Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 06:53

S'il est une question qui se rapporte à The Amazing Spider-Man, la nouvelle version cinéma des aventures de mon homme-araignée préféré, c'est : « Pourquoi ? ».

Je lis les aventures du tisseur depuis un bail maintenant. Il est entré dans ma vie de lecteur et de petit garçon alors que je devais avoir quelque chose comme huit ou neuf ans. Un bail je vous dis. Et depuis il ne m'a plus quitté (au contraire il a même rameuté pas mal de ses potes en moule-burnes colorés). Au tournant des années 2000, quand Sam Raimi a transposé mon héros de papier sur grand écran j'avais été aux anges. Le temps d'une trilogie (qui a tellement parlé à mon âme de gamin lecteur de comics que j'ai même été capable de défendre le troisième opus au-delà de toute objectivité), j'avais rencontré Peter Parker pour de vrai, il avait pris vie devant mes yeux et m'avait complètement séduit tant j'y retrouvais ce qui avait bercé ma jeunesse.

Aussi avais-je été bien triste d'apprendre que le quatrième volet de la série de films mis en scène par Sam Raimi avait été abandonné. Déjà, un premier « pourquoi ?» venait poindre sur mes lèvres. La trilogie avait ramassé tant d'argent et remporté un tel succès que j'avais du mal à comprendre ce qui pouvait pousser les producteurs à ne pas faire fructifier la poule aux œufs d'or rouge et bleue.

367 amazing spider-man plafond

Le deuxième « pourquoi ? » n'a pas tardé à arriver quand l'annonce d'un reboot a été officialisée. Une franchise de trois films dont le plus ancien n'a même pas dix ans, et on voudrait déjà procéder à un reboot ?! Pour ceux qui ne le sauraient pas, un reboot c'est une autre façon de dire « on efface tout et on recommence ». Autrement dit, on oublie les trois films de Raimi et on reprend tout du début avec une nouvelle équipe artistique. Ce qui veut dire qu'on repasse par la case « narration des origines » par exemple. Pour moi c'était purement incompréhensible. Raconter à nouveau un truc qui l'a déjà été il n'y a même pas dix ans (et plutôt bien qui plus est), ça s'appelle se répéter inutilement. Voire même être carrément contre-productif. Parce que c'est quand même risqué de refaire à peu de chose près le même film qui raconte les mêmes choses qu'il y a quelques temps, alors que tant de personnes ont vu la première version. Ça n'est pas la meilleure façon d'attiser la curiosité des spectateurs selon moi... parce que quand même, là on est à deux doigts du foutage de gueule ouvertement assumé.

Mais bon, je ne suis pas un garçon aussi contrariant qu'on pourrait bien le croire, aussi leur laissais-je encore le bénéfice du doute. En me disant : les mecs de la prod ne sont pas complètement fous et il s'agit de grosses sommes en jeu, ils ne s'amuseraient pas à faire n'importe quoi juste pour le plaisir quand même.

367 amazing spider-man spidey2

Et puis j'ai vu le film. Et là, fort logiquement, s'est donc imposé à moi le troisième « pourquoi ? ». Parce que si je m'étais interdis de juger trop sévèrement par avance ce film, après l'avoir vu ben, je pouvais me l'autoriser. Or, qu'ai-je vu exactement ? Je ne vais pas faire la liste exhaustive des ressemblances et différences entre le premier film de Sam Raimi et le film de Marc Webb (un type au nom prédestiné soit dit en passant). Je ne vais pas non plus faire le résumé du film ici, même si c'est d'habitude ce que je fais pour causer d'un film. Or justement, j'aurais l'impression d'encore en rajouter une couche dans la répétition, je m'abstiendrai donc. Qu'ai-je vu exactement disais-je donc... et bien pour résumer mon impression voici : à mes yeux tout ce qui est repris ou très proche de la version de 2002 est moins bien fait que dans l'original. Et tout ce qui est différent et nouveau par rapport à l'ancienne version, m'a semblé ne rien apporter de décisivement meilleur, ou plutôt devrais-je dire n'a pas été suffisamment pertinent et efficace. C'est un peu raide dit comme ça, et pourtant c'est bien ce que j'ai ressenti en voyant le film. Ce qui étrangement ne veut pas dire que je considère ce Amazing Spider-Man comme un mauvais film, loin de là, il est même dans une bonne moyenne dans la catégorie « films de super-héros ». Mais il passe après la trilogie de Raimi, et donc ne peut pas échapper à la comparaison, qui n'est pas forcément flatteuse à son endroit. C'est du reste le plus gros défaut du film, je le confesse. Si je n'avais pas vu mieux peu de temps avant, certainement aurais-je été plus enthousiasmé par cette version.

367 amazing spider-man spidey

Cependant la vision du film m'aura toutefois apporté quelques débuts de réponses à mes « pourquoi ? ». Clairement, ce film a été produit pour attirer un public plus jeune que celui d'il y a dix ans. Andrew Garfield qui incarne Peter Parker, ou Emma Stone qui interprète le rôle de Gwen Stacy sont en effet carrément plus djeun's, plus glam, plus in, plus dans la vibe, plus tout-ce-que-vous-voulez-qui se-dit-aujourd'hui-pour-signifier-que-les-ados-les-kiffent-foutrement-mieux-avec-ces-gueules-là que leurs prédécesseurs, de dangereux trentenaires qu'on nous faisait passer pour des lycéens. C'est vrai, Tobey Maguire a beau avoir une tronche de gamin attardé, il a quand même 38 balais le pépère (oh bordel, mon âge...). Et Kirsten Dunst, toute craquante qu'elle est (si si, revoyez la scène du baiser à l'envers en t-shirt mouillé) est trentenaire elle aussi... et comme elle a commencé le cinéma étant gamine on a l'impression de la voir sur les écrans depuis une éternité que voulez-vous... Cela étant dit, je tiens à préciser que même s'il ne les fait pas, mais alors pas du tout, Andrew Garfield fête lui aussi cette année ses trente printemps hein … donc la logique du rajeunissement du casting à tout prix a ses propres limites visiblement.

Bref, The Amazing Spider-Man a rajeuni l'image des héros principaux, et par ce fait semble avoir gagné le pari de plaire aux plus jeunes. Pourtant côté histoire, un des arguments avancés pour ce reboot a été de dire qu'on chercherait à être plus fidèle à la version papier du héros. Souvenez-vous en 2002, certains ont pu s'émouvoir de ne pas entendre parler de Gwen Stacy (le premier grand -et tragique- amour de Peter Parker) mais directement de voir entrer en scène Mary-Jane Watson, la seconde (par ordre chronologique) amoureuse symbolique dans la vie de Peter. C'était passé sous couvert d'adaptation cinéma, et il n'était pas totalement faux de considérer Gwen Stacy comme un « vieux » personnage disparu depuis longtemps (elle meurt -désolé si je spoile quelqu'un qui voudrait se mettre aujourd'hui à lire l'intégrale de Spider-Man hein, mais vous ne devez pas être bien nombreux quand même- au début des années 70 dans les comics), qui ne parlerait que très peu aux spectateurs alors que Mary-Jane était le personnage féminin principal de la BD depuis près de 30 ans au moment de la sortie du film. Histoire de coller à l'actualité du comics, il n'était pas déraisonnable de sauter Gwen (oups) pour se rendre directement à l'essentiel (une rousse que tu tiens vaut mieux que deux blondes que tu auras) avec MJ (ce n'est que mon avis)(sur MJ)(et sur les rousses).

367 amazing spider-man gwen parapluie

Tout ça pour dire que j'aime les rousses que l'on pouvait se dire qu'au moins avec ce nouveau film on aurait quelque chose de plus proche des vraies origines du comics. Sauf que non, désolé, mais non. Dans l'esprit, j'ai trouvé l'adaptation de Raimi, malgré ses infidélités capillo-chromatiques, bien plus proche du comic que celle de Webb. Certes oui, on a voulu donner un coup de jeune, remettre dans un contexte plus actuel et moderne l'histoire de Peter Parker, mais moi ça m'a gêné aux entournures. L'histoire reliant les parents de Peter au docteur Connors par exemple, je l'ai trouvée très médiocre. L'idée de faire de Gwen l'assistante d'un pur génie scientifique (Connors donc) qui tient ce boulot comme un petit boulot d'appoint après le lycée, alors même qu'elle accède par ce biais à des recherches ultra-pointues et ultra sécurisées, m'a semblé un peu... comment dire cela... exagéré ? Capillo-tracté ? (oui, j'aime les mots composés commençant par capillo) portnaouaquesque ? (oui, parfois j'aime aussi inventer des mots improbables que pourtant vous comprenez)

367 amazing spider-man connors labo

Mais pour en revenir à l'idée de fidélité au matériau d'origine (à savoir le comics créé en 1963 par Stan Lee et Steve Ditko), la principale chose qui m'a déplu, fortement déplu, carrément mis en colère limite que j'étais fielleux et chagrin (et là je ne parle même pas des 14 euros -14!!- qu'a coûté la place de cinéma en 3D salle Imax !!) en sortant de la projection, c'est que ce Peter Parker-là réussit en à peine plus de deux heures de film à dévoiler son identité à un nombre impressionnant de personnes ! Tout lecteur du monte-en-l'air sait que l'une des choses les plus importantes dans son existence de super-héros est et restera toujours (malgré une tentative hasardeuse durant l'épisode Civil War pour ceux à qui ça parle) de préserver son identité secrète, nom de Dieu de bordel de chiottes. Désolé je m'emporte. Combien de mésaventures tragiques, combien d'humiliations publiques, combien d'injustices déchirantes, de bons plans ratés, de gonzesses sacrifiées Peter a-t-il dû subir au cours de sa longue carrière de super-héros pour ne pas dévoiler qu'il se cachait sous le masque de l'Araignée ? (oui j'aime utiliser les vieux noms fancisés et abandonnés qu'on donnait avant à Spider-Man) C'est un des ressorts dramatiques du comic bon sang ! C'est un des traits de caractère et une des spécificités absolues de ce personnage merde zut alors ! Désolé, je m'emporte à nouveau. Fielleux et chagrin vous disais-je.

Non mais c'est vrai quoi. Spider-Man, même en version djeuns avec une coupe à la con façon Vivelle Dop qui le rend tellement plus cute aux yeux des gamines acnéiques, se doit, et c'est un impératif impérieux (oui, j'aime les pléonasmes par redondance), de préserver son anonymat. Sinon, ce n'est pas Spider-Man, c'est quelqu'un d'autre. Je ne sais pas, mais ce genre de « détail », ça aurait pu être utile d'en toucher un mot aux scénaristes. Je dis ça, je dis rien.

367 amazing spider-man lezard

Bon, je bavasse, je bavasse, mais concrètement j'ai presque oublié de vous dire que le méchant principal, le Lézard interprété par Rhys Ifans dans sa version humaine et par des images de synthèse un peu bof-bof dans sa version reptilienne est plutôt pas mal dans une des deux versions. Vous laisse deviner laquelle. Que les effets spéciaux liés plus spécifiquement à Spider-Man sont assez réussis même s'il faut être honnête, on ne s'en relèvera pas la nuit. Encore une fois, je n'ai pas été scotché comme il y a dix ans en découvrant le Spider-Man de Raimi virevolter au bout d'un fil. Mais ça c'est certainement parce qu'avec tous ces effets spéciaux de dingos on devient des enfants gâtés et qu'on ne sait plus apprécier ce qu'on a. Que Emma Stone est certes mignonne, mais qu'elle est blonde et ne porte pas de t-shirt mouillé (je veux dire dans le film, dans sa vie privée j'en sais rien). Et que c'est cool de voir de plus en plus souvent Irrfan Khan (le Docteur Ratha dans le film) au cinéma dans des grosses productions parce que c'est un chouette acteur. Allez stop, j'arrête là.

De toute manière, le film a marché, c'est un fait. Les gens sont retournés voir une histoire qu'ils avaient déjà vue, et en mieux, à peine quelques années auparavant. Je m'inclus dans la liste des moutons qu'on tond hein, pas de problème. Au point que des suites sont prévues pour les années à venir. Trois suites aux dernières nouvelles. Mais bon, là-dessus je ne m'avancerai pas trop, même le succès ne garantit plus un avenir pérenne de nos jours. Demandez à Sam Raimi tiens.


367 amazing spider-man aff

Partager cet article

Repost0

commentaires

Spooky 29/07/2013 16:28


Comme toi, une bordée de "pourquoi ?" a accompagné mes epnsées lors de l'avancement de cette production rebooteuse (t'as vu ? Je fais aussi des néologismes). Et je ne suis pas allé voir ce truc
au cinoche. J'avais poney. Ou piscine. Aqua-poney, qui sait. Et à la lecture de ta chronique (qui, mieux que toi, pouvait donner un VERITABLE avis ? Personne je pense), eh bien je continue à
hurler à la face la lune, à genoux dans les flaques d'eau produites par l'eau qui tombe à seaux du ciel : "Mais POURQUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ?"

Stéph 30/07/2013 16:41



J'aime assez l'image finale de ton commentaire, je t'y vois parfaitement. Qui aurait pu donner son avis ? mais toi justement ! en tout cas qqun qui ne lit pas
Spider-Man et qui est donc débarassé de toutes ses exigences et ses idées préconçues de fan. Histoire de faire le contre-poids de mon avis. Ou alors qqun de plus jeune que nous aussi (et oui,
désolé de te l'apprendre mais ils sont de plus en plus nombreux ces jeunes cakes plus jeunes, plus sveltes et plus beaux que nous)(mais nous on a l'expérience et un "certain charme" n'est-ce pas
?), qui se fiche de ce qui c'est passé il y a 10 ans et qui regarde un film en même temps qu'il tape des sms sur son i-phone et écoute des mp3 d'une oreille. (comment ça, où ça des clichés
?)