Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 07:44

Entre deux articles sur ce que je lis, je vous propose un petit commentaire sur un film que j’ai vu dernièrement : Inception de Christopher Nolan. Depuis le temps que je ne me suis plus essayé à l’exercice de la critique ciné je ne promets rien hein, mais pour recommencer je n’ai pas choisi le plus mauvais film de l’année, loin de là ! Et il y en a des choses à dire sur ce Inception, je vais tenter de mettre bon ordre dans mes réflexions…

D’abord un petit résumé.
 Dom Cobb (Leonardo DiCaprio) est un voleur d’un genre nouveau. Spécialisé dans l’espionnage industriel il est capable avec ses collaborateurs d’entrer dans le subconscient des gens pour en extraire leurs secrets les mieux cachés. Pour ce faire, il s’introduit dans les rêves de ses victimes par un appareillage qui lui permet de connecter plusieurs personnes entre elles et de leur faire vivre des « rêves partagés ».
Cobb est contacté par un homme d’affaire japonais, Saito (Ken Watanabe) pour une mission inédite. Cette fois il ne s’agit pas d’aller voler les secrets d’un concurrent (Fischer Jr, interprété par Cillian Murphy), mais de lui souffler une idée et de l’ancrer suffisamment dans son subconscient pour que la victime croit l’avoir eue elle-même, et qu’elle agisse ainsi de sa propre initiative dans le sens que désire Saito. Cette opération est une inception, et si elle fonctionne c’est tout simplement le crime parfait. Mais pour que cela réussisse il va falloir que Cobb implante cette idée parasite très profondément dans le subconscient de Fischer et se rendre dans les strates les plus enfouies de l’esprit de sa cible, ce qui augmente considérablement la complexité mais aussi la dangerosité de l’opération. D’autant plus que Cobb cache à ses coéquipiers l’existence d’un élément extérieur et qui semble vouloir systématiquement saboter ses incursions dans le monde des rêves…


262 inception mc

Je stoppe là le résumé pour ne pas entrer trop dans les détails, mais sachez que Nolan parvient à nous plonger dans le monde de ses parasiteurs de rêves en nous expliquant clairement comment tout fonctionne sans perdre le spectateur malgré les concepts complexes qu’il aborde, et sans pour autant devenir pompeusement explicatif ce qui pourrait nuire au rythme. C’est d’ailleurs une des grandes forces du réalisateur : il met en scène très naturellement un environnement complexe régi par des règles qui demandent au spectateur d’être attentif et de faire preuve d’un peu de jugeotte tout en n’oubliant pas qu’il est aux commandes d’un blockbuster hollywoodien, qui plus est un film d’action et de suspense. Et soyons clairs : Nolan joue et gagne sur les deux tableaux !

À ce sujet d’ailleurs, ce qui m’avait poussé à aller voir ce film, c’est la présentation que j’en ai entendue sur France Inter où le journaliste rapportait ce que les critiques professionnels américains disaient quasi-unanimement à propos d’ Inception. À savoir que c’est un très bon film, mais qu’ils pronostiquaient qu’il ne fonctionnerait pas auprès du public américain : il faut trop réfléchir ! Forcément, ça m’a donné un a priori positif sur le film. Et puis ça m’a fait marrer accessoirement aussi.

262 inception ldc cm

Dans les faits c’est évident, Inception se démarque du tout venant hollywoodien. Il a un scénario très travaillé et qui ne cède pas systématiquement à la facilité, mais qui se donne les moyens de ses ambitions. Le film aborde des concepts poussés, on suit des personnages qui évoluent dans un rêve imbriqué dans un rêve lui-même imbriqué dans un autre rêve, avec des règles qui veulent par exemple que le temps qui s’écoule dans la réalité se trouve décuplé dans le rêve, re-décuplé dans le rêve secondaire et ainsi de suite plus on s’enfonce dans les « strates de rêves ». C’est ainsi  que quelques heures de sommeil pour le dormeur se transforment en plusieurs jours pour le rêveur, voire en plusieurs mois ou années si on s’enfonce dans les « couches de rêve inférieures ». C’est ainsi également que l’état physique du dormeur influence l’environnement du rêveur : si le dormeur est secoué ou tombe dans son sommeil, le rêveur voit son environnement trembler ou se retrouve en état d’apesanteur !

262 inception combat

D’ailleurs je me permets juste un aparté sur des détails que je n’ai pas bien compris : à un moment dans le film des dormeurs font une chute vertigineuse, ce qui entraîne que dans leur rêve partagé ils se retrouvent en apesanteur. Mais dans ce rêve là ils dorment également et rêvent aussi… or leur chute qui se traduit par un état d’apesanteur dans le premier rêve ne se répercute pas sur le second rêve où ils évoluent parfaitement normalement. Pour tout dire (mais ça n’est pas ça l’important), au moment où ils chutent ils sont déjà dans un rêve, juste pour vous donner une idée de l’imbrication des événements les uns dans les autres… Mais bon j’ai un peu peur de ne pas me faire très bien comprendre par ceux qui n’ont pas vu le film là… Bref, tout ça pour dire que c’est un des points qui m’a posé problème, je chipote peut-être un peu où je n’ai pas bien compris, mais tel que c’était présenté il me semble qu’il y a un petit problème de cohérence.
Idem pour les façons de s’extraire d’un rêve. Je ne vais pas trop entrer dans les détails non plus mais dans la strate la plus profonde, celle des limbes où Saito se retrouve prisonnier une vie entière, le personnage de Ariane (Ellen Page) s’en extrait sur l’ordre de Cobb en se jetant dans le vide… et là j’ai du mal à comprendre pourquoi si c’était si simple, Cobb ne l’a pas fait quand il s’y est retrouvé coincé pendant des années lors de son premier passage là-bas…
Enfin, dernière chose qui me turlupine, c’est le rôle exact de Ariane. Elle est recrutée par Cobb pour devenir son architecte, autrement dit c’est elle qui va penser en détail l’environnement onirique dans lequel les dormeurs en rêve partagé vont évoluer. Mais à moins que je n’ai pas compris, je ne vois pas bien où elle intervient dans les rêves qui doivent aboutir à l’inception chez Fischer ? elle a créé l’environnement du rêve ? si oui, de toutes les strates ou seulement de la première ? les rêveurs ne sont-ils pas sensés évoluer dans le rêve de l’architecte pour évoluer dans l’environnement qu’il aura conçu à l’avance ? bref, je suis un peu perdu sur ce point je l’avoue…

Bien, alors après mon petit aparté, qui n’a de petit que le qualificatif que je lui donne, j’ai peur que tous ceux qui n’ont pas vu le film et qui viennent de lire ceci se disent « oulah ça m’a l’air bien prise de tête ce truc ». Qu’ils se rassurent, si ce qu’ils viennent de lire leur paraît obscur et confus c’est tout simplement parce que je n’ai pas le talent de Nolan pour exposer tout cela plus clairement. Si vous allez voir le film, je vous assure que vous ne serez pas perdu, le réalisateur est un guide de première classe ! (bon évidemment, il vous faudra éviter de piquer un roupillon au passage, ça pourrait effectivement rendre le reste du film opaque, mais sinon ça devrait rouler)

262 inception paris

De manière générale, si Inception réserve de très bonnes scènes d’action (le combat en apesanteur par exemple) et des effets spéciaux à couper le souffle qui s’insèrent parfaitement dans l’histoire (ils ne sont pas là juste pour la frime quoi), le film joue également à un autre niveau de lecture, et propose au spectateur qui le voudra bien (car on peut parfaitement s’en tenir à une vision « premier degré ») une réflexion sur ce qu’est la réalité, sur la dualité entre conscient et subconscient et sur la complexité de l’esprit humain. Pour ma part, pendant une bonne partie du film j’étais persuadé qu’en fin de compte toute l’histoire était en train de se dérouler dans un immense rêve de Cobb, que sa femme (Marion Cotillard) n’était pas réellement morte mais juste revenue dans le monde réel, et que Cobb rêvait qu’il avait rêvé tout cela… J’avais un peu peur à la moitié du film d’avoir compris le dénouement et je m’attendais presque jusqu’à la fin à ce retournement de situation (même si ça aurait trop ressemblé à une happy end pour le coup), qui aurait très bien pu se tenir scénaristiquement parlant. Et à vrai dire, la toute fin du film n’est peut-être pas aussi certaine qu’on le croit, rien ne permet de dire avec certitude (enfin je crois) que Cobb ne continue pas encore et toujours de rêver…

262 inception limbes

Bref vous l’aurez compris, ce film fait marcher les neurones, et amène à se poser des questions. Ce qui est un très bon point selon moi.
Pour autant, je n’arrive pas vraiment à lui accorder le qualificatif de « culte » que j’entends et lis à son propos assez régulièrement. C’est vrai qu’il est original et marquant. Mais il lui aura manqué un petit quelque chose malgré tout pour me marquer encore plus et passer dans mon panthéon de films cultes. Je n’ai pas encore exactement réussi à cerner quoi, mais je pense que les personnages et leurs interprètes y sont en partie pour quelque chose. Manque de bol pour moi, deux des personnages principaux me posent problème : Leonardo DiCaprio et Marion Cotillard. Quels que soient les films où ils apparaissent, j’ai une certaine retenue à leur égard (c’est complètement idiot je sais bien mais c’est ainsi). DiCaprio, qui pourtant a prouvé depuis longtemps son talent d’acteur et sa capacité à jouer des rôles adultes (dans Les Infiltrés de Scorsese par exemple), me reste de façon indélébile en tête avec une énorme étiquette d’éternel grand ado. Je ne peux m’empêcher dès que je le vois de le revoir dans son rôle de Titanic, et encore plus tôt dans la série Growing Pains (Quoi de neuf docteur ? en VF). Impossible de m’en détacher. Pour Marion Cotillard c’est encore autre chose, c’est plus la personne qui m’insupporte et je n’arrive presque jamais à la voir comme un personnage mais toujours comme Marion Cotillard (à l’exception notable d’ Un long dimanche de Fiançailles de Jeunet, où son personnage avait réussi à prendre le pas sur l’actrice à mes yeux).
Au chapitre des bonnes surprises j’ai cependant beaucoup aimé Cillian Murphy (loin de son personnage diabolique d’Épouvantail dans The Dark Knight du même Nolan) et Tom Hardy dans le rôle de Eames le baroudeur brut de décoffrage. Quant à Ellen Page, là encore j’ai eu du mal à la voir comme une adulte. Même comme étudiante pour moi ça ne le fait pas. Son physique lui donne l’air d’être une gamine de 14 ans, ce qui pour son rôle d’architecte de la bande m’a un peu gêné…

262 inception ep

C’est amusant, je me rends compte en essayant de terminer mon article de deux choses : d’une je suis bien bavard pour ma « reprise » d’article ciné. Ça ne va pas vous donner l’envie que j’en fasse d’autres. De deux Inception est un film que j’ai vraiment beaucoup aimé et que je ne saurais que recommander à tout le monde, et pourtant la majeure partie de mon article est critique vis-à-vis de lui ! Alors je ne voudrais surtout pas donner une mauvaise -et fausse- image du film : Inception est un excellent film, intelligent et divertissant à la fois ce qui n’est pas si courant que cela, très bien écrit et génialement réalisé (Christopher Nolan est devenu l’une des valeurs sûres du cinéma américain actuel). Il faut absolument le voir, comme ça vous pourrez comme moi en reparler longuement et vous poser plein de questions à son sujet. Car finalement n’est-ce pas cela l’intérêt principal d’un film : vous marquer suffisamment pour y repenser une fois la porte du cinéma refermée… ?

262 inception aff

Partager cet article

Repost0

commentaires

Spooky 30/08/2010 23:00



Bon j'arrive après la bataille, Stèph, je n'avais pas vu que tu avais toi aussi chroniqué cet excellent film. D'ailleurs tu spoiles un peu plus que GiZeus et moi, mais ce film est tellement dense
que celui qui, comme pierig, ne l'a pas encore vu, n'en retiendra aps grand-chose, et préfèrera sans doute aller le voir pour y réfléchir avant tout. la qualité principale d'Inception pour moi
est qu'il fait réfléchir. Tu sors de la salle, tu y penses. Trois jours après, tu y penses encore. Il y a tellement de possibilités... Et Marie, Yap et toi en avez évoqué pas mal. je trouve
d'ailleurs que marie a bien saisi pas mal de choses sur l'univers du film, bien plus que moi-même, qui ne suis pas allé dans ces réflexions.


Concernant le point des "anti-corps" induits dans l'inconscient de Fisher Junior, je pense qu'ils sont présents à chaque niveau de subconscient -c'est à dire à chaque niveau de rêve- afin de
combattre toute incursion. Donc il n'est pas conscient qu'il est dans le rêve de quelqu'un ou qu'il rêve lui-même, mais ce sont des défenses qui s'activent automatiquement dès que son
subconscient se 'réveille" (et qu'il n'est plus éveillé donc).


Concernant les limbes, moi j'ai compris qu'il ne s'agissait pas d'un niveau de rêve classique, mais bien qu'on peut y accéder à partir de n'importe quel niveau, avec le risque bien sûr de ne
pouvoir en sortir. Concernant les "couches" de rêve, il me semble que c'est infini, ou plutôt que Cobb et son équipe n'en savent rien, car ils ne sont jamais rentrés aussi profondément dans le
subconscient de leurs victimes... Donc si ça se trouve il y a 5, ou bien 10, ou 200.000 niveaux de rêve...



Stéph 31/08/2010 19:26



C'est clair qu'il fait réfléchir ce film. Et qu'il est l'objet de beaucoup de dsicussions sur le net. Dernière hypothèse que j'ai pu y dénicher : le totem de Cobb ne serait pas la toupie, car il
s'agit du totem de sa femme, et je ne m'en souviens plus bien mais il semblerait que qqun d'autre a touché la toupie( Ariane ?) alors que c'est contraire aux "règles" qui définissent les
totems... dans cette hypothèse, le totem de Cobb serait en fait son alliance (un internaute soutenait qu'on ne voit l'alliance de Cobb que dans les rêves, pas quand il est éveillé - à vérifier en
revisionnant le tout, et du coup ça validerait aussi le fait qu'il ne rêve pas dans la "réalité" puisqu'il n'a pas son totem). Un peu à la manière de Matrix en son temps, les commentaires fusent
sur la toile à propos d'Inception, et c'est vrai que c'est plutôt positif comme buzz.



Chelmi 19/08/2010 20:17



Je me fais en moyenne deux toiles par semaine, et sur les 12 derniers mois, Inception fait pari de mon top 5 avec Shutter Island (Encore avec
Dicaprio !!), Bienvenue à Zombieland, Green Zone, Inglourious Basterds, et Very Bad
trip.

Pour moi, Dicaprio est un des meilleurs acteurs de la décennie. j'ai, comme vous, eu quelques aprioris au début, qui se sont vite estompé au fil sa prestigieuse (et méritée) filmographie.



Stéph 26/08/2010 14:57



Oulala, je suis loin de voir autant de films que toi ces derniers temps ! De ton top je souscris à 100% pour Bienvenue  à Zombieland et Very Bad Trip, que j'ai trouvés
excellents tous deux.


Je n'ai pas vraiment aimé Shutter Island, la mise en scène m'a mis mal à l'aise (c'est certainement voulu par Scorsese, mais impact négatif sur moi !) et la bande son accentue encore
plus la chose. Mauvaise expérience pour moi ce film. Green Zone pas vu, Inglorious Basterds vu en dvd, et de loin pas mon Tarantino préféré mais ça reste sympa à voir.


Dans mon top des derniers mois je mettrais aussi Kick Ass que j'ai adoré, et La Route qui m'a impressionné (bien moins que le roman mais tout de même).



marie 13/08/2010 16:11



en fait, Saïto reste dans les Limbes parce qu'il n'est pas conscient d'y être tout simplement ! Lorsqu'ils sont tous dans le premier niveau et que Saïto se fait tirer dessus, Eames dit "ben c'est
pas grave, y a qu'à attendre qu'il meurt et il va se réveiller", c'est là que Dom leur explique que cette fois-ci ça ne marche pas : s'ils meurent dans ce rêve (et les rêves qui y sont imbriqués
donc) alors qu'ils sont fortement sédatés, il y a des risques de dommages irréversibles : leur esprit se retrouve dans les limbes sans espoir dans sortir seul puisqu'une partie de la mémoire est
perdue, ce qui se traduit par un état végétatif dans la réalité (le niveau que j'ai appelé 0). C'est pour ça que Dom est obligé d'aller chercher Saïto, c'est seulement en réussissant à le faire
se souvenir que Saïto comprend qu'il doit se tuer pour retrouver la réalité.


Oui, c'est ça : à mon avis, comme dans l'hôtel les dormeurs sont endormis et flottent simplement (ils ne sont pas en chute libre) cela n'a aucun impact sur l'environnement de leur rêve.


Par contre, je n'arrive pas à me rappeler ce qui provoque l'avalanche dans le niveau 3... c'est quand même un événement du niveau 2, non ?


 


Un des niveaux du rêve devait effectivement être un hopital, c'est le niveau du bunker, puisque si tu te souviens bien dans la dernière salle, il y a des lits, des appareils (un défibrillateur,
notamment) et que Fisher Senior est bien dans un lit d'hopital... c'est un hopital militaire. (est-ce que c'était voulu ? ou est-ce que cela tient au fait que plus on s'enfonce dans les strates
de rêves plus les défenses de fisher Junior anti-extraction ou anti-inception sont puissantes ?)


 


Oui, il me semble aussi qu'il est dit clairement que les Limbes sont le niveau ultime, le plus profond. C'est ce qui fait que j'ai du mal à comprendre pourquoi Dom est arrivé à y aller
directement, et pourquoi ils s'y retrouvent en rêvant dans le bunker...


 



Stéph 26/08/2010 14:48



Une autre question m'est venue à propos des limbes, et des différents niveaux de rêve en général. Quand Cobb entraîne Ariane pour la première fois dans un rêve, il lui explique que toutes les
personnes qu'ils croisent sont des personnifications du subconscient du rêveur. Et qu'ils agissent un peu comme des anti-corps quand ils détectent des intrusions. Bien. Mais ensuite il me semble
avoir compris que les types qui attaquent l'équipe de Cobb dans les différentes strates de rêves (ville sous la pluie - hôtel - bunker dans la neige) sont les "systèmes d'auto-défense" qu'on a
entraîné Fisher à avoir pour se protéger d'intrusions. Or aucune de ces strates de rêves ne sont les rêves de Fisher il me semble. Ce devrait donc être le subconscient de chaque rêveur, pas le
système de défense de Fisher qui intervient. Donc là j'ai du mal à comprendre comment ça fonctionne.


 


Autre chose à propos des gens / personnifications du sbconscient qu'on croise dans les rêves : ils semblent totalement absents des limbes quand Cobb et sa femme y passent des années. Quand Cobb y
revient, c'est vide aussi (exception faite de sa femme et de ses enfants, mais là Cobb explique qu'il s'agit de ses souvenirs mis en scène). Pourtant dans les limbes où se retrouve Saïto il y a
du monde, puisque ce sont ses "hommes de main" qui ramènent Cobb auprès du "vieux" Saïto. Bref, je m'y perds un peu, les limbes ne semblent pas vraiment répondre aux "mêmes règles" que les autres
strates de rêve...



pierig 13/08/2010 11:26



C'est encore plus confu maintenant ... 'faudra vraiment que j'aille le voir ! :)



Stéph 26/08/2010 14:33



Désolé, j'imagine bien quel gloubiboulga ça doit être toutes ces explications pour qui n'a pas vu le film !! (et parfois même si tu l'as vu... )



marie 12/08/2010 21:47



Oui, Yap, je suis d'accord avec toi, j'ai numéroté les niveaux en fonction de leur "imbrication" dans le film, mais ça ne veut pas dire qu'il n'y en a pas un avant, ou encore après !


C'est vrai que pour les limbes, ce n'est pas vraiment clair. Il semble que Dom et May y ont eu accès "directement" à partir de la réalité, puis pendant l'inception, Dom et Ariane y arrivent en
rêvant dans le "niveau 3", Saito y arrive en mourant dans le niveau 3... C'est assez confus...



Stéph 13/08/2010 08:48



Même remarque qu'à Yap : les Limbes ne sont pas l'ultime niveau de rêve possible ? on ne peut donc pas rêver dans les Limbes ? (sinon forcément on descend encore d'un niveau ... à moins qu'on ne
reparte à zéro à ce moment là dans un nouveau cycle, mais là ça impliquerait que la réalité n'est qu'une réalité parallèle, créée par les rêves d'un prisonnier des limbes, et là ça devient non
seulement vertigineux mais on toucherait directement à une nouvelle définition du mot réalité...)



Yap 12/08/2010 18:39



> - le niveau 0, la réalité : ils sont dans l'avion pendant 10 heures


si l'on s'en tient à une lecture "premier degré" du film ;-)


 


> - le niveau 4, les Limbes


Mmmh... là, pour moi, ce n'est pas clair. La première fois que les Limbes sont évoquées, cela semble être un niveau "à part" (donc pas un niveau, mais un à-côté), dans lequel on peut tomber à
partir de n'importe quel niveau. Après, la manière dont ils y accèdent effectivement n'est pas très claire...



Stéph 13/08/2010 08:45



En ce qui concerne les Limbes, j'avais cru comprendre que c'est le niveau ultime, le dernier. J'ai extrapolé ça ou c'était clairement dit dans le film ?



marie 12/08/2010 14:35



Si si, tu peux continuer tes critiques cinés, je les aime beaucoup (j'aime aussi tout le reste, soit !) ! Bon il y a des SPOILERS là en dessous !


J'ai beaucoup beaucoup aimé Inception, j'ai trouvé le casting très bien (Di Caprio est convaincant pour moi, ainsi que Cillian Murphy, l'acteur qui joue le rôle d'Arthur également, je mets aussi
un bémol sur Marion Cotillard, qui n'a pas vraiment de valeur ajoutée). Le scénario est très intelligent, le concept des rêves imbriqués et de l'inception est bien developpé car même si cela a
l'air très complexe à expliquer, dans le film tout est assez linéaire (donc à aucun moment on est perdu en se demandant si c'est le futur, le passé, le niveau 2 ou le 3...) et exposé clairement.
tout s'enchaine avec beaucoup de maitrise. Il y a du suspense, de l'action, beaucoup d'émotion aussi (si on se met à la place de Dom : il a eu le choix entre vivre éternellement avec l'amour
de sa vie ou affronter le réel, il a vécu le plus grand des sacrifices pour ses enfants, il se passe des choses quand même !)...


Après je me rappelle qu'à la sortie du ciné on s'est pas mal cassé la tête avec mes frères sur les questions qu'on avait en bataille... D'ailleurs j'ai quelques éléments à apporter à
tes interrogations. Déjà pour être sur qu'on parle de la même chose : il y a 5 niveaux en tout :


- le niveau 0, la réalité : ils sont dans l'avion pendant 10 heures


- le niveau 1, celui de la course-poursuite en camionette


- le niveau 2, celui de l'hôtel


- le niveau 3, le bunker


- le niveau 4, les Limbes


Lorsque la camionette tombe dans le niveau 1, cela induit l'apesenteur dans le niveau 2, mais il n'y a aucune raison pour que cela se repercute sur le niveau 3, puisque qu'ils sont toujours
endormis dans le niveau 2 et ne subissent pas de "décharge".


Dom et sa femme ne sont pas revenus des limbes pendant des années, mais c'était volontaire ! Tous deux connaissaient le moyen d'y mettre fin et de revenir à la réalité (se tuer ou subir une
longue chute), mais ils ne le souhaitaient pas. C'est d'ailleurs pour ça que Dom a du tester l'inception sur May, pour la convaincre de repartir ! Après, pourquoi ont-ils choisi de se mettre sous
un train plutôt que de sauter d'un immeuble, ça ?!


Ariane a conçu tous les niveaux et les a partagés uniquement avec les reveurs concernés (Yusuf pour le niveau 1, Arthur pour le 2, Eames pour le 3). Il n'était même pas prévu au départ qu'elle
participe à l'inception, elle aurait pu se contenter de concevoir les différents décors sans s'y rendre avec le reste de l'équipe. D'ailleurs, je ne sais pas si tu te rappelles, mais un moment,
lorsqu'ils sont dans le niveau 3, Dom lui demande si Eames a apporté des modifications au batiment, comme des bouches d'aération ou quoi... c'est bien qu'elle a conçu le lieu puis l'a partagé
avec Eames qui se l'approprie dans son rêve.


D'autres questions ? ^__^


J'ai vraiment passé un très bon moment avec ce film, et il m'a beaucoup plu. Je me suis posé pas mal de questions en me demandant ce qu'aurait impliqué le fait que la toupie ne s'arrête pas
à la toute fin ?! 



Stéph 13/08/2010 08:43



Ton long commentaire m'apporte effectivement quelques réponses, mais d'autres questions également


Ok, Cobb et May veulent rester dans les limbes à leur premier passage là-bas (ils avaient déjà leurs enfants dans la réalité je crois non ? un peu égoïste du coup les parents je trouve, bien que
le temps passé dans les limbes pour eux n'équivaut pas au temps de leur "absence" dans la réalité et aux yeux de leurs enfants, mais bon, soit.). Donc pour sortir des limbes il faut se tuer.
J'avais compris que c'était la sensation de chute vertigineuse qui a fait revenir Ariane, j'avais donc mal compris. Je me mélange les pinceaux, ça c'est au début, pour sortir d'un rêve sans le
fameux produit anesthésiant de Yusuf, et la chute doit se produire pour le dormeur, pas pour le rêveur. Bien, ça c'est plus clair.


Cependant, je ne comprends pas pourquoi Saito reste coincé alors une vie entière dans les Limbes. Lui n'a pas voulu y rester je me trompe ? c'est même l'inverse, ça a l'air d'avoir été plutôt une
très mauvaise expérience pour lui non ? donc pourquoi ne s'est-il pas suicidé dans les limbes pour revenir ?


 


En ce qui concerne l'état d'apesanteur qui ne se répercute pas d'un niveau à l'autre, je ne voit toujours pas pourquoi. Dans la camionnette les dormeurs chutent, dans leur rêve ils sont en
apesanteur. Dans l'hotel donc les dormeurs flottent dans les airs, pour moi leur rêve devrait être affecté par leur état physique. J'ai du mal à comprendre ce que tu veux dire par ne pas "subir
la décharge". Tu veux dire que c'est parce qu'ils "flottent" mais ne tombent pas ?


 


Enfin pour en revenir au rôle d'architecte d'Ariane, je crois me souvenir qu'avant l'inception l'équipe discute des environnements à créer, et il me semble que le second niveau de rêve devait
être un hôpital non ? le bunker je ne me souviens pas qu'ils en aient parlé ensemble. Par contre le premier niveau, celui de la camionnette est bien le rêve de Yusuf tu as raison, je me souviens
qu'ils lui reprochent de s'être endormi avec "une envie de pipi" qui se traduit par la pluie battante à ce niveau de rêve



Yap 12/08/2010 12:57



Je rejoindrais un peu ton avis. Même si c'est un bon film et que je considère Nolan comme un très bon réalisateur, j'ai du mal à comprendre toutes ces critiques dithyrambiques et, au moins
jusqu'à ce que je révise mon jugement avec un éventuel visionnage ultérieur (car je n'écarte pas complètement la possibilité d'être passé un chouïa à côté du film), je ne lui apposerai pas
l'étiquette "chef-d'oeuvre" ou "culte".
Il y a de bonnes idées, de très bonnes idées (rêves imbriqués et temps décuplé, par exemple). Mais peu de véritables claques ou originalités (mis à part la scène qui tourne et la scène en
apesanteur - très belles, et les seules à s'approcher de quelque chose d'onirique). Même les scènes dans le Paris en rêve ne m'ont pas remué. Il y a aussi beaucoup de choses à ingurgiter et tout
n'entre pas forcément tout de suite dans le crâne, mais bon.
Ce qui a manqué, je crois que c'est l'émotion. Ca m'a semblé absent.
Comme toi, j'ai du mal à supporter Marion Cotillard, sûrement dû comme toi à son personnage public plus qu'à ses talents de comédienne. Caprio, ça va, je l'aime bien et, surtout débarrassé de son
énervante voix de gamin en VF (les joies de la VO), je ne le considère plus comme un ado.
Ce qui m'a aussi un peu déçu, je crois, est le manque d'onirisme des rêves. Des rêves bien peu fantasmagoriques que nous propose ici Christopher Nolan - et **SPOILER** quelle tristesse, ce monde
idéal imaginé par Cobb et sa femme **FIN SPOILER**-, mais ce n'était sûrement pas son intention. (Vu hier "La Science des rêves" et, sans vouloir opposer ni même comparer les deux oeuvres, on a
dans le film de Gondry de vraies visions de rêves.)
Il reste que le métrage est tout de même parvenu, je ne sais comment (peut-être juste le talent de Nolan), à titiller mon centre du plaisir cinématographique. Et que j'ai aimé compulser les
différentes théories qu'on peut trouver ici et là sur le net, et y réfléchir moi-même. J'attendrai que le scénar soit dispo pour le lire et réfléchir à tout ça à tête reposée et dénicher les
indices étayant telle ou telle hypothèse.



Stéph 13/08/2010 08:21



D'accord avec toi sur plusieurs choses.


D'abord le manque d'émotion. J'ai ressenti la même chose. J'ai bien vu que Nolan a essayé d'en intégrer à son histoire entre Cobb et May, mais ça n'a pas pris sur moi. Ou à de très rares moments
(quand elle saute dans le vide par exemple). Mais la "douleur" de Cobb qui ne peut plus voir ses enfants, ça n'a pas pris chez moi. Le fait qu'on ne les voit pas de face par exemple, me faisait
penser que tout cela n'était qu'un rêve (pas grave donc) et ça a désamorcé l'impact émotionnel que ça aurait pu avoir autrement. En revanche l'idée que Cobb est responsable du suicide de sa femme
en ayant pratiqué l'inception sur elle, ça c'est une idée forte.


Ensuite je te rejoins aussi sur le côté "onirique" finalement pas si onirique que ça. Quand je rêve (et que je parviens à me souvenir de quelques bribes de rêves) c'est la plupart du temps du
grand n'importe quoi, qui saute du coq à lâne, qui n'a pas de logique à proprement parler. Ici les rêves sont quand même très "réalistes". Bon pour être sincère c'est pas plus mal comme ça, parce
que si le film avait été une suite sans fin de délires oniriques, non seulement je ne vois pas trop comment Nolan aurait pu construire une histoire correcte dessus, et puis ça m'aurait très vite
saoulé je crois.


PS : pour la Science des rêves de Gondry, je crois bien avoir écrit un article dessus... il y a longtemps, à sa sortie en salle il me semble. Faudrait rechercher dans les limbes du blog



pierig 12/08/2010 11:31



Drôle de coïncidence que les deux blogs que je fréquente le plus (l'autre étant Ansible) parlent de ce film (qu'il faudra que je visionne!). Ces deux notes sont d'ailleurs bien complémentaires
avec une conclusion unanime. Je comprends le ressenti qu'on peut avoir envers des acteurs. Léonardo me fait aussi l'impression d'un éternel jeunot. Pour Marion, je l'ai trouvée très
convainquante également dans la peau d'Edith Piaf. 



Stéph 13/08/2010 08:10



J'ai peur qu'en parlant des points sur lesquels je me pose des questions j'en ai dévoilé un peu plus sur le film que Spooky dans son article, j'espère donc ne t'avoir pas trop spoilé le film ! En
tout cas je répète, en ce moment au cinéma, c'est le film à aller voir !


(et puis merci de passer ici aussi souvent !!)