Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

 

8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 10:02

Bon, ça fait un bail que j’ai pas causé de bouquin par ici. Pourtant j’en ai une petite quinzaine sous le coude, que j’ai lus sans encore en avoir parlé. On va tenter de rattraper un peu le retard pris…

Aujourd’hui donc, c’est au tour de Paradis Perdu, de Gudule. Du haut mon ignorance crasse, j’avoue qu’avant de tomber sur ce bouquin (qui m’a attiré par sa couverture où l’on voit trois cochons aux yeux exorbités flotter nonchalamment parmi les nuages) je n’avais jamais entendu parler de son auteur. Pourtant la quatrième de couv décrit Gudule comme « la reine des romans d’humour » ayant déjà publié 400 livres, destinés pour la plupart à la jeunesse (ceci explique peut-être cela). Toujours sur la quatrième de couv on nous promet un « roman pour adultes vraiment déjanté, politiquement pas correct et complètement délirant », la présentation se terminant par « humour, dérision, irrespect sont les maîtres mots de ce road-movie posthume, où les valeurs sacrées sont allègrement piétinées » ponctuée d’un avertissement : « Esprits chagrins s’abstenir ! ».

Moi, des accroches pareilles ça me met la salive à la bouche, forcément. D’autant que le départ de l’intrigue laisse présager des développements sympathiques.

Dans Paradis Perdu, la narratrice nous raconte la mésaventure de sa mère, Andrée Vandermeulen née Devries, fervente catholique, croyante et pratiquante, morte d’une attaque cardiaque et promise à coup sûr au paradis. Sauf qu’une malencontreuse erreur a lieu, et qu’en lieu et place du paradis catholique tant attendu, la pauvre Andrée se retrouve au mont Olympe où elle va faire la connaissance à son grand étonnement d’une partie du bestiaire mythologique grec et des Dieux hauts en couleurs qui vont avec. Polie mais décidée, elle compte bien réclamer ce qui lui est dû : un séjour éternel au paradis des chrétiens, dans la félicité et la paix, refusant tout net de rester dans ces lieux de débauche païens où elle vient d’atterrir. Au paradis d’ailleurs on a eu vent de l’erreur d’aiguillage et on envoie un ange récupérer la brebis égarée. Mais l’ange en question va découvrir que l’Olympe c’est sympa aussi, on y déconne même un chouïa plus que chez Saint Pierre…

Franchement j’ai trouvé le pitch super sympa, l’idée de départ maligne, et exposé comme ça, ça promettait beaucoup. Peut-être un peu trop d’ailleurs, question promesses. Honnêtement je cherche encore l’irrespect et les valeurs sacrées piétinées. Pour tout dire oui, je vois bien à quoi il est fait allusion, mais bon voilà quoi, à l’arrivée j’ai trouvé ça un peu fade et pas bien relevé en fin de compte. Si l’irrespect c’est de choisir de narrer les aventures de sa propre mère dans l’au-delà faisant son coming-out avec la reine des Amazones alors ok, mais pour ma part cet artifice n’a pas fait mouche, désolé. J’admets bien volontiers que pour un fervent catholique bien conservateur ce bouquin peut paraître choquant, mais pour tous les autres… bof quoi. Si vous voulez du politiquement incorrect qui touche à la religion, la morale et les valeurs sacrées lisez le Preacher de Garth Ennis et Steve Dillon, là vous en aurez pour votre argent, mais j’ai été bien peiné de constater qu’on n’en retrouve pas le dixième dans Paradis Perdu qui en promet tant pourtant.

Côté humour, là encore on va dire que ce n’est pas la cascade de poilades annoncée non plus. C’est plaisant sans plus, on sourit parfois de certaines situations ou dialogues mais rien qui ne m’ait fait m’esclaffer. Alors on a bien quelques personnages réussis comme un Ulysse complètement obsédé sexuel pas déplaisant du tout par exemple, quelques idées amusantes par-ci par-là, mais rien de vraiment retentissant.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas été convaincu du tout par ce livre, je m’attendais certainement à autre chose, mais je n’arrive pas à me sortir de l’idée que ce qui est annoncé en quatrième de couverture est un brin exagéré et trompeur quant au contenu réel du récit. Moi qui m’attendais à tomber sur une petite perle d’humour grinçant et d’ironie, c’est à un pétard quelque peu humidifié que j’ai eu à faire. Décevant. Ou peut-être suis-je un de ces esprits chagrins mis en garde plus haut, auquel cas je ne peux m’en prendre qu’à moi-même.

306 paradis perdu

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 11:03

Après avoir vu Polisse, je m’étais dit à moi-même (oui je me parle) que le prochain film que je verrai serait bien mal loti de passer après. Faut dire que le film de Maïwenn m’a tellement marqué que j’avais peur de trouver fadasse à peu près tout ce qu’on me proposerait dans la foulée.
Et j’ai hésité avant d’aller voir Toutes nos Envies de Philippe Lioret dont j’avais eu de lointains mais bons échos. Par crainte de ne pas le juger à sa juste valeur. Eh bien je me suis planté et c’est tant mieux : Toutes nos Envies a bel et bien tenu toutes ses promesses.


305 toutes nos envies claire famille
Dans le film on suit Claire (Marie Gillain), jeune juge fraîchement arrivée en poste à Lyon, et jeune maman de deux enfants. Elle traite entre autres d’affaires de surendettement, et c’est ainsi qu’elle va être amenée à s’occuper du cas d’une femme, Céline (Amandine Dewasmes) qui s’avère être la maman d’une petite fille qui est une amie de ses propres enfants. Décidée à aider Céline, elle va s’engager dans un combat contre les sociétés de crédit. Combat jugé perdu d’avance et vain par l’ensemble de sa profession. Mais Claire sort elle-même d’une famille qui a connu les privations et les problèmes d’argent, et se sent doublement concerné par ce genre de situations. C’est lâchée et même menacée par sa hiérarchie qu’elle va rencontrer Stéphane (Vincent Lindon), un juge chevronné, conscient des injustices légales mais qui a perdu ses illusions et semble désabusé quant à ses capacités à y changer quelque chose. Pourtant entre Claire et Stéphane va se créer une réelle complicité, une relation forte et particulière, une connexion qui va les lier dans leur combat contre le surendettement. Mais le combat de Claire n’est pas qu’altruiste, elle se bat également contre un mal intérieur qui la pousse à vivre dans l’urgence et à agir vite. Bientôt, sauver Céline devient pour Claire le but ultime, une façon pour elle de sauver sa propre famille.

305 toutes nos envies claire
C’est très difficile d’en dire plus sur le film sans en dévoiler certains aspects qu’il vaut mieux découvrir au visionnage. Toujours est-il que le film joue sur deux tableaux dont les interconnexions sont très fortes : d’une part l’aspect très juridique qui concerne la défense des particuliers face aux sociétés de crédits qui usent de méthodes insidieuses et malhonnêtes pour faire raquer les gens à des taux impossibles. D’autre part un combat intime, personnel, que mène Claire contre la fatalité et pour maintenir le bonheur au sein de sa petite famille.
Elle va entraîner avec elle Stéphane, d’abord sur le plan purement juridique puis dans son combat personnel. Ce film c’est aussi d’ailleurs l’évolution du personnage incarné par Vincent Lindon, désenchanté au début puis revigoré par l’enthousiasme et la volonté de Claire qui va le pousser à se révolter et ébranler un ordre établi contre lequel personne ne cherche plus à s’élever.

305 toutes nos envies claire stephane
C’est justement grâce à ce parallèle incessant entre combat juridique (pour le bien de tous) et combat personnel (pour le bien de nos proches) que Philippe Lioret parvient à créer un lien très fort entre le spectateur et les personnages à l’écran. Ils sont vrais, ils sont sincères, volontaires mais faillibles, en un mot : humains. Et donc on adhère, on y croit, on est impliqué avec eux. Pourtant le constat est amer : il est ici très clairement démontré que la Justice ne privilégie pas ce qui est juste, mais uniquement ce qui est légal. Les sentiments et la morale n’ont pas prise sur un contrat. Et comme en écho à l’injustice légale, on réalise que dans nos vies intimes aussi, la justice n’a pas sa place. Les choses arrivent, peu importe qu’on les considère comme justes ou non, elles nous dépassent et s’imposent malgré tout.
Si le film ne laisse pas de doute ni d’illusion sur la Justice, il décortique le processus et la logique judiciaire jusqu’à en toucher les limites, et c’est finalement avec un certain cynisme qu’on se rend compte que les solutions, quand elles existent, sont détournées, pleines d’ironie. À défaut de tuer tout espoir en la société, Toutes nos Envies ne laisse pas pour autant sur un sentiment très positif ni optimiste à son sujet. On est plutôt dans la sensation qu’on reste définitivement englué dans un système extrêmement complexe et potentiellement très hostile dans lequel la plupart du temps « se battre pour changer les choses » a cédé sa place à « combattre pour survivre ». Tout n’est pas forcément perdu d’avance, mais l’idée de « vouloir c’est pouvoir » en prend un sérieux coup dans l’aile (pour ma part ça fait un bail que j’en suis revenu de cette philosophie de la vie gentiment naïve).

305 toutes nos envies celine claire
Mais ce qu’on retient avant tout de ce film, c’est que quelle que soit la situation, difficile ou même désespérée, même si on perd à la fin une chose prime : se taire c’est accepter et perdre doublement. Toute la force et toute la volonté du monde ne suffisent pas toujours à gagner, mais faire de son mieux est la seule façon de rester debout. À ce titre, la scène de Claire donnant son parfum à Céline est à mon sens peut-être la plus belle preuve de volonté et de force (ceux qui verront le film comprendront ce que je veux dire).


Vraiment, Toutes nos Envies n’est pas le film le plus gai qui soit mais n’en conserve pas moins une aura positive à mes yeux. Je ne peux que le conseiller, voilà encore un très bon film français en cette fin d’année.

305 toutes nos envies aff

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 17:09

Je regarde beaucoup la télévision. De moins en moins pour y voir les programmes que nous proposent la pléthore de chaînes qu’on capte depuis la TNT, hormis quelques séries. La majeure partie du temps, quand mon téléviseur est allumé, mon lecteur Blu-Ray l’est aussi. Je suis un gros consommateur de film et de séries sur supports Blu-Ray et dvd. Du reste mon salon commence à être envahi de dvd qui débordent de partout.
Et comme je ne suis pas du genre à sortir dans le froid le soir pour aller me louer un film, la plupart du temps je sors dans le froid en rentrant du boulot pour aller en acheter. Ouais je sais, pas logique, pas économique. Mais que voulez-vous, on ne se refait pas.
D’ailleurs plus d’une fois je me suis laissé attiré par un titre intriguant ou une jaquette prometteuse qui m’auront laissé sur ma faim au visionnage avec le sentiment très net de m’être fait rouler. Mais comme le papillon de nuit qui revient sans cesse vers la lumière (merde, quel style poétique à deux balles j’ai quand je veux), je reviens vers mon dealer de films attitré à la recherche de quelque nouveauté alléchante ou vieillerie rééditée.
À ce titre, un film plus que tout autre revêt le costume de Saint Graal tant je le recherche depuis longtemps, fébrilement, sans jamais parvenir à le trouver. J’ai de ce film une antique cassette vhs chez moi, que je chéris inconditionnellement, prenant bien garde à la maintenir loin du soleil, la protéger des sources de chaleur et d’humidité, rangée bien verticalement dans le plus grand respect des règles de conservation otpimales des bandes vhs. Des années que j’attends sa réédition en format dvd. De quel film je parle ? Du Punisher* de 1989  de Mark Goldblatt bien évidemment, celui où Dolph Lundgren en personne s’est teint les cheveux en noir pour incarner Frank Castle. Ah j’en entends déjà ricaner, rire sous cape, se gausser de moi en me désignant d’un doigt moqueur et accusateur. M’en fous, je fais ce que je veux encore. Je suis fan de ciné et de comics, je n’ai jamais prétendu être détenteur du bon goût universel. Et puis d’abord laissez moi continuer mon article, oh.


304 passionnante vie punisher1989vhs
J’en étais où moi ? Ah oui, je causais de ma tendance à acheter beaucoup (trop) de dvd et Blu-Rays. Passionné et dépensier certes, mais pas complètement débile non plus, je fais en sorte d’acheter au meilleur prix, ce qui élimine d’office certains magasins qui exercent une politique de prix à se demander parfois si leurs dvd sont plaqués or. La RNAC** en tête par exemple. Mais depuis quelques temps, avait ouvert tout à côté de chez moi un magasin d’une nouvelle enseigne sur la région : Neptun***. Et chez Neptun, à ma grande surprise, mais aussi à mon grand contentement, ils pratiquent des prix sympas, étant en général 5 euros moins cher que les prix moyens chez la concurrence. Et vu la quantité de films que j’achète, ce n’est pas négligeable. J’étais donc devenu un fervent client du Neptun de Wittenheim, société de consommation quand tu nous tiens…
Mais patatras ! Neptun s’est fait racheter depuis peu par Pâtissier****… et c’est non sans curiosité que je m’y suis rendu pour la première fois sous leur nouvelle enseigne la semaine dernière. Fallait s’y attendre : mêmes rayonnages, mêmes produits, mêmes dvd et Blu-Rays, mais pas les mêmes prix du tout. Hop, valse des étiquettes, hausse des tarifs. On se retrouve avec un prix qui n’a plus rien de la bonne affaire comme auparavant. Déçu, je quitte le magasin, en me disant qu’à toute chose malheur est bon : peut-être que ça m’incitera à faire des économies en achetant moins de films à l’avenir.

Ou pas.
Comme je ne suis pas du genre à lâcher le morceau aussi vite, je me dis que quand même, je jetterais bien un œil au Neptun de Mulhouse, juste pour voir si là-bas aussi la hausse des prix a frappé. Je m’y rends donc fin de la semaine dernière, sans grand espoir et… pas d’enseigne Pâtissier à l’horizon. Encore Neptun. J’entre. Et je retrouve bien les prix dont j’ai l’habitude, de 5 à 10 euros (quand même !) de moins sur les Blu-Rays. Puisque je suis là-bas je fais un scan rapide des rayons, je passe en coup de vent dans les étalages de dvd, l’étiquette « bonnes affaires » trône au-dessus de l’un d’eux et là je m’arrête net. Fais demi-tour, incrédule. J’avais bien vu : le dvd du Punisher avec Lundgren est là, sous mes yeux. Seul, perdu au milieu d’infâmes bouses sans nom, en exemplaire unique, portant une pastille jaune fluo sur laquelle est inscrit le prix : 3.99€ !
Je m’en empare prestement, prêt à en découdre s’il le faut, au cas où un soudard viendrait me le disputer au dernier moment. Oui c’est bien lui, je le tiens enfin. Celui que même sur internet je n’avais jamais trouvé. Direction la caisse. Vite.

304 passionnante vie punisher1989dvd
Arrivé chez moi je déballe l’animal. La pochette est noire, la jaquette ressemble à une photocopie un peu pixellisée de la jaquette originale de la cassette vidéo. Aucune trace d’éditeur, pas de nom, rien. À l’intérieur le disque avec juste le titre du film sur fond noir, aucun flyer, que dalle. Au dos c’est encore plus énigmatique : on pourrait croire qu’il s’agit d’une copie du verso de la jaquette de la vhs, mais deux des trois vignettes du bandeau supérieur laissent apparaître non pas Dolph Lundgren comme les autres, mais … Ray Stevenson, autrement dit le dernier acteur en date à avoir endossé le rôle dans le film Punisher : War Zone de Lexi Alexander en 2009 (pas mal aussi soit dit en passant). Quant au résumé de l’histoire, c’est celui du film The Punisher de Jonathan Hensleigh qui date de 2004 avec Thomas Jane dans le rôle titre et John Travolta en gros vilain méchant mal coiffé. Le mec qui a composé cette jaquette de dvd devait être sous l’emprise de stupéfiant je pense.

304 passionnante vie punisher2004 thomas jane
Je mets la galette dans le lecteur et j’attends. Oui, au cas où vous ne le sauriez pas, les lecteurs Blu-Rays des premières générations sont très longs au démarrage (je sais, c’est le genre d’info cruciale dont vous rêviez)(on est geek ou on l’est pas hein). Ça démarre : écran d’avertissement sur les droits et la diffusion en public, blabla. Le pavé de texte est truffé de fautes et en termes bizarrement mal appropriés (droits phonographiques réservés pour un film… rien sur les images, space). Et puis directement le film, zéro menu, même pas de chapitrage ou de choix des langues possible : bascule de l’écran en mode 4/3, image dégueulasse très clairement repompée à l’arrache et sans vergogne depuis la vidéo, son à l’avenant. Sur un home cinéma ça donne un truc assez improbable faut bien le dire. Mais c’est bel et bien le bon film, celui de 1989, c’est déjà ça.

304 passionnante vie punisher2009 ray stevenson
Vous me direz, mais pourquoi nous raconte-t-il ça ?*****
D’abord parce que j’avais envie de causer. Ensuite parce que c’est un des trucs les plus palpitants que j’ai vécu dernièrement (on rigole pas au fond). Et puis surtout pour dire que je ne savais pas qu’on pouvait acheter légalement en magasin des films piratés, mais que rien que pour ça, Neptun c’est décidément vachement mieux que Pâtissier !



* : les plus fidèles de ce blog se souviendront peut-être que j’ai déjà plusieurs fois fais référence à ce film dans de précédents articles tout aussi passionnants que celui-ci il va sans dire.

**, *** et **** : il se peut que j’aie très légèrement modifié les noms d’enseignes de magasins cités. Mais je ne doute pas un instant de votre don de perspicacité pour retrouver les vrais noms. Bande de petits malins.

***** : je tâcherai d’aborder des sujets un peu plus intéressants pour mes prochains articles, promis.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 14:39

Ça y est, je pense avoir vu ce qui restera pour moi le meilleur film de l’année 2011. Bon d’accord je n’en ai pas vu des tonnes, et puis j’en ai raté quelques uns qui avaient l’air pas mal du tout, mais avec Polisse, le dernier film en date de Maïwenn, je crois avoir fait bonne pioche et tiré le grand gagnant de l’année.
Ça faisait un bail que je n’avais pas été à ce point touché, ému, bousculé par un film. Alors certes, selon la définition de chacun, un bon film sera tantôt un film qui vous divertira, tantôt un film qui vous fera rêver, tantôt un film qui vous fera réfléchir. Si ce Polisse à l’orthographe enfantine fait à coup sûr réfléchir et se poser beaucoup de questions sur notre société que d’habitude on préfère ignorer et ne pas mettre sur le tapis, il fait avant toute autre chose ressentir une foultitude de choses. Car Maïwenn, gourmande et gonflée, a truffé son film de dizaines de choses, d’idées, de scènes, de réflexions, qui traitées séparément aurait pu aisément donner lieu à plusieurs films. Et elle peut l’être, gourmande et gonflée, car Maïwenn assure derrière la caméra, devant la caméra et devant sa feuille blanche. Parce que la nénette réalise, tient un des rôles principaux (je suis d’ailleurs tenté de dire qu’il n’y a que des rôles principaux dans ce film) et se permet le luxe de signer le scénario et les dialogues (co-signer en fait, avec Emmanuelle Bercot). C’est très certainement d’ailleurs à ce poste-ci qu’elle m’aura le plus bluffé : ses dialogues sont juste parfaits. Ou parfaitement justes, c’est égal.

303 polisse brief
Bon d’accord, mais si je vous touchais quand même un mot de ce dont ça cause ?
Le film se déroule au sein de la Brigade de Protection des Mineurs (BPM) de la Police de Paris. Mélissa (Maïwenn) est une photographe missionnée par le ministère pour faire un reportage photo sur ce service, et va donc suivre pendant un mois une équipe de flics dans leurs enquêtes, leurs interpellations, leurs interrogatoires, et leur vie quotidienne. L’équipe à laquelle elle est intégrée est formée d’hommes et de femmes hauts en couleurs, en gueule et en caractère. Il y a le chef d’équipe Baloo (Frédéric Pierrot), Fred le dur au grand cœur (Joey Starr), Nadine (Karin Viard), Iris (Marina Foïs), Mathieu (Nicolas Duvauchelle), Chrys (Karole Rocher), Nora (Naidra Ayadi), Sue Ellen (Emmanuelle Bercot) et Bamako (Arnaud Henriet). Elle les suivra dans toutes sortes d’affaires, depuis la maltraitance parentale, aux affaires de pédophilie en passant par l’exploitation des mineurs, les viols ou encore les dérives d’internet… Mais ces hommes et ces femmes qui côtoient le pire de notre société et en font leur routine n’en restent pas moins des êtres humains à part entière, avec leurs failles, leurs faiblesses, leurs fous-rires, leurs passions, leurs vies privées. Et bien souvent quand on est flic à la BPM on ne peut pas « juste décrocher du boulot » à l’heure de rentrer chez soi. On porte ça en soi et on en est profondément marqué. Polisse est à ce titre un incroyable portrait, d’une rare finesse, pas seulement des policiers au contact quotidien des pires horreurs, mais des hommes au sens large.


303 polisse interrogatoire sue ellen
Avec Polisse, vous plongez pendant deux heures dans un film qui baigne littéralement dans la réalité. Du reste on est briefé d’entrée : le film s’inspire de faits réels. Le traitement de l’image joue là-dessus d’ailleurs, puisqu’il n’est pas sans rappeler celui d’un documentaire ou d’un docu-fiction. D’où peut-être son pouvoir magnétique hors du commun : c’est bien simple j’ai été tout bonnement happé par le film et moi-même intégré à cette équipe de flics, incapable de me distancier de ce qui se passait à l’écran. On est là, en plein dans l’histoire, dedans jusqu’au cou avec les personnages, à ressentir tout ce qu’ils ressentent, à se prendre en pleine poire leur quotidien, à pouffer de rire parfois avec eux sans pouvoir se retenir, à se rebeller contre l’indicible cruauté de notre société, à se désespérer de ne pouvoir faire plus devant tant d’injustice et de misère. Et comme ces flics qui rentrent chez eux et ne parviennent pas toujours à « décrocher » de leur boulot, on sort de la salle de cinéma sans pouvoir décrocher de ce qu’on vient de voir, tellement c’est fort, tellement ça impacte la rétine et le cœur.

303 polisse nadine
D’ailleurs j’en veux beaucoup à Polisse pour ça. Parce qu’après ce film ça y est, c’est officiel, j’ai la confirmation que je suis devenu une vraie chochotte alors qu’avant je pouvais voir les pires horreurs sans m’en soucier outre-mesure. Je me suis retrouvé à chialer comme une gamine, lors de la scène absolument déchirante d’une maman qui laisse son gamin de cinq ans à la BPM parce qu’elle est sans domicile fixe depuis six mois et qu’elle préfère s’en séparer pour le propre bien de l’enfant. Ce môme dont le désespoir et la colère vous explose à la figure, et en face de lui des flics impuissants dont un Joey Starr tout en émotions qui n’a que ses bras à offrir en réconfort … c’est juste un des moments les plus intenses que j’ai pu vivre dans un cinéma. Cette scène était si forte qu’il m’a été impossible de retenir mes larmes. Je n’avais aucune envie de les retenir d’ailleurs (heureusement entre midi et deux ce jour là j’avais la salle de ciné quasiment pour moi tout seul, sinon adieu la réputation de dur du Stéph)(comment ça « quelle réputation » ?).

303 polisse fred
La dite scène qui, soit dit en passant, est une des preuves les plus éclaboussantes du talent de comédien du chanteur de NTM. J’avoue, avant ce film je n’avais que peu de sympathie pour Didier Morville (ça le fait moins comme patronyme dans le genre caillera). Et si je l’avais trouvé assez convaincant dans des petits rôles comme celui qu’il a tenu dans la série Mafiosa de Canal +, j’avais quand même des doutes quant à son talent, sorti des rôles de gangsters et mauvais garçons. Oui je sais, un a priori de merde de ma part, mais bon voilà. Mais dans Polisse il est tout simplement exceptionnel. Il m’a scotché. Chopé par les roustons et laissé comme deux ronds de flan. Bluffé. Il n’y a pas meilleur rôle qu’un contre-emploi réussi, et là on y est en plein : Joey Starr en flic plus vrai que nature, débordant d’humanité et de douceur sous la carapace de dur à cuire. C’est pas pour autant que je vais me mettre tout à coup à aimer sa musique, mais en tout cas je n’ai plus aucun doute sur le fait que ce type déborde de talent. Maïwenn a eu du flair quand elle a composé son casting, et à n’en pas douter engager le rappeur pour ce rôle pouvait s’apparenter à un sacré coup de poker. Coup gagnant, l’acteur et la réalisatrice raflent la mise.


303 polisse dispute
Et puisque j’en suis à parler de talent d’acteur et de scènes phares, je ne peux pas m’empêcher de citer le clash entre Iris et Nadine au bureau. Ça part d’un rien, ça monte en flèche vitesse grand V et ça explose en véritable hargne, témoignage de tonnes de ressentiments, de vexations et de reproches lancinants accumulés depuis des années. Les deux protagonistes de la dispute, Marina Foïs et Karine Viard qui pète littéralement un plomb, sont d’une justesse et d’une force… c’est à croire qu’elles se haïssent pour de vrai ces deux là ! Je pourrais aussi citer la scène de la prise de déposition d’une adolescente qui tourne en fou-rire incontrôlable, les interrogatoires d’hommes, pères ou grand-père, accusés d’actes sexuels envers leurs enfants, de cette femme qui maltraite son nouveau-né sans même se rendre compte de la portée de ses gestes, du raid des forces de polisse (oups, de police pardon) dans le camp de roumains au moment de séparer les enfants de leurs parents, et tant d’autres encore…
Tout ça pour dire que des preuves de talents il y en a à revendre dans ce film, et c’est une des caractéristiques principales de Polisse : tout y sonne juste.

303 polisse interrogatoire nora
Vraiment, j’ai adoré ce film, et je n’ai qu’une crainte c’est de le survendre. J’y suis allé sans en avoir vu une seule image auparavant, ni interview ni promo, j’avais juste entendu dire que c’était un bon film mais n’avais lu aucune critique ni article de presse à son sujet. Et j’ai été cueilli. Allez-y, je vous souhaite d’avoir une aussi belle et grande surprise que moi en le voyant.

Le film de l’année 2011, et de loin. L’année n’est pas finie ? M’en fous, c’est tout comme à mes yeux.

303 polisse aff

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 18:53

Il paraît qu'il faut les habituer très tôt à ranger leurs affaires si on ne veut pas qu'ils laissent traîner leurs jouets partout... (comment ça il est bizarre le doudou de mon fils ?!)

302 nathan haltere

Partager cet article
Repost0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 16:34

Ouais je sais, mes articles s’espacent dans le temps.
Pourtant ce n’est pas un manque de sujets qui en est la cause. J’ai sous le coude des tas de films que j’ai vus et dont j’ai envie de causer, une tripotée de comics que je me suis envoyés dernièrement, une dizaine de romans lus récemment et pas encore chroniqués ici, et je ne parle pas des séries télés qui m’ont enthousiasmé ces derniers mois et qui mériteraient quelques lignes également.
Non ce qui est en cause c’est moi. J’ai un mal de chien à prendre mon stylo ou mon clavier pour me mettre à écrire quelque chose. Et quand j’y parviens, le résultat ne me plaît pas une fois sur deux dans le meilleur des cas. Évidemment il y a le temps qui file à une vitesse indécente, mais ça n’est pas que ça, c’est plus lié intimement à moi. J’ai un vrai manque d’inspiration, je ne sais pas par où aborder même les sujets qui me tiennent à cœur, je ne sais plus ordonner mes réflexions et en faire quelque chose qui se tient à l’écrit. J’ai l’impression de faire toujours beaucoup trop long et de ne pourtant pas arriver à exprimer l’essentiel. C’est assez frustrant par ailleurs.

En cherchant un peu la cause de tout ça, j’en suis venu à me poser la question : à quoi cela sert-il finalement ? Je veux dire de tenir un blog comme celui-ci, d’y coller des critiques (pour autant qu’on puisse qualifier de ce terme un peu pompeux mes petits avis), de donner mon avis sur ce que je lis ou vois ou entends ? Et en fait je n’ai pas trouvé de réponse satisfaisante pour le moment.

Je ne sais pas vraiment à quoi ça sert tout ça, à vrai dire. Je doute même sincèrement que ça ait le moindre intérêt, la moindre légitimité. Avant ça m’amusait, j’essayais d’écrire des trucs marrants et pas trop cons en même temps, et parfois même j’y arrivais (j’ai relu des vieux trucs publiés ici, et merde alors, j’en ai trouvé des pas mal du tout)(le mec se la pète en plus !).
Aujourd’hui j’ai peur de ne plus parvenir à insuffler dans ce que j’écris la même légèreté, je n’arrive plus à me faire marrer moi-même (bordel ça devient grave). J’ai l’impression d’écrire des pavés chiants à lire, à commencer par ce texte-ci d’ailleurs.

Je suis d’autres excellents blogs par-ci par-là, et je tombe aussi parfois au gré du net sur des sites vraiment originaux, dont les auteurs sont clairement bourrés de talents, qui savent faire marrer et/ou réfléchir leurs lecteurs et qui m’enthousiasment autant qu’ils me foutent le bourdon devant tant de maîtrise. Combien de fois me suis-je dit « merde qu’est-ce que j’aimerais écrire comme ça » tellement je trouvais ce que j’avais sous les yeux bien foutu…


Mais !
Je ne suis pas garçon à jeter l’éponge aussi vite (ah j’en devine qui se désespèrent !). Je vais tenter de faire mieux prochainement. Parler de choses que j’aime vraiment beaucoup, qui me tiennent à cœur, qui m’épatent, qui me boostent (rhhôôôoo le vilain mot souligné en rouge par mon correcteur orthographique totalement outré). Cela dit, je ne promets pas la lune, si ça se trouve je vais mettre deux mois à pondre trois articles tout nazes.
Mais bon, voilà faut essayer avant de dire que c’est mort hein. Et puis tiens, j’en profite : si jamais quelques blogueurs passent par là et lisent ceci, c’est quoi votre réponse à vous à ma question de tout à l’heure « à quoi ça sert ? ». Qu’est-ce qui vous motive ? Et tant qu’à faire les lecteurs peuvent répondre aussi : vous attendez quoi des blogs que vous lisez ?
Oui je sais, je suis chiant avec mes questions à la con.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 15:36

Me voilà arrivé à mon trois centième article. Plus de cinq ans que j’écris ici. Beaucoup de bêtises, pas mal d’avis-vite-dits qui n’intéressent guère que moi, et quelques textes plus personnels. Mais pour cet article pas de long discours, juste l’essentiel.
Mon petit garçon. Nathan.

300 Nathan ptitefleur
300 Nathan casquette
300 Nathan cars
300 Nathan tracteur
300 Nathan ohmygod

(Merci à ma petite soeur pour ses photos toujours géniales)
(on reconnaît facilement la TataTouch : première, deuxième et dernière photos)

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 10:36

Quelle ne fut pas ma surprise l’autre jour quand, divaguant sur un trottoir, en passant devant un cinéma et lorgnant distraitement sur la collection d’affiches des films projetés et à venir, j’en repère une avec Mel Gibson en gros plan, affublé d’un peluche en forme de castor.
Je m’approche, je regarde. Le Complexe du Castor, film de et avec Jodie Foster, rôle principal tenu par Mel Gibson.

299 complexe castor walter
Quand je parle de surprise… j’en étais resté aux frasques de l’acteur australien qui a fait bien plus parler de lui dernièrement dans la presse à scandales que dans celle consacrée au septième art. J’ai vaguement entendu parler d’affaires d’antisémitisme, d’ivrogneries diverses et de violence conjugale. De quoi blacklister le Mel pour tout ce qui est carnet mondain hollywoodien en somme. D’où mon étonnement de le voir à l’affiche d’un film. Ne niant pas un instant que Mel Gibson puisse n’être dans la vie qu’un sombre connard, pour moi il est et reste surtout un putain d’acteur, un gars qui m’aura marqué durablement pour tout un tas de raisons, dont les deux principales se nomment Martin Riggs et Apocalypto. Alors au-delà des scandales people qu’il suscite, le Mel Gibson acteur et réalisateur m’a toujours intéressé, et continue d’exercer sur moi une certaine curiosité, si ce n’est de l’attirance. Le film sortait le lendemain. Fallait bien que je vois ça…

299 complexe castor meredith walter
Alors Le Complexe du Castor met en scène Walter Black. Walter a, a priori, tout pour être heureux. Il est marié à Meredith (Jodie Foster), père de deux garçons, l’aîné Porter (Anton Yelchin) et le petit Henry (Riley Thomas Stewart), il dirige une marque de jouets qu’il a héritée de son père. Pourtant Walter est sujet à la dépression. Une dépression si forte qu’il se détache de tout et de tous, irrémédiablement. Au point qu’après des années d’efforts et pour le bien de tous, Meredith décide de se séparer de son époux. Touchant le fond, Walter veut en finir. Mais le hasard le fait tomber un soir sur une marionnette de castor, qui va changer son existence. Walter va s’accrocher avec l’énergie du désespoir à cette marionnette, qui va lui permettre d’exprimer tout ce qu’il n’ose pas dire, et de devenir une autre personne : positif, volontaire, entreprenant, drôle, charmeur, bref : sûr de lui. Mais ce n’est plus Walter qui est aux commandes, c’est le Castor. Walter ne parle plus, c’est le Castor qui s’exprime par sa bouche. Faisant passer cela pour une thérapie de la dernière chance que lui a prescrite son psychiatre qu’il ne voit plus depuis belle lurette, Walter va développer une toute nouvelle personnalité à travers sa marionnette, au point de ne plus pouvoir s’en passer un seul instant…

299 complexe castor carte
Étrange film que ce Complexe du Castor… Difficile à cerner surtout. Parce qu’on a là plusieurs angles d’attaque, plusieurs traitements possibles de l’histoire (humoristique, dramatique, moraliste, mélo) qui sont tous empruntés à un moment ou un autre sans forcément exclure les autres. Évidemment la situation d’un Mel Gibson qui parle avec une marionnette au bout du bras prête à rire et Jodie Foster ne se prive pas d’en profiter un peu dans son film, tout comme elle parvient à donner dans le drame dès lors qu’elle aborde la relation conflictuelle père-fils de Walter et Porter. Parfois c’est too much (l’interview télévisée par exemple), parfois on est à la limite du mélo, mais sans jamais vraiment s’y lâcher complètement. À l’arrivée, je classerais tout de même ce film en comédie dramatique (ok, c’est un terme fourre-tout c’est pas faux non plus), mais ce flou artistique qui l’entoure n’a pas été pour me déplaire. Si je ne cautionne pas forcément tout dans le film, j’ai tout particulièrement été intéressé et touché par la relation, ou plutôt la non-relation devrais-je dire, entre Walter et son fils aîné. Il y a de belles idées : la liste des ressemblances que l’adolescent cherche à effacer est une jolie trouvaille, le trou dans le mur idem. De manière plus générale, si j’ai trouvé l’ensemble des comédiens plutôt bons et inspirés dans leurs rôles, c’est certainement Mel Gibson et Anton Yelchin justement qui s’en sortent le mieux. L’écriture des personnages n’y étant évidemment pas pour rien, Walter et Porter sont les deux piliers de cette histoire, qui a mes yeux se résume surtout et avant tout à cela : la relation père-fils.

299 complexe castor henry walter
Sans vouloir trop en dévoiler sur l’intrigue, je dirais juste que la fin ne donne pas dans la facilité, le scénario garde une certaine logique qui peut paraître dérangeante dans les faits, mais tout à fait défendable du point de vue de la cohérence globale de l’histoire. On oublie la happy-end mais on ne plonge pas non plus dans le pessimisme à tout crin, et je trouve ça plutôt bien vu finalement.

299 complexe castor porter
Pour en revenir brièvement à ce que je disais en introduction, je n’ai aucune idée de la manière dont Le Complexe du Castor a été accueilli, ni par le public ni par les professionnels. Je me demande bien si le film réhabilitera (ou pas) Mel Gibson aux yeux du tout Hollywood, mais en tout cas il confirme pour moi que l’interprète de Mad Max en a encore sous la semelle, et qu’il n’est pas si mort qu’on voudrait bien le faire croire. En tout cas j’ai aimé le voir dans ce rôle, là-dessus aucun doute.

299 complexe castor aff

Partager cet article
Repost0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 09:27

Parler d’un film, gloser d’un livre, commenter un comic book, je sais à peu près faire (z’êtes gentils, laissez moi cette illusion, merci). En tout cas, ça m’est assez naturel. Mais causer musique… je trouve ça beaucoup plus difficile que ça n’en a l’air. D’abord et certainement parce que je ne suis pas musicien (à mon grand regret). Du coup j’ai du mal à trouver les mots pour décrire ce que j’entends. Pourtant je suis très réceptif à la musique hein, c’est pas le souci, le truc c’est de parvenir à en dire quelque chose d’autre que « c’est bien », « j’aime » ou « ça ne me plaît pas »… Quelque chose qui n’ait pas l’air trop naze non plus, trop plat, trop convenu.
C’est pour cette raison que j’aborde peu souvent le sujet ici, par crainte d’être tout sauf pertinent, et totalement inintéressant.

Voilà, cette précaution sous forme d’avertissement préalable étant prise, je vais donc essayer ici de vous toucher deux mots d’un album qui m’a littéralement soufflé. Un cd, c’est simple, que par période j’écoute en boucle. Au boulot, dans ma voiture. Que je chantonne partout ailleurs dans ma tête tout le reste du temps. Et quand je dis « par période » ça peut durer des jours voire des semaines. Musicalement mono-maniaque le gars.

L’album en question c’est Viva la Vida, du groupe anglais Colplay.
Oui d’accord, c’est pas la dernière nouveauté en date dans les bacs des disquaires. Pardon, en top vente des téléchargements je voulais dire. Mais on s’en fout, quand c’est bon et qu’on aime, l’âge ne compte pas (dixit Anna Nicole Smith le jour de son mariage). De toute manière j’ai depuis longtemps abandonné l’idée d’être le type le plus fashion du monde. Au point que moi-même j’ai découvert cet album (à l’origine sorti en 2008) pas loin de deux ans après le reste du monde. Pire que ça : je ne connaissais quasiment rien de Coldplay jusqu’alors (un ou deux morceaux à tout casser). Et puis évidemment la chanson titre Viva la Vida qui m’avait dès le départ bien plu tout en me faisant imperceptiblement penser à un autre morceau que je classe dans mes incontournables : Better Sweet Symphonie du groupe The Verve. Sans pouvoir dire exactement pourquoi du reste. Une rythmique entêtante, des accords proches, une orchestration enthousiasmante avec ses violons qui prennent le pouvoir, je ne saurais dire vraiment. C’est ce qui m’a poussé à acheter cet album pour voir (dont le titre complet d’ailleurs est Viva la Vida or Death and All His Friends). Et au bout de deux ou trois écoutes j’étais conquis. Scotché. Cueilli. Ensorcelé.

Car ce que je dis du morceau Viva la Vida, je peux le dire de chacun des titres qui composent l’album. Rien à jeter. Rien d’un peu « moins bon » que le reste. Tout est excellent, du début à la fin. Ça faisait longtemps que je n’avais pas trouvé une telle cohérence dans un album de pop-rock. Une espèce d’album-concept réussi de la première à la dernière note. Assez phénoménal…

Je ne vais pas passer en revue chaque chanson, on va éviter le fastidieux et le soporifique. Ne me remerciez pas, c’est normal, je m’étale déjà bien assez comme ça, je le sais bien…
Mais quand même, je ne peux pas m’empêcher de parler en particuliers des titres les plus longs comme Lovers in Japan / Reign of Love, Yes, ou encore Death and All His Friends qui se permettent le luxe d’enchaîner dans le même morceau deux voire trois mélodies différentes qui se répondent et se complètent. Et tant pis si ça dure sept minutes, au contraire même je dirais tant mieux !

Pour être tout à fait honnête, je ne me suis même pas penché vraiment sur les paroles des chansons. Un titre comme Strawberry Swing par exemple m’intrigue mais je ne cherche pas à le décortiquer plus avant. Ah oui, j’oubliais de dire que je suis une quiche en anglais oral. Ça doit être mon oreille défaillante ou mon cerveau en kit la cause, toujours est-il que je suis incapable de comprendre plus que quelques mots par ci par là qui se détachent et que je reconnais… Ouais je sais la honte. Je vous merde.
Ça me le fait moins avec Coldplay qu’avec des baragouineurs qui marmonnent entre leurs dents tels que Bruce Springsteen ou Mark Knopfler (pas de mauvaise interprétation attention : pour moi ce sont des monstres sacrés hein), n’empêche que j’ai du mal. Le seul qui fasse résonner chaque syllabe de ses mots dans ma tête c’est mon Dieu vivant, j’ai nommé Leonard Cohen. Mais j’y reviendrais peut-être une autre fois, c’est pas le sujet.

Et franchement je m’en fous de pas y biter grand-chose aux textes de cet album. Ce qui me prend à chaque fois c’est la musicalité de l’ensemble, les orchestrations mi-symphoniques mi-rock. Les voix qui s’accordent parfaitement aux instruments, les chœurs qui ponctuent le tout par derrière. Et l’énergie. Parce que cet album, si je le trouve épatant sur bien des points, possède à mes yeux une qualité unique, que très rarement j’ai retrouvé ailleurs, ou du moins pas sur un album complet. Toute musique dégage un ressenti, résonne en chacun d’une manière différente, crée des sentiments chez celui qui l’écoute. Quand j’écoute cet album, j’entends deux sons en parfait équilibre, qui éveillent deux sensations pourtant très éloignées l’une de l’autre, mais que je retrouve ici dans un parfait mélange. J’y entends d’une part quelque chose qui me soulève et m’entraîne dans un enthousiasme et un dynamisme irrésistibles, et à côté de ça il y a toute une gamme de notes et d’intonations qui éveillent en moi un sentiment de nostalgie sourde, presque de tristesse mais pas tout à fait, un peu comme la Saudade chère à Lavilliers mais anglicisée. Un mélange de larmes et de sourire. Très difficile à décrire et définir mais qui se ressent pourtant avec une émouvante limpidité.

Ouais, pas facile à expliquer. Mais c’est vraiment ainsi que je ressens cet album. Avec force et douceur. Et c’est pour ça que je peux l’écouter en boucle. Pour ça qu’il est dans mon top albums, tous artistes et tous genres confondus. Pour ça que j’aime Viva la Vida or Death and All His Friends et pour ça que j’avais envie d’en parler un peu, tant bien que mal, ici.

298 viva la vida

Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 14:13

Cette chronique va un peu déroger à la règle que j’essaie d’appliquer quand je parle d’un bouquin que j’ai lu. D’habitude je tente d’exposer de mon mieux le début de l’intrigue pour qu’on comprenne bien de qui et de quoi ça cause, tout en me gardant de trop en dévoiler sur l’issue du livre, histoire de préserver le plaisir de la découverte à celles ou ceux qui éventuellement se lanceraient dans la lecture du livre après avoir lu mon article.
Dans le cas de ce livre, je vais faire l’impasse sur l’histoire et le résumé. Sachez juste qu’il s’agit d’un homme (Tomas) et d’une femme (Tereza) qui se rencontrent, s’aiment passionnément et dont la vie de couple sera juchée d’embûches qui ne tiennent en fin de compte qu’à leur propres personnalités très différentes. C’est une opposition du « nous » aux « je ». C’est une histoire d’attirances irrésistibles et de répulsions toutes aussi fortes. Des différences entre l’intérêt commun et les envies individuelles. De la façon dont deux entités individuelles tentent de maintenir coûte que coûte une entité commune, celle du couple. Bref, c’est plein de sentiments contradictoires, de choix à faire, de sacrifices, de sentiments fluctuants. C’est tout ça et ça  nous invite bien souvent à nous interroger nous-même pour essayer de situer où se trouve notre propre place, et démêler les fils de nos propres contradictions.
Mais ce qui a survolé cette histoire d’amours déchirés pour moi et qui a nourri ma réflexion pendant tout le bouquin et encore bien après, c’est une phrase, une idée que l’auteur a tirée d’un proverbe allemand : Einmal ist keinmal.

C’est une étrange expérience (que je dois à Karine qui m’a passé ce livre que je n’aurais certainement pas lu sans elle) de lire L’Insoutenable Légèreté de l’Être de Milan Kundera peu de temps après Replay de Ken Grimwood. Parce que si a priori ces deux romans semblent bien éloignés l’un de l’autre, dans mon esprit la connexion s’est pourtant instantanément faite.
Évidemment sur la forme il n’y a pas grand-chose en commun. Le roman de Grimwood touche à un fantastique mêlé d’aventures et d’une pincée de romance. Alors que le livre de Kundera relate sur toile de fond géopolitique (la Tchécoslovaquie du temps du rideau de fer) une histoire de couple qui se déchire, une histoire d’amour belle et forte, mais surtout dramatique et désespérée. Mais sur le fond, en ce qui concerne les pensées intimes des personnages et leurs quêtes existentielles, le lien m’apparaît évident.

Dans Replay, le personnage principal vit et revit sa vie un grand nombre de fois, la changeant à chaque fois, explorant de nouveaux chemins, essayant de l’améliorer et de maîtriser son destin en se basant sur tout ce qu’il a déjà vécu les fois précédentes. Dans L’Insoutenable Légèreté de l’Être, Tomas, le personnage masculin principal, se pose mille questions sur ce qu’il doit faire, sur les choix de vie qui se présentent à lui, et ses pensées volent invariablement vers le proverbe allemand Einmal ist keinmal et les réflexions de certains philosophes tels que Nietzsche, ainsi qu’une phrase tirée du dernier quatuor de Beethoven : « Es muss sein ».

Pour les non-germanophones je traduis : Einmal ist keinmal pourrait se traduire mot-à-mot par « une seule fois ce n’est aucune fois » autrement dit, vivre une seule fois, suivre une seule voie, ne choisir qu’une possibilité parmi une multitude c’est comme ne pas vivre. Car on ne peut pas comparer. On ne peut pas mesurer. Devoir choisir et ne jamais pouvoir revenir en arrière, effacer ou revenir au point de départ et partir vers une autre direction, c’est comme de ne pas vivre du tout. On prend des décisions qui ont des conséquences, et on ne saura jamais si les décisions auront été les bonnes, les meilleures, car on ne connaîtra jamais les conséquences des autres décisions qu’on n’a pas prises… Cela relativise beaucoup nos existences, l’importance de nos actes et le rapport entre nos envies et nos devoirs…
Pour le « Es muss sein », on peut le traduire par « cela doit être », ou plus correctement par « il doit en être ainsi ». Là on touche du doigt à travers Beethoven la notion de Destin, de nécessité. L’entravement de l’Homme, son désir de liberté opposé à sa prédestination et à la gravité qui pèse sur ses choix.

Ce sont toutes ces notions impalpables et qui pourtant pèsent de tout leur poids virtuel sur nos vies d’êtres humains qui m’ont fasciné tout au cours de la lecture de ce roman de Kundera. Je faisais sans cesse la parallèle avec le héros de Replay qui rejouais et rejouais sa vie en la modifiant, pour balayer tout l’éventail des possibles et espérer enfin y trouver sa voie, son chemin idéal, et le Tomas de Kundera qui est insatisfait de chacun de ses choix, car il ne peut en mesurer la pertinence face à d’autres choix possibles dont il ne vivra jamais les conséquences. Chacun dans son coin, tentant d’échapper à ce qu’il ne maîtrise pas. Chacun des deux personnages, confronté à l’implacable force du temps et du monde qui l’entoure, des destins croisés qui façonnent finalement bien plus nos vies que toutes nos décisions, les plus graves et les plus importantes soient-elles.

Deux façons opposées d’aborder le même problème. Celui du sens qu’on donne à notre existence. Avec la même conclusion dans les deux cas : le choix n’est qu’illusion. Dès lors qu’on choisit une voie, on abandonne tout ce qui n’en découle pas, tout ce qui potentiellement aurait pu être et ne sera pas. Choisir c’est aussi renoncer...
Dès lors, quelle est la place du Destin dans nos vies ? Où s’arrête l’influence de nos choix sur nos vies, où commence l’influence de la vie des autres (et d’autant plus de ceux qui comptent à nos yeux) sur la notre, quels poids prennent véritablement nos décisions ? Que maîtrise-t-on ? Dans quelle illusion décide-t-on de vivre : celle du choix ou celle du non-choix (qui est aussi un choix finalement) ? Et surtout, où se place-t-on dans tout ça ? Quelle importance a-t-on réellement et comment accepter l’idée que notre existence bouleverse et bouscule celles des autres alors qu’on n’arrive pas à gérer notre propre vie idéalement ? Autant d’interrogations qui se résument à se demander qu’elle est notre place en ce monde…

Kundera raccorde cela à une problématique encore un peu plus large, qui touche chaque personne et ne trouve pas vraiment de réponse universelle. Il pose la question de la légèreté et de la gravité en ce monde. Qu’est-ce qui est important, grave ? qu’est-ce qui ne l’est pas ? la légèreté ne pèse-t-elle sur nos vies pas autant, finalement, que la gravité ?
Et il le fait bien mieux et avec infiniment plus de talent pour exposer clairement ses idées que ce que j’ai tenté de faire ici. En tout cas la lecture de ce bouquin a fait turbiner les rouages quelque peu rouillés de mon cerveau. Le ciboulot en effervescence, j’ai lu et cogité, et j’aime quand une lecture me cherche, me malmène un peu et me triture la matière grise. Je ne suis pas bien certain que c’est ce genre de réflexions et de considérations que l’auteur a voulu induire chez ses lecteurs, toujours est-il que dans mon esprit c’est ce qui a fait tilt instantanément.
Tout ça pour dire que si mon article vous a fichu la migraine avec ses questions existentielles, que ça ne vous empêche surtout pas de vous plonger dans le roman de Milan Kundera. Son talent d’écrivain vous passera votre mal de tête, promis.

297 insoutenable legerete

Partager cet article
Repost0