Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 05:53

Depuis le temps que je voulais voir un concert du Boss en live… combien de fois ai-je bavé d’envie en regardant le dvd de son époustouflant concert à Barcelone en 2002 lors du Rising Tour… eh bien ça y est c’est fait. Le 5 juillet Bruce Springsteen & The E Street Band se produisaient à Bercy, et cette fois je n’ai pas raté l’occasion d’aller les voir.
Et quelle claque. Un concert dantesque. Juste énorme. Une tuerie de 3h40, sans aucun temps mort. Et quelle force, quelle intensité, quelle énergie ! Jamais vu ça. En communion avec une salle comble (et comblée), Springsteen a livré un show incroyable, comme je crois que lui seul est capable d’en faire.


333 springsteen bercy scene2
Il paraît qu’on était 18 000 ce soir là dans l’arène du Palais Omnisport de Paris Bercy. En tout cas une chose est sûre : personne n’était assis, du début jusqu’à la fin tout le monde dansait, remuait, bougeait et chantait au rythme des titres envoyés par le gars du New Jersey.
31 pour être exact. 31 titres pour un concert marathon d’une puissance que j’ai rarement vue, et jamais sur une telle longueur. 31 titres dont une quinzaine de différents par rapport au concert de la veille au même endroit. Le Boss a une telle profusion de chansons et de hits à sa disposition qu’il peut se permettre de modifier la moitié de sa setlist d’un soir à l’autre et de parvenir à contenter son public malgré tout. Certes, jeudi soir nous n’avons pas eu droit aux Born In The USA, The River ou encore Badlands qu’il avait interprétés le mercredi soir, mais peu importe, il y avait tant d’autres classiques sous la main…

333 springsteen bercy fosse3
Parmi les 31 titres je ne vais pas tout citer, juste dire que Springsteen a réussi à mêler parfaitement nouveautés et morceaux plus anciens. Les titres de son dernier album en date (Wrecking Ball – 2012) sont d’ailleurs particulièrement bien adaptés à la scène, je retiendrais entre autres We Take Care Of Our Own, Wrecking Ball ou encore Land Of Hope And Dreams repris en chœur par les fans. Évidemment il y a eu les « incontournables » issus de l’album The Rising (2002) comme My City Of Ruins, un The Rising hyper vitaminé et un génialissime Waintin’ On A Sunny Day durant lequel le Boss a fait monter sur scène une jeune fille pour la faire chanter avec lui le refrain. Et puis du plus ancien encore avec un For You en solo au piano, Born To Run, Because The Night, Dancing In The Dark, j’en passe et j’en oublie. Très proche de son public, Springsteen en a pour tout le monde, à droite, à gauche, derrière la scène… et va même jusqu’à se permettre quelques incartades au milieu de la fosse dont une où il se fera porter à bout de bras sur une vingtaine de mètres pour rejoindre la scène. Il joue avec les gens, harangue la foule après 3 heures de concert : « Fatigués ? » et d’enchaîner par un « one two, one two three four » qui annonce le titre suivant sans laisser la moindre seconde de répit entre deux morceaux.

333 springsteen bercy fosse1
Du spectacle le Boss sait en donner et sa générosité semble sans limite. Idem d’ailleurs pour tous les autres membres du E Street Band (élargi à une quinzaine de musiciens) dont les inoxydables Bittan, Nils Lofgren et Little Steven Van Zandt aux guitares, Garry Tallent (le type au nom prédestiné) à la basse, Patti Scialfa (madame Springsteen) à la guitare acoustique et l’immense Max Weinberg, gardien du rythme et cœur battant du band, à la batterie. Le violon de Soozie Tyrell, les cinq cuivres, les chœurs, claviers, percussionnistes… tout le monde suit l’exemple du Boss et donne sans compter. Pendant le concert Bruce Springsteen rend hommage à plusieurs personnes, dont une partie de sa famille (sa maman Adèle, sa fille Jessica qu’il fera danser sur scène, sa sœur et belle-sœur sont présentes dans la salle) et bien entendu au regretté Clarence Clemens, mythique saxophoniste du groupe remplacé avec talent par son neveu Jake Clemens.

333 springsteen bercy scene
Les morceaux s’enchaînent, les minutes, que dis-je, les heures passent, la salle vibre, l’énergie distillée en est presque palpable… et 3h40 plus tard, Springsteen et le E Street Band saluent une foule électrisée et en délire.
Je n’en reviens toujours pas, ce type a un talent inouï. Musical bien sûr, mais d’une autre teneur également. Ce bonhomme de bientôt 63 piges n’a pas son égal pour vous filer une pêche d’enfer, et créer le temps d’un concert une bulle en dehors de l’espace temps où rien d’autre ne compte que la scène, la musique et ce lien entre un artiste hors du commun et son public.

Vous n’avez pas vu de concert de Rock tant que vous n’avez pas vu un concert du Boss. Il n’est pas le Boss pour rien.

Et pour le plaisir, Waitin' On A Sunny Day par Bruce et la petite Amandine, ce jeudi 5 juillet 2012 à Bercy :



 


The Rising un peu chaotique les 15 premières secondes :

 


 

 

Et un petit Born To Run pour la route :



 

 

Crédits photos : © Patrice Guino pour Rockerparis.blogspot.fr & Marie Hoegel


Partager cet article

Repost0

commentaires

Marie H. 13/07/2012 09:37



Je partage avec toi (et avec vous qui me lisez aussi, hein, je ne suis pas comme ça! ), le lien d'une vidéo posté hier
par un autre Môsieur, Fred Blondin. Je ne la connaissais pas, et toi ?
http://www.youtube.com/watch?v=ccncWNbeVEQ
Commentaire de Fred :
"Voir le Boss dans ses petits souliers, la gorge nouée, tenant la main de sa femme derrière lui comme un gosse tiendrait celle de sa mère, le voir se demander s'il
merite de tels honneurs, sentir la fragilité du bonhomme, lui qui remplit depuis des années les stades du monde entier avec des shows de près de 4H, moi j'dis qu'ce p'tit gars est d'la race des
seigneurs....quant à la version de The Rising par Sting, un pur regal."

Stéph 14/07/2012 09:10



Elle est géniale cette vidéo ! c'est vrai que ça fait bizarre de le voir tout ému comme ça par l'hommage rendu, c'est tellement loin de ces émotions feintes et des
épanchements du type remise d'Oscar et compagnie. Et alors la version de The rising par Sting, c'est juste la grane classe aussi ! Et puis Fred Blondin, on savait déjà que lui aussi c'est qqun
qui sort de l'ordinaire.



Marie H. 10/07/2012 18:02


Ahhhhh yes ! Je suis contente que le concert t'ait autant plu !
En fait moi aussi, ca a beau être mon 154ème concert, je ne m'en remets toujours pas...

Stéph 11/07/2012 16:05



Oh oui qu'il m'a plu ! j'espère que ça se voit


Et j'en profite encore pour te dire un immense : MERCI pour ce chouette cadeau !!!