de temps indéterminé avant de revenir à mon programme…
Et donc quand je suis passé à mon opération « cette année je lis plus de romans », automatiquement m’est revenu à l’esprit Les Voies d’Anubis, qui a donc bien fini par passer à la casserole ! Ça y est Rémy, si t’as un autre bouquin à me faire lire c’est bon, je suis prêt !!

 Les Voies d’Anubis est considéré par pas mal de connaisseurs comme une référence en matière de roman de SF / Fantastique et en effet dans les thèmes abordés je n’ai pas été déçu : on côtoie pêle-mêle dans cette histoire des magiciens sanguinaires, un lycanthrope, des voyageurs temporels, des dieux égyptiens, des esprits qui changent de corps, des monstres mutants… et un clown sur échasses. Et ce dernier n’est pas des moindres.
Comme je le disais plus haut, le prologue est très difficile à lire, on n’y comprend rien et les termes employés sont à ce point obscurs qu’on est tenté de se dire qu’on a mieux à faire que de lire des trucs dont on ne pipe pas un mot sur deux. Honnêtement je pense que ce prologue ne peut que nuire à la lecture du roman car non seulement il décourage celui qui aborde ces pages par simple curiosité « pour voir », mais en plus il n’a aucun effet intrigant sur le lecteur, ni le moindre intérêt par rapport à un quelconque développement plus tardif dans le roman. Mais si vous passez le cap (que vous pouvez même carrément sauter pour les moins courageux) de ce prologue soporifique, dès le premier chapitre on aborde l’histoire par une narration de facture bien plus classique, agréable à lire et débarrassée de toute l’incompréhension des premières pages. On suit dès lors Brendan Doyle, professeur de littérature au physique anonyme et sans âge, spécialiste de la poésie anglaise du XIX siècle et plus particulièrement du poète méconnu William Ashbless. C’est à ce titre qu’il est contacté par J. Cochran Darrow, un érudit milliardaire qui a la réputation peu sérieuse d’être un iconoclaste versé dans l’ésotérisme, les croyances et les shamaneries de toutes sortes. Ce dernier lui dévoile son grand projet : il a trouvé le moyen de voyager dans le passé et propose à Doyle de lui servir de guide à lui et ses amis (plusieurs autres très riches hurluberlus qu’il a convaincu de financer son projet de voyage littéraire temporel) dans l’Angleterre victorienne au cours de leur voyage de quelques heures et pendant lequel ils iront assister à une conférence de Coleridge
D’abord pas convaincu du tout, Doyle tente l’expérience et contre toute attente les voyageurs se retrouvent bel et bien dans le Londres de 1810 !! Évidemment, c’est lors du retour que les choses vont se gâter pour Doyle qui se voit enlevé par un sorcier gitan patibulaire qui l’empêchera de prendre la « porte » qui devait le ramener au XXème siècle…
Dès lors, prisonnier du passé, Doyle va devoir se débrouiller pour trouver non seulement un moyen de retourner dans son époque, mais aussi de subsister dans ce Londres inhospitalier où pourtant il ne semble pas être le seul « échappé du temps » puisqu’une personne insaisissable se promène ça et là dans la foule en sifflotant l’air de Yesterday des Beattles !!!
Les pérégrinations de Doyle vont le mener de surprise en surprise, et il va vite se retrouver au beau milieu d’un conflit entre les deux troupes de mendiants qui se partagent la ville… ce qui ne sera que le début d’une longue course-poursuite émaillée de rebondissements, d’action et de suspense.

Vraiment je comprends pourquoi ce roman est considéré comme une référence en la matière, tant il est dense, aussi bien en thèmes chers au genre Fantastique (le voyage dans le temps, la lycanthropie, la magie noire –oubliez Harry Potter-, l’interversion des esprits entre deux corps), qu’en personnages forts et charismatiques (le clown, le docteur Romany, Doyle, le géant). Le style est riche, la narration trouve le juste milieu entre dynamisme et sobriété ce qui lui confère du reste l’attrait d’un classique instantané du récit de voyage dans le temps (j’avoue avoir un faible pour ce thème). Et bien qu’on voit parfois quelques rebondissements arriver c’est pour mieux se laisser surprendre par ceux qu’on n’a pas du tout anticipés, d’autant que le suspense est gardé jusqu’à la toute fin de ce qu’il advient du personnage principal.

Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman de ce style, ça m’a rappelé furieusement les années lycées où j’ai écumé les romans et nouvelles d’A.E. Van Vogt, Philip K. Dick et autres Aldous Huxley. Car je range sans hésiter Les Voies d’Anubis auprès de ses glorieux aînés. Si le style vous parle, allez-y c’est du très bon !

248 voies anubis

Partager cet article
Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 09:58

Voilà un roman qui ne paie pas de mine, au titre pas très accrocheur et au pitch assez classique, l’exemple même du bouquin qu’on aborde un peu dans le flou, sans spécialement un grand enthousiasme.
Mais qu’on lit tout de même, et dans mon cas pour deux raisons. La première c’est qu’il m’a été offert (et pour moi, choisir avec attention un cadeau pour quelqu’un donne toute sa valeur à l’objet offert, encore plus lorsqu’il s’agit d’un livre, d’où le statut très spécial et cher à mon cœur de celui-ci). La seconde c’est qu’il est écrit par Laurent Chalumeau, journaliste-écrivain qui a une plume très agréable à lire, moderne et vive, et qui signait dans les années 80 des articles dans Rock’n’Folk. À ce titre, et pardonnez la totale digression, je ne peux que vous conseiller son papier sur le Boss dans le hors-série de Rolling Stone consacré à Bruce Springsteen et paru en février 2009, car en plus de ses qualités d’écrivain, le bougre a un sacré bon goût musical ! Et puis si vous avez connu la grande période de l’émission de Canal+ Nulle Part Ailleurs, il y écrivait avec son compère de longue date Antoine de Caunes les textes de ce dernier pour les personnages qu’il interprétait en fin d’émission (depuis Aquarium le baba-cool à Raoul Bitenbois en passant par Didier l’embrouille et autres persos tous plus hauts en couleurs les uns que les autres), ça vous posera peut-être un peu mieux le-dit Laurent Chalumeau !

Donc le mec sympa en question qui donne son titre au bouquin, c’est Manu Bonal, ancien espoir du tennis français du temps où il jouait en junior. Manu est en liberté conditionnelle, il sort de prison après trente-deux mois d’enfermement à la maison d’arrêt de Grasse. Car Manu ne faisait pas que jouer au tennis, il améliorait son quotidien par quelques vols de bijoux et autres cambriolages… Mais son passage en prison l’a remis sur le bon chemin, et pour lui c’est clair : sous aucun prétexte il ne retournera en maison d’arrêt, quitte à redevenir honnête. Aujourd’hui il a un petit job sans prétention de prof de tennis dans un club ultra-select de la Côte d’Azur, et il compte bien se contenter de ce statut plutôt agréable pour profiter de sa liberté retrouvée.
Le problème c’est que son nouveau conseiller d’insertion et de probation qu’il doit voir pour un suivi mensuel de sa liberté conditionnelle, ne l’entend pas de la même oreille. Il propose un marché à Manu : soit il cambriole pour lui une collection de montres anciennes d’une grande valeur, soit il le renvoie en taule en falsifiant et en chargeant son dossier. Manu est pris au piège : s’il refuse ce sera un retour en prison assuré, s’il accepte il a toutes les chances de finir de la même manière…

Voilà pour l’intrigue de départ. Une histoire de chantage, assez classique comme je le disais en introduction. Mais le bouquin est loin, très loin de se limiter à cela. Car sur cette trame principale viennent se greffer plusieurs autres intrigues secondaires qui vont introduire une bonne douzaine d’autres personnages tous plus savoureux les uns que les autres. C’est la grande force de Chalumeau : ses personnages sont extraordinaires, à la fois très charismatiques et parfaitement crédibles. On croisera au gré des pages un chirurgien esthétique qui ne pense qu’au fric et au cul, une bourgeoise en mal d’aventures, un criminel de guerre serbe sans pitié complexé par ses grosses fesses, une ravissante beurette employée de l’administration pénitentiaire et militante dans une association d’aide aux prostituées, un clandestin roumain qui compte bien devenir le Scarface de la Côte d’Azur, etc… Ils n’ont a priori aucun lien entre eux mais leurs destinées vont se croiser au fur et à mesure du déroulement de l’intrigue qui évolue de surprise en surprise. Pour ça aussi, le gars Chalumeau est balèze : il envoie rebondissement sur rebondissement et joue avec le lecteur entre moments de franche rigolade et passages plus durs et qui font monter la tension en flèche…
Le tout est mis en valeur par une science des mots et une maîtrise des dialogues jouissive qui font de la lecture d’Un mec sympa un vrai bon moment.

D’ailleurs là aussi j’ai failli me faire avoir en début de lecture. C’est bien simple, j’ai détesté au départ le style narratif de Laurent Chalumeau, blindé raz la gueule de participes présent qui m’ont tout d’abord rebuté, me donnant l’impression que l’auteur en usait et en abusait histoire de coller un style tape-à-l’œil, post-moderne et limite frimeur à son bouquin. Du genre « sujet-verbe-complément c’est pour les nazes oh ! », j’avais l’impression qu’il s’acharnait à commencer toutes ses phrases par un participe présent, bouffant systématiquement le sujet, ce qui donnait un aspect très prétentieux à la narration. Et puis au fil des pages j’ai changé d’avis. D’abord parce que l’histoire m’avait happé, ensuite parce que finalement j’ai trouvé que le style employé faisait ressortir un caractère nonchalant, fataliste, tantôt m’enfoutiste tantôt carrément suffisant, qui collait parfaitement avec certains personnages, Manu et le chirurgien plastique en tête.
Bref, le style m’a dérouté, voire déplu au début, mais on s’habitue vite et finalement une fois qu’on s’y est fait ça passe tout seul.

Bref, pour ses personnages truculents, pour son scénario diaboliquement bien ficelé, pour ses dialogues ciselés et pour son humour percutant j’ai adoré ce livre qui est un de mes gros coups de cœur de 2009. À découvrir absolument !

247 un mec sympa

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 07:07

Encore tout imprégné de mon trip australien dispensé par le bouquin de Bryson, je suis tombé sur cet ouvrage au titre bizarre qui m’a interpellé au premier coup d’œil : Le Koala Tueur et autres histoires du bush de Kenneth Cook.
Je ne connaissais pas l’auteur mais j’ai de suite souri en repensant à un passage de Nos voisins du dessous où Bryson remarque le nombre incroyable de lieux et de personnes qui se nomment « Cook » en Australie… en voilà encore une illustration.

Au fil des quinze nouvelles qui forment ce livre, l’auteur nous raconte avec un humour féroce et un sens de l’autodérision marqué ses expériences dans le vaste bush australien et ses rencontres plus ou moins heureuses avec sa faune, animale comme humaine.
Selon ses propres aveux, ces anecdotes sont toutes véridiques mais semblent tellement invraisemblables que Cook n’a jamais pu les intégrer dans un de ses romans, de peur de ne pas être cru. Mais si je veux croire en sa parole je ne peux m’empêcher de penser que l’auteur australien aura par-ci par-là quelque peu brodé en racontant ses loufoques aventures. Et selon moi il a très bien fait ! Car le résultat est là : les personnages, aussi bien humains qu’animaux, sont dépeints avec un réalisme teinté d’humour piquant et font la force des différents récits, au-delà même des situations burlesques qui nous sont contées.

Toutes les nouvelles ne sont pas exceptionnelles, certaines m’auront beaucoup plus fait rire que d’autres. Je retiens entre autres la rencontre de Cook avec un chameau kidnappeur à l’haleine pestilentielle, sa mésaventure face à un razorback (les cochons sauvages d’Australie) furieux qui compte bien démontrer qui est le chasseur et qui est le chassé, le concours de buveurs de bières au sein d’une colonie de mineurs d’un gisement d’opales, et surtout la pépite du bouquin : le combat entre l’homme (en l’occurrence Cook) et le koala tueur du titre. Ce récit-là m’a fait littéralement éclater de rire tant il est bien raconté et hilarant. Je ne résiste pas à l’envie de retranscrire ici ce que pense Cook de ces adorables bestioles : « Je n’aime pas les koalas. Ces sales bêtes, aussi hargneuses que stupides, n’ont pas un poil de gentillesse. Leur comportement social est effroyable – les mâles n’arrêtent pas de se tabasser ou de voler les femelles de leurs semblables. Ils ont des mécanismes de défense répugnants. Leur fourrure est infestée de vermine. Ils ronflent. Leur ressemblance avec les nounours est une vile supercherie. Il n’y a rien de bon chez eux. »
Cook donc n’aime pas les koalas. Mais je vous assure que c’est réciproque, les koalas n’aiment pas Kenneth Cook non plus !!

Requins, crocodiles énormes, chat sauvage caractériel, reptiles et serpents de toutes sortes, mais aussi aborigène au sens des affaires très développé, montreur de serpents totalement inconscient ou plongeur un peu timbré, Cook va croiser sur sa route tout ce dont on ne vous parle pas dans les agences de voyage quand on vous vante les beautés de l’Australie. Si vous avez envie de passer un bon moment, si vous avez envie d’un peu de légèreté et d’une lecture dépaysante et amusante, sans forcément tutoyer le génie Kenneth Cook saura répondre à vos attentes avec ce bouquin. Et si un jour vous vous retrouvez à visiter une forêt d’eucalyptus en Australie prenez la bonne résolution de surtout laisser les koalas qui y vivent tranquilles ! à vos risques et périls !!

246 koala tueur

Partager cet article
Repost0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 07:51

Il y a deux pays qui me fascinent par leur immensité, leur aura et leur façon de conjuguer modernité et nature sauvage, ce sont les États-Unis et l’Australie.
Après avoir lu avec délectation American rigolos de Bill Bryson dans lequel il taille amicalement un short à ce beau et grand pays qu’est l’Amérique, je me suis donc précipité pour lire ce qu’il avait à dire sur ce continent aux antipodes de tout, l’Australie.

Bien que la présentation reste la même et qu’on les trouve au sein de la même collection aux éditions Payot, les deux livres ne sont pas du tout formatés à l’identique. American rigolos est un recueil de chroniques relativement courtes et bien senties sur les States, alors que Nos voisins du dessous est un véritable récit de voyage où Bryson raconte son périple à travers le pays en découpant ses chapitres « géographiquement » au fur et à mesure de l’avancée de son voyage. D’une lecture beaucoup plus classique donc, moins aérée et moins légère on sent parfois l’auteur moins à l’aise pour les transitions que dans ses courts billets du livre précédent.
Cela étant, on ne s’ennuie pas pour autant, le rythme est simplement plus lent et Bryson prend plus de temps à décrire l’Australie telle qu’elle lui apparaît. Sur le fond la formule reste la même : on apprend énormément de choses sur cette contrée éloignée, et on mélange allègrement faits historiques, informations de première importance et petites anecdotes amusantes et instructives.
Pour nous faire découvrir le pays, Bill Bryson aime se décrire dans toutes sortes de situations où il n’est pas forcément à son avantage, et sait faire rire à ses dépends. Il manie les traits d’humour avec finesse et talent, sans jamais toucher à la vulgarité ou à l’exagération outrancière, tel le parfait anglais d’adoption qu’il est. Son récit ne se départit que très rarement de l’humour qui le caractérise et quand il le fait c’est pour aborder des sujets graves et douloureux, comme par exemple le problème d’intégration au sein de la société australienne de la population aborigène.

L’image qu’il donne de l’Australie c’est avant tout sa démesure en toute chose. Sa taille, son climat, sa végétation, sa faune et ses habitants, absolument tout semble verser dans l’extrême. On a l’impression en le lisant que si l’Australie peut par bien des aspects ressembler à un petit paradis préservé de la folie occidentale, elle peut aussi bien basculer à tout moment dans l’enfer total pour qui n’y prendrait garde en s’y aventurant à la légère.
Bryson ne donne pas de l’Australie un visage idyllique, loin s’en faut, mais malgré la somme de dangers potentiels qu’il énumère et le nombre de mises en garde qu’il nous assène, sa description de ce pays-continent et le récit de son voyage à travers les divers territoires australiens donnent une irrésistible envie de découvrir cette terre du bout du monde, loin des prospectus de papier glacé à l’intention du touriste en mal de station balnéaire. Et au-delà même des paysages hors-normes et de la faune et la flore à nulles autres pareilles, on sent que l’intérêt principal de l’auteur aura été capté par les habitants, eux aussi exceptionnels à bien des égards. La description qu’il fait des australiens laisse transparaître une vraie tendresse de Bryson envers eux, sans pour autant que sa vision et son jugement en soient altérés ou ne manque d’objectivité.

Dans un tout autre style que American rigolos, Nos voisins du dessous est une plongée très intéressante et légèrement moins centrée sur les débordements loufoques que les aventures américaines de Bill Bryson. Quoi qu’il en soit, le bouquin reste une lecture en tout point recommandable !

245 nos voisins dessous

Partager cet article
Repost0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 07:25

 Bill Bryson, l’auteur de ce livre, est un journaliste / écrivain américain, né dans les années 50 en Iowa. Parti à la découverte de l’Europe dans les années 70, il s’y installe, s’y marie, fonde une famille de quatre enfants, et travaille en tant que journaliste économique pour des titres aussi prestigieux que le Times ou The Independent.

C’est en 1995 que Bryson revient vivre en Amérique avec toute sa petite famille. Devenu un étranger dans son pays natal, il raconte dans ce livre avec un humour non dépourvu d’autodérision tous les petits tourments et tracas qu’il rencontre dans ce pays qui est le sien mais dont il a été coupé depuis plus de vingt années. Le livre est un recueil des chroniques qu’il a écrites et qui ont été à l’origine publiées dans un hebdomadaire anglais. De ce fait il se découpe en très courts chapitres de trois à quatre pages chacun traitant tour à tour d’un thème qui aura frappé l’esprit de l’auteur.
Il y aborde des sujets très variés et touchant principalement la vie de tous les jours du Wasp moyen qu’il est redevenu depuis son installation dans le New Hampshire. Les transports, les supermarchés, la culture, la publicité, la télévision, l’éducation, la malbouffe, la santé, l’administration, le confort moderne, Bryson passe au crible la vie quotidienne et la société américaine. Le tout entrecoupé également de chroniques plus légères et personnelles parlant de sa vie de famille ou de ses souvenirs d’enfance.

Bill Bryson manie l’humour avec élégance et pertinence, et je me suis plus d’une fois retrouvé à rire de bon cœur en le lisant. Ce qui est d’autant plus agréable qu’on a le net sentiment d’apprendre tout en s’amusant à la lecture de son livre qui peut paraître léger de par sa forme, mais n’en est pas moins une mine d’informations sur l’American Way of Life moderne (les chroniques datent de 1996-97). Parmi ces billets que j’ai beaucoup aimés et qui me reviennent en mémoire (ça fait un an maintenant que j’ai lu le bouquin) je citerais volontiers celui qui traite génialement de cet animal méconnu mais hautement charismatique qui vit dans les forêts de la Nouvelle-Angleterre : l’élan. Ou encore l’hilarant mode d’emploi et notice d’installation d’ordinateur, simplement excellent. Et si vous voulez savoir tout ce dont un broyeur à ordures ménagères est capable, Bill Bryson l’a testé pour vous également.
Bref, moi qui suis fasciné par les États-Unis depuis toujours, et qui adore ce style d’écriture qui donne à réfléchir autant qu’à rire, j’ai été conquis par le livre de Bryson. Il conjugue avec brio tout ce que j’aime : la connaissance parfaite de son sujet, les informations importantes mêlées d’anecdotes amusantes et l’art de raconter avec légèreté et humour.

Pour moi American rigolos : Chroniques d’un grand pays est à lire pour apprendre et se divertir en même temps (ce qui devrait toujours être le cas dans mon idéal), et je vous le conseille vivement !

244 american rigolos

Partager cet article
Repost0