Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

 

17 mars 2006 5 17 /03 /mars /2006 19:08

Une fois n’est pas coutume : aujourd’hui un petit râlage, un !

Voilà environ une bonne année que je me traîne une espèce de malédiction, je ne sais pas trop comment dire autrement, au sujet des pneumatiques de ma Stéph-mobile.
Tout a commencé par deux crevaisons successives il y a quelques mois. A chaque fois un clou était venu se ficher dans le caoutchouc des pneus. Une chance cependant, les deux fois c’était réparable (et pas trop cher).

Arrive peu de temps après le moment de changer mes pneus avant qui atteignaient leur fin de vie, l’usure normale au bout d’un certain nombre de kilomètres avait eu raison d’eux. Parti pour les changer, je vais sur les conseils d’un ami (je ne t’en veux pas Rico, je sais bien que tu n’y es pour rien, je tiens à le préciser !) chez un « spécialiste » du pneu d’occasion, aux tarifs tout à fait convaincants : -50% sur des pneus à 200 euros la paire, ça ne se refuse pas !! Les pneus qu’il vend sont garantis entre 5 et 15% d’usure seulement, bref quasi-neufs. Je passe donc commande, mais on m’annonce environ quatre jours de délai. Normal, j’ai une taille de pneu peu commune il paraît, je peux bien attendre un pneu. Euh, un peu.
Sauf que les quatre jours se transforment en quatre semaines, et que mes pneus commencent à devenir vraiment lisses ! Qu’à cela ne tienne, le garagiste me propose à la place une autre paire à la bonne taille mais d’une marque différente, qu’il a sous la main. Le tarif étant le même j’accepte volontiers, tout content de pouvoir enfin circuler sans craindre de me prendre un PV.

Même pas une semaine plus tard : crevaison d’un des deux pneus. Mais pas par percement ce coup-ci, par crevaison lente. Je retourne chez le vendeur de pneus, me disant que ça peut arriver. Il regarde l’air contrarié (du genre « j’ai pas que ça à faire », j’apprécie moyennement), et me dit que c’est réparable. Je fais donc réparer et l’autre me fait payer. Je trouve ça un peu fort de café, avec toute l’attente que j’ai eue et le fait que la crevaison intervienne bizarrement tout de suite après la pose, je m’attendais à ce qu’on ne me fasse pas payer, même si la facture ne s’élève qu’à une vingtaine d’euros.

Bon, bref. Sauf que là où ça devient vraiment énervant, c’est quand trois semaines plus tard, alors que je fais un petit chech-up rapide de ma voiture avant de partir quelques jours dans le Sud, je me rends compte que le pneu réparé a été remonté … à l’envers ! (pas dans le sens de roulement du pneu)
Je vais donc faire déposer et reposer le pneu en question, mais plus chez le pro de l’occaz évidemment, ce charlot ne me reverra plus vous vous en doutez. C’était il y a quelques mois…

Tout récemment, paf ! même pneu, encore une crevaison lente. Irréparable cette fois. Je vais donc commander un pneu neuf, mais comme il faut exactement le même modèle que celui restant, j’attends à nouveau un moment.  Et donc hier , je récupère mon nouveau pneu que j’ai payé le prix fort ce coup-ci, pensant en avoir enfin terminé avec cette odyssée pneumatique. Sauf que par acquis de conscience, avant de le monter je le compare à l’autre pneu (celui acheté d’occasion et qui n’a pas crevé lui), et je me rends compte ce faisant que l’ancien par rapport au nouveau est dans un bien triste état : usure très avancée (on est plus près des 75% que des 15% annoncés… et ce n’est pas d’avoir roulé ces quelques mois avec qui a pu les entamer à ce point) et des craquelures inquiétantes de côté, sur tout le contour. Conclusion, je vais devoir changer l’autre pneu aussi pour avoir un train avant qui tienne correctement la route.

Bref, en moins d’un an j’aurais changé deux fois ma paire de pneus, je suis perdant sur toute la ligne, entre les différentes réparations et le prix des occasions et des neufs, je crois que je me suis bien fait avoir.
Le caoutchouc, c’est vraiment prohibitif !!

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2006 4 23 /02 /février /2006 17:07

L’année dernière, la marque automobile anglaise MG-Rover a mis les clefs sous la porte. Faute de repreneur un des fleurons de la construction automobile britannique mettait définitivement un terme à sa production.
Définitivement ? eh bien depuis ces derniers mois, les choses ont évolué, et il se pourrait bien que Rover renaisse de ses cendres (pour mon plus grand plaisir d’ailleurs, j’aime beaucoup leurs récentes gammes de voitures).

En 2005, après qu’on ait enterré l’avenir de l’industrie automobile du Royaume-Uni, Nanjing Automobile, une compagnie chinoise, a finalement racheté la défunte société MG-Rover, et possède depuis lors les brevets de fabrication de ses modèles (c’est-à-dire l’ensemble de la gamme MG, et les séries Rover 25, 45 et 75).
Mais la situation n’est pas si simple… La firme BMW (qui avait racheté Rover dans les années 90) possède toujours les droits d’utilisation de la marque Rover, marque qui est en ce moment en négociation de rachat par Nanjing. Ceci dit, il y a de bonnes chances que la négociation aboutisse, Nanjing ayant déjà racheté les droits sur le nom MG à BMW. Pour rappel tout de même, la fameuse Mini-Rover est devenue une marque déposée distincte, et restera quoi qu’il advienne dans le giron du groupe BMW. Tout comme Land Rover du reste, qui n’appartient depuis longtemps plus à la marque Rover (c'est une marque du réseau Ford à présent).

Nanjing a en outre annoncé que la production sera relancée très prochainement (d’abord prévue pour fin 2006, le calendrier prévisionnel serait plutôt décalé en 2007), en commençant par les modèles MG TF (re-stylée) puis MG ZT.

MG ZT 385
Quant au site de production, il devrait être conservé à Longbridge, le berceau historique de la marque au drakkar, avec deux chaînes d’assemblage et un atelier de peinture pour débuter. En tout état de cause, malgré certaines rumeurs annonçant la délocalisation des chaînes de production, Nanjing a officiellement signé le 22 février 2006 (c’est tout frais donc) un bail de 35 ans pour le site industriel de Longbridge (avec cependant une clause de retrait valable 6 mois – restons prudents…).
La production purement mécanique quant à elle (les moteurs) pourrait être transférée en Chine. Pour le design, il est fortement question que Nanjing s’adresse à une société britannique (c’est le nom de la société ARUP qui circule en ce moment).

MG TF
Moi qui aime beaucoup ces voitures, je suis bien content d’apprendre que tout n’est pas perdu. Évidemment je demande à voir : la qualité sera-t-elle au rendez-vous ? Et puis je me demande également : est-ce que l’Union Jack qui flottait en écusson miniature sur chaque auto sera remplacé par un petit drapeau chinois ou restera-t-il présent sur la carosserie des MG-Rover ?
Wait and See.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2006 5 17 /02 /février /2006 12:29

Mesdames, Mesdemoiselles,
je tenais ici à vous rappeler que demain est le dernier jour des soldes, et que si vous désirez profiter de prix imbattables, c’est maintenant ou jamais (enfin, plus avant quelques mois quoi). Et pour celles qui ont le bonheur d’habiter pas trop loin de la frontière avec l’Allemagne, je crois vraiment qu’il reste de trèèèèès bonnes affaires à faire là-bas !

Partager cet article
Repost0
7 février 2006 2 07 /02 /février /2006 17:23

Souvenirs, souvenirs…

Hiver 1997, dans mon 25 m² de la rue des Anges (je sais, c’était prédestiné) à Valenciennes. Un soir du mois de février, on toque à ma porte. Il est un peu tard et je ne suis pas très présentable en caleçon et vieux t-shirt, mais j’ouvre quand même ; c’est certainement Nono ou Stéph qui passe me voir.
Perdu.
C’est ma voisine du dessus, une brunette charmante au demeurant. Surprise, bafouillage d’usage en guise de bonsoir. Elle ne me laisse pas le temps de me reprendre et demande dans la foulée : « Désolée de vous déranger, mais est-ce-que vous avez un fouet par hasard ? ».

Quelques secondes de silence.

Je lui réponds que non, ne réalisant que plus tard qu’elle parle de l’ustensile de cuisine. Le petit laps de temps qu’il m’a fallu pour répondre lui a visiblement suffit pour faire le cheminement inverse de mes pensées, et c’est très certainement en comprenant le double-sens de sa question qu’elle se met à rougir, bredouillant un rapide « tant pis, merci quand même ! » avant de disparaître dans les escaliers.
(Cela dit, si je n’avais pas de fouet, en revanche j’avais reçu quelques temps auparavant de la part d’amis bienveillants et farceurs une paire de menottes-gadget du plus bel effet. Mais je ne sais pas si ça l’aurait fait rire.)

En tout cas, le lendemain soir, la même voisine est descendue m’apporter un petit bol de fraises, pour « s’excuser du dérangement de la veille ». Vous pensez qu’il y avait un double-sens là aussi ?
Je m’interroge aujourd’hui encore.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2005 6 24 /12 /décembre /2005 18:04

Comme la période s’y prête, je me suis dit qu’un conte de Noël tombait bien.
Mais voilà, tant qu’à faire, autant essayer d’en trouver un qui ne soit pas commun, histoire de sortir des sempiternels Père Noël, cadeaux, rennes et traîneau …

Alors voici un authentique conte de Noël. Authentique car il s’agit d’une histoire tout ce qu’il y a de plus véridique …

Dans l’après-midi du 24 décembre 1999, dans le lit d’une chambre d’un hôpital d’Albuquerque (Nouveau-Mexique, USA), une femme se réveille. Elle se réveille seule, après une longue période de coma. Seize ans de coma. Quelques seize années auparavant, un problème était survenu lors de l’accouchement de son troisième enfant qu’elle n’a jamais vu. Elle a sombré dans le coma et ne s’était plus réveillée depuis lors.

Et voilà que cette veille de Noël, elle se réveille. Elle s’est endormie à 26 ans, elle en a 42 quand elle rouvre les yeux. Elle avait des enfants en bas-âge et s’apprêtait à devenir pour la troisième fois jeune maman, et elle se réveille avec 3 adolescents de 19, 17 et 16 ans.

Encore plus incroyable : elle ressort de ce coma sans séquelle grave. Elle peut parler, n’a pas perdu la mémoire, et a conservé ses facultés motrices, seul la faiblesse de ses muscles l’empêche de se lever ! C’est 16 ans après l’avoir quittée qu’elle peut enfin retourner vivre dans la maison familiale.

Partout dans le pays on annonce un « miracle de Noël », les américains sont friands de ce genre d’histoires. Mais pas la femme en question. Elle est d’origine Sioux, et malheureusement pour Hollywood qui en aurait certainement fait un beau téléfilm de Noël, elle n’est absolument pas chrétienne.

Ça compte quand même comme conte de Noël dites ?

 

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 11:18

Sous ce titre un peu bizarre se cache un de mes grands énervements de ces derniers temps. Je veux parler de la déclaration à la presse d’un des experts-psychologues de l’affaire d’Outreau.
Monsieur Viaux, auteur de l’ouvrage éthique et pratiques psychologiques dans l'expertise (amis de l’ironie bonjour) et expert auprès de la cour, pour expliquer ses erreurs d’expertise sur les déclarations des enfants de l’affaire de pédophilie a déclaré « Quand on paye des expertises au tarif d’une femme de ménage, on a des expertises de femme de ménage » (NdS : l’heure d’expertise est facturée 15 €).
Alors lui, rien que pour ça, je le nomme co#?!&# de l’année (et pourtant il y a eu de la concurrence à ce niveau de la compétition !).

D’abord cette phrase à elle seule en dit long sur l’idée que ce fin psychologue se fait des personnes qui ont un boulot de femme de ménage.

Ensuite du point de vue strictement formel, et parce que tant qu’à faire je ne vais pas me priver du plaisir de pinailler (chacun ses plaisirs n’est-ce-pas ? et en plus ça me donne l’occasion de placer le mot pinailler), notre fin psychologue semble ne pas être très au courant des tarifs en vigueur chez les bêtes travailleurs de la « France d’en-bas » comme dirait l’autre. Ce salaire dont ce monsieur se plaint, est loin de ce que gagne une femme de ménage. Pour info, le SMIC horaire s’élève de nos jours à 8,03 € brut, et le salaire moyen d’une femme de ménage en France en 2005 est de 1489 € brut.
Donc ces 15 € horaires pour lesquels il n’a pas daigné faire un travail sérieux, et bien il y a des gens, beaucoup de gens, qui triment comme des cons pour en gagner au mieux la moitié. On ne les entend pas beaucoup se plaindre au journal de 20 heures ceux-là, ils auraient pourtant de quoi !!

Enfin, le fin psychologue démontre par cette seule phrase tout son talent et ses compétences. En face de lui, sur le banc des accusés, il avait 13 innocents injustement enfermés, à l’honneur bafoué et aux vies totalement détruites. Et ce type, bien à l’aise dans son costard d’expert de la cour ne trouve rien de mieux à dire que ça !
« Vous avez été enfermés 3 ans, on vous a accusés du crime des plus horribles, vous venez de traverser l’enfer sur terre et vous vous plaignez ?! Mais que devrais-je dire moi, qui suis payé 15 malheureux euros de l’heure ?!! Un peu de tenue voyons mes pauvres amis ! »
Voilà ce que cette phrase voulait dire, voilà ce que j’aurais entendu si j’avais été à la place des accusés.

Je sais que parfois ça peut faire mal au cul, mais quand on se trompe aussi lourdement, la meilleure des choses à faire, c’est au moins de l’admettre. Mais sortir des excuses vaseuses, et pire encore, essayer de se faire passer pour une victime dans ce cas, c’est de l’indécence pure et infiniment méprisable.
Je ne critique pas l’expertise en elle-même, je ne sais pas ce qu’elle vaut, et je n’ai aucune compétence en la matière de toute manière. Et j’admets bien volontiers que l’erreur est humaine, que personne n’est tenu d’être toujours parfait. Mais un tel comportement, ça me dépasse. Si l’erreur est peut-être compréhensible (ceci je ne peux en juger moi-même), le comportement est inadmissible.

Des excuses auraient été la moindre des choses. Un minimum de décence également.

Voilà, j'arrête là, je me suis suffisamment énervé tout seul pour aujourd'hui.

Partager cet article
Repost0