Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 09:47

 

Le 26 mars passait à Belfort une grande dame du jazz : Patricia Barber et son quartet. En tournée pour la sortie de son dernier album Smash, pour moi c'était l'occasion idéale de réaliser un de mes vieux rêves en allant la voir en live.

Je resitue rapidement Patricia Barber et mon histoire perso avec elle. Car oui, j'ai eu une histoire perso avec elle messieurs-dames. Une histoire purement artistico-musicale mais quand même, du genre qui marque. J'ai découvert Patricia Barber en 1998, par l'intermédiaire de mon ami Rémy. En ces temps reculés, nous partagions lui et moi nos découvertes et coups de cœur artistiques et n'hésitions pas à partir vaillamment à la découverte de nouveautés en tous genres. Alors que je lui faisais découvrir quelques comics parmi les plus cultes de ma collection, qu'on se refilait nos meilleurs dvd (une technologie qui en était à ses tous débuts ! Ça nous rajeunit pas tout ça), qu'on faisait quelques belles découvertes au cinéma (à quelle nostalgie en repensant à The Big Lebowski, le Sixième Sens ou encore Matrix vus ensemble …) et qu'on s'échangeait des romans qui nous avaient marqués, du côté musical on se retrouvait sur des valeurs sûres comme Eric Clapton. Pour ma part je l'ai remis à jour sur mon maître Leonard Cohen et lui m'a fait découvrir deux artistes en particulier : Tony Joe White (un autre de mes fantasmes de concert) et Patricia Barber (ça y est j'ai raccroché les wagons).

366 Patricia Barber Smash

Arpentant les lieux branchés et interlopes de Mulhouse, nous avions pris nos habitudes dans certains magasins de Hi-Fi haut-de-gamme qui nous permettaient régulièrement d'emporter nos propres disques pour les écouter sur leur matériel en démonstration. Et quand je dis haut-de-gamme je ne plaisante pas. Il y avait des installations de plusieurs dizaines de milliers d'euros à vous laisser baba. Et c'est là, avec à mes pieds des amplis et pré-amplis à ampoules de toute beauté, des enceintes plus grandes et plus larges que moi, que j'ai entendu pour la première fois s'élever la voix limpide de Patricia Barber. Je m'en souviens comme si c'était hier alors que ça date du millénaire passé. Un frisson incommensurable et un vrai uppercut musical : Too Rich For My Blood sur du matos qui vaut plusieurs fois mon salaire annuel. Une claque monumentale.

C'était décidé : si je n'aurais certainement jamais un tel équipement chez moi, j'irais au moins la voir chanter pour de vrai ! Je venais de l'entendre pour la première fois et je savais qu'elle était sur ma liste des choses à voir absolument avant de mourir. Depuis lors, j'en avais fait un fantasme et je rêvais d'aller un soir voir Patricia Barber donner un concert au fond d'un club de jazz de New-York.

Aussi, quand j'ai appris qu'elle passait à Belfort pas loin de chez moi, j'ai marqué un temps d'arrêt, le temps d'une hésitation. Et puis bien vite je décidai de remiser à plus tard la partie « au fond d'un club de jazz de New-York » pour prendre ce qu'il y avait à prendre : « voir Patricia Barber en concert », et bien m'en a pris. Ce qui ne veut pas dire que j'ai tiré un trait sur la partie remisée à plus tard, notez bien.

366 patricia barber quartet

Bon, maintenant que je vous ai bien saoulés avec mon histoire de vieux combattants qui n'intéresse que moi (et peut-être Rémy s'il lit encore ce blog), permettez-moi de vous toucher quelques mots de Patricia Barber. Moins connue que des stars comme Norah Jones, Lisa Ekdahl ou encore Diana Krall, elle n'en reste pas moins une des figures féminines majeures du jazz depuis les années 90. Pianiste géniale, elle a une voix absolument terrible. D'ailleurs c'est à mon humble avis son talent principal, tant elle ne se contente pas de chanter mais fait de son organe vocal un instrument à part entière. D'ailleurs pour illustrer mes dires, lors de son concert de Belfort il a fallu attendre pas loin d'une demi-heure pour entendre les premiers mots chantés, alors qu'elle donnait de la voix depuis le début, toute en sons, en onomatopées, en fredonnements musicaux...

Patricia Barber est une grande artiste (et pas qu'en taille), mais elle reste d'une simplicité désarmante. Elle arrive sur scène, se déchausse et s'installe pieds nus à son piano avant d'entamer son concert. Entre sourires, jokes, et moments de profonde concentration, elle est toute entière dans son art, dans sa musique, dans son univers. Un univers fait d'accords mais aussi de silences, de mots et de respirations, de notes et de vibrations. Accompagnée d'un bassiste, d'un batteur et d'un guitariste (respectivement : Larry Kohut, John Deitemeyer et John Kregor), c'est à un spectacle complet et vivant qu'elle convie ses spectateurs, presque en toute intimité, juste pour un moment de partage de quelque chose de beau.

366 patricia barber quartet2

Écouter Patricia Barber c'est une expérience à part, c'est se déconnecter de la réalité pour plonger dans un monde tout entier fait de sons et de mélodies, où s'entremêlent instruments et voix pour ne faire plus qu'un. Je sais que le jazz ne plaît pas forcément à tout le monde, mais elle vaut la peine de prendre le temps de s'y essayer au moins un peu, au moins une fois. Je ne vous garantis pas que vous aimerez, mais je vous garantis que ça ne vous laissera pas de marbre.

Petite séquence nostalgie pour moi, je vous mets ici un lien pour écouter la sublime Too Rich For My Blood... bien entendu c'est la qualité de son de youtube sur un fond d'image fixe, mais n'empêche ça me dresse les poils quand même !


 

Partager cet article

Repost0

commentaires