Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 19:05

Il y a un an, je me prenais un uppercut musical en allant voir pour la première fois Bruce Springsteen en concert à Bercy. Évidemment quand j'ai su qu'il repassait en tournée en France, en posant ses valises au Stade de France cette fois-ci, je n'ai pas su résister à la tentation. Il fallait que je réitère l'expérience. C'est ainsi que le 29 juin 2013 je me suis retrouvé en même temps que quelques dizaines de milliers d'autres personnes de goût dans l'enceinte du stade de Saint Denis.

Que dire que je n'ai pas déjà dit l'année dernière ? Bien entendu, l'effet de surprise n'était plus le même, à peu de choses près je savais à quoi m'attendre cette fois-ci. Le plaisir quant à lui était bien là, identique à la dernière fois, et le Boss fidèle à lui-même a fait le show pour le plus grand bonheur de ses fans. Énergie, générosité et bonne humeur, dans la plus grande tradition springsteenienne.

Avec un concert qui débute à 19h30 en fin juin l'effet est un peu bizarre puisqu'il fait encore grand jour, mais les prestations de Springsteen durent tellement longtemps qu'on a eu une bonne moitié de concert de nuit malgré tout ! D'ailleurs pour ceux qui étaient là dès l'ouverture des portes, le Boss avait réservé une petite surprise puisqu'il est venu seul sur scène interpréter en acoustique trois morceaux en guise de mise en bouche. Quand je parlais de générosité plus haut...

373 bruce springsteen e street band stade de france 2013 ph

Mais dès que le concert a commencé « pour de bon », Springsteen et la quinzaine de musiciens du E Street Band ont livré un spectacle comme ils savent faire. En communion totale avec son public (et quel public ! Je conseille vivement de voir à ce sujet l'excellentissime documentaire Springsteen & I dont je parlais il y a peu ici) le Boss n'a pas failli à sa réputation de showman. Je l'ai déjà dit il y a un an mais je me répète tant cela sort des sentiers battus : ce type a beau être une super star mondiale du rock, il garde une relation exceptionnelle de complicité avec son public. Springsteen sur scène, ce n'est pas seulement un gars qui va donner tout ce qu'il a pendant trois ou quatre heures de spectacle (et rien que ça, c'est déjà pas courant), mais c'est aussi un type qui va au contact direct avec les gens qui sont venus le voir, il serre des mains, il se couche sur les premiers rangs, se laisse enlasser par ses fans, les fait monter sur scène, danse avec eux, leur donne la possibilité de choisir certains des morceaux qu'il va interpréter... bref il a une telle proximité avec son public, et cela se fait avec une telle sympathie et une telle simplicité que chacun de ses concerts est une véritable fête. Loin du star-system, loin du comportement hautain de ceux qui ont laissé le succès leur monter à la tête. Je ne vais pas balancer la liste de celles et ceux pour qui l'amour du public a laissé place à leurs caprices de stars, mais si on compare une Madonna qui donne 45 minutes de concert à l'Olympia avant de partir comme une voleuse (et vu le prix des entrées, le qualificatif est assez bien choisi) et un Springsteen qui sue plusieurs litres et ne ménage pas sa peine pour son public pendant quatre à cinq fois plus de temps, ben comment dire... il n'y a pas photo !

Au Stade de France donc, le Boss a fait le show. Après déjà une dizaine de morceaux, il annonce (et en français please) que pour Paris il va faire quelque chose d'un peu spécial : interpréter en intégralité et dans l'ordre l'album culte Born in the USA, ce qu'il s'empresse de faire, et qui donnera l'occasion d'entendre entre autres Glory Days ou Dancing in the Dark, ainsi que l'hymne ultra-connu Born in the USA qui emporte cela va de soi un succès immense auprès du public. Puis après cette mini-intégrale, les musiciens embraient avec des classiques comme Born to run ou American land, des morceaux tirés de Wrecking Ball le dernier album en date, ou de The Rising, mythique album de 2002, ou encore des titres plus folks comme le génial Pay me my money down. Tout en enchaînant les titres sans relâche, Bruce joue avec les gens : il fait monter sur scène un spectateur venu spécialement pour danser avec Soozie Tyrell, la violoniste du E Street Band, puis c'est une brune qui danse avec Bruce, une jeune fille qui chante avec lui Waiting on a sunny day, une blonde qui se voit confier une guitare pour jouer quelques accords avec le Boss... à coup sûr des moments intenses que ces chanceux n'oublieront pas de sitôt !

373 bruce springsteen e street band stade de franc-copie-1

Après un tout petit peu plus de trois heures de show, ce qui est une durée presque courte pour une prestation springsteenienne, le E Street Band tire sa révérence et sort de scène sous les vivats de la foule. Bien entendu le Boss ne résistera pas à l'envie de rallonger encore un peu la soirée et viendra interpréter en solo avec sa guitare un Thunder Road qui clôturera le concert.

Bref, tout ça pour vous dire que cette soirée était un grand moment de musique. Et je me permets de conclure cet article de la même manière que celui que j'avais écrit il y a un an après avoir vu Bruce Springsteen à Bercy : vous n'avez pas vu de concert de rock avant d'avoir vu un concert du Boss. On peut en parler longtemps et dire tout ce qu'on voudra à ce sujet, ça reste avant tout une expérience à vivre.

373 bruce springsteen e street band stade de france 2013 af

 

 

Et quelques vidéos trouvées sur youtube (merci aux posteurs !) avec pour commencer la montée sur scènes de deux fans pendant Dancing in the Dark :

 

Le Boss qui fait lui-même sa première partie, avec ici Growing up :

 

 

Puis I'm Going Down :

 

 

 

Et pour finir Born in the USA :

 

 
 

(Merci à ma frangine pour ses photos !!)

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marie H. 29/08/2013 21:17


Rien à ajouter. Je ne conçois plus de ne pas aller le voir en concert. Inoubliable. Unique. THE Boss.

Stéph 01/09/2013 21:01



Eh oui avec lui plus c'est long, plus c'est bon, et plus on en redemande !