Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 07:46

Je ne suis pas une midinette et je n’ai (à ma connaissance) aucun penchant pour les beaux ténébreux. Je n’arrive pas à préférer une mini tasse de Nespresso à mon bol de café quand j’arrive au boulot le matin. Pourtant j’avoue sans gêne que George Clooney figure dans la liste de mes acteurs favoris *. Donc quand j’ai su qu’il était à l’affiche dans un film nominé aux Oscars (oui je sais, c’est loin d’être le gage de quoi que ce soit qualitativement parlant) et réalisé par Alexander Payne (là déjà c’est autre chose, j’y reviendrai), je me suis dit que ce serait une bonne idée d’y jeter un coup d’œil. Comme ça, pour voir. Et si je n’ai pas été ébloui j’ai tout de même passé un bon moment.

320 the descendants matt alex
L’histoire prend place dans l’archipel d’Hawaï. Matt King (George Clooney) bosse beaucoup, et néglige plus que de raison son couple et son rôle de père. Un accident de ski nautique plonge sa femme dans le coma, et oblige Matt à s’occuper à plein temps de Scottie, dix ans (Amara Miller) et Alexandra (Shailene Woodley), adolescente rebelle de dix-sept ans. Décisionnaire dans un processus de vente de terres familiales s’élevant à plusieurs centaines de millions de dollars, Matt va devoir prendre de lourdes décisions alors qu’il apprend coup sur coup que son épouse ne se remettra jamais, et que celle-ci avait une liaison. C’est avec ses enfants, et Sid (Nick Krause), l’ami demeuré de son aînée, que Matt va partir à la recherche de l’amant de sa femme…


320 the descendants alex matt scottie
Je partais avec un a priori positif en allant voir ce film, ne serait-ce que par rapport à ce que j’avais déjà vu de son réalisateur auparavant. Il a, dans les années 2000, signé deux films qui m’ont marqué (et plu, je précise) avec Sideways et Monsieur Schmidt**. Je savais donc qu’il était tout à fait capable de partir d’une situation et de personnages pas forcément extravagants pour raconter de chouettes histoires, et que la simplicité n’exclut pas la profondeur dans son approche des choses… et c’est très exactement ce que j’ai retrouvé comme sensation dans The Descendants. Une histoire au pitch de départ plutôt simple, et un développement tout en finesse, abordant parfois des sujets très graves sans s’interdire des touches d’humour, voire de loufoquerie. À ce titre le personnage de Sid, que j’ai trouvé parfaitement imbitable et con comme un manche au point que je n’en revenais pas d’un tel décalage et d’une telle marque de mauvais goût au milieu du reste d’un film si mesuré, se révèle tout à fait à sa place comme on le comprend dans la dernière partie du film.

320 the descendants matt alex2
Alexander Payne va donc au fil du métrage nous emmener à sa suite sur des terrains qu’on n’attendait pas forcément et posera certaines questions auxquelles il nous invite à réfléchir sans vouloir imposer la réponse qu’il propose. Dans The Descendants il est question d’amour, de haine, de vengeance, de détresse, de pardon et d’espoirs à degrés divers. On varie avec les personnages d’un sentiment à l’autre, parfois contradictoires, et ça permet de se remettre soi-même en question. Quel sentiment l’emporterait chez nous, quelle réaction serait la notre dans de telles circonstances ? Sans intellectualiser à outrance, j’ai trouvé le fond de la réflexion proposée intéressant.

320 the descendants matt
Côté comédiens, Clooney tient le haut du pavé et joue vraiment d’une manière fluide, juste et sincère la somme de sentiments qui assaillent son personnage. De l’inquiétude et la volonté de se rattraper au début de l’histoire, à l’abattement et la dévastation d’apprendre que sa femme est en mort cérébrale, jusqu’à la colère et la haine qu’il ressent en tant que mari trompé en passant par la détresse d’un père débordé par ses enfants qu’il redécouvre dès lors qu’il s’en occupera pleinement… Vraiment, j’ai trouvé son jeu d’acteur brillant, ni trop ni pas assez dans l’expression des sentiments, pour moi c’était une confirmation de plus de son talent de comédien. Mais une autre qui se révèle aussi bonne que belle (non ce ne sont pas des synonymes) c’est la jeune Shailene Woodley, à qui je prédis une jolie carrière si toutefois elle parvient à se tenir loin des twilighteries et autres mièvreries ado-sirupeuses… Et puis c’est toujours un plaisir de retrouver au détour d’un second rôle le sous-employé Robert Forster, ici dans le rôle du beau-père acariâtre dont le caractère de chien, la haine et la dureté ne l’empêchent pas d’être aussi par ailleurs un vieil homme touchant.

320 the descendants alex matt grands-parents
Et puis pour la petite histoire, ce film a l’avantage de répondre à des questions autrement plus existentielles. En effet il vous prouvera sans l’ombre d’un doute possible que s’habiller chaque jour de l’année en chemise à fleurs hawaïenne et tongs, c’est pas le truc le plus classe au monde, même quand on s’appelle George Clooney. Ça humanise le bonhomme, c’est le moins qu’on puisse dire. Sans parler de son statut de cocu (et bonjour le baltringue que madame a choisi pour le remplacer…) qui finit un peu plus de l’éloigner de son image de bellâtre dans ce film. Et c’est tant mieux.

320 the desendants hugh matt
Pour résumer, je dirais que The Descendants est un chouette film, pas révolutionnaire loin s’en faut, mais honnête dans ce qu’il raconte, avec des acteurs de talent et une mise en scène intelligente. C’est franchement déjà pas mal non ?



* Liste au sein de laquelle George côtoie les très glamours et sexy Richard Dreyfuss, Paul Giamatti, Takeshi Kitano ou Jack Nicholson par exemple. Juste pour vous situer l’ambiance playboy de cette liste.

** Tiens donc, revoilà Paul Giamatti et Jack Nicholson, quelle coïncidence !

320 the descendants aff

Partager cet article

Repost0

commentaires

Chelmi 14/05/2012 13:27


Non, je ne pense pas car même si je n'ai pas vu Sideways, j'ai bien aimé Mr Schmidt.

Stéph 15/05/2012 14:57



Bon, alors une expérience positive l'autre non. Tu n'as plus le choix, il va falloir que tu regardes Sideways pour savoir si tu accroches à l'univers d'Alexander
Payne



Chelmi 11/05/2012 21:18


Comme vous je suis un bon client de George, et je me reconnais souvent (pour ne pas dire tout le temps) dans tes avis cinématographique, mais là pour le coup, je n'ai pas accroché... je trouve le
sujet intéressant, les acteurs sont pile poil dans le ton, mais je ne sais pas pourquoi une bonne partie du film m'a profondément ennuyé ?!.

Stéph 14/05/2012 11:10



Et as-tu déjà eu la même réaction vis-à-vis des précédents films de Alexander Payne (Sideways ou Mr Schmidt) ? C'est peut-être ce réalisateur qui
ne te convient pas ?



pierig 07/05/2012 10:03


Merci, je le note !


J'apprécie aussi Clooney pour sa capacité à casser un statut qu'on lui a donné . . . Ses prestations dans les films des frères Coen m'ont assez amusé ! :)

Stéph 07/05/2012 10:36



Absolument d'accord, O'Brother par exemple est un de ses meilleurs contre-emplois ! dans Burn after Reading il était assez chouette aussi dans son rôle de pétochard
/ séducteur au rabais. Et dans un registre assez proche (mais pas des frères Coen) j'avais récemment adoré Les Chèvres du Pentagone dans le genre loufoque ...



Marie H. 07/05/2012 09:44


Voilà qui devrait me plaire : je note, merci ! (comment ça, on s'en serait douté ? ;-P) Sortie en DVD le 30 mai 2012, pour les personnes intéressées !

Stéph 07/05/2012 10:32



Ah bon, tu es fan de George toi ? je croyais que tu étais plus branchée Dean Cain et Val Kilmer ?



Spooky 07/05/2012 09:05


Clooney faut aissi partie des acteurs que j'apprécie, nonobstant son balancement du mentn quand il joue les séducteurs. Et ce film avait vraiment l'air chouette, mais hélas il est sorti en même
temps que des blockbusters je crois, ce qui a dû lui faire du mal. A voir pour une location en DVD, tiens.

Stéph 07/05/2012 10:29



C'était sorti début janvier en France si je me souviens bien (ouais je suis pas super en avance sur mes articles).


Ah j'ai oublié de préciser : Alexander Payne a obtenu l'Oscar de la meilleure adaptation (il est tiré du roman éponyme de Kaui Hart Hemmings) pour le film.