Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

2 août 2019 5 02 /08 /août /2019 22:46

Bon, on ne va pas se mentir : Sting c’est un monument vivant de la musique Pop-Rock. On n’est pas obligé d’aimer certes, mais on ne peut pas nier l’importance du bonhomme dans son domaine. Moi ça tombe bien, parce qu’en plus je suis fan de sa musique. Depuis la toute première fois que j’avais pu le voir sur scène (c’était en 2012 et j’en avais déjà parlé ici), j’ai eu plusieurs fois l’occasion de le revoir, et pas plus tard qu’il y a deux étés, déjà à la Foire aux Vins de Colmar. Mais qu’importe, quand Sting passe pas très loin de chez soi, ce serait dommage de ne pas aller l’applaudir.

 

Donc ce jeudi 1er août, sorti du boulot j’ai filé récupérer ma petite sœur, et direction l’arène en plein air de Colmar. J’avais eu un peu peur que le concert soit annulé, Sting n’avait en effet pas pu assurer plusieurs de ses concerts au cours du mois de juillet, il a eu un problème de gorge, une infection. D’ailleurs lors de la première chanson du concert, car une fois n’est pas coutume il a entamé la soirée par Roxanne, classique parmi les classiques qu’il réserve habituellement pour la fin ou au moins la seconde partie de ses concerts, quand les spectateurs sont déjà bien « chauds », dès la première chanson disais-je donc, je me suis dit que peut-être il ne s’était pas encore totalement remis vocalement. Car il nous l’a faite en quasi-acoustique, guitare à la main assis seul, en tête-à-tête avec le public, sur un ton très doux, calme, intime. En fait, dès la seconde chanson, Message in a Bottle, j’ai compris mon erreur d’appréciation*. Sting, s’il a été malade il y a peu, n’en a rien laissé paraître, bien au contraire : envolé le mal de gorge, il a donné de la voix et de quelle manière !!

Sting en jaune ...

Autre satisfaction, qui plus est quelque peu inattendue celle-ci : pour une fois à la Foire aux Vins, la qualité sonore ne laisse pas trop à désirer. La qualité du son est un des soucis récurrents de ce festival d’été, depuis bien longtemps. Mais pas lors de ce concert, force est de le reconnaître. C’est simple : je n’ai pas eu besoin de mettre mes bouchons d’oreilles ! C’est de plus en plus rare en concert, et ça ne m’était presque jamais arrivé à la Foire aux Vins. Entendons-nous bien, la qualité n’était pas démentielle non plus, mais c’était très acceptable, et c’est suffisamment rare pour le noter,

 

Au bout de quatre titres, il avait déjà joué quatre tubes planétaires. Parce que oui, cette tournée avait tout d’une tournée best-of : elle suit la sortie de son dernier album studio, intitulé My Songs, et qui reprend justement dans des versions réactualisées, toutes ses plus grandes chansons.

Et ce fut bien le cas, Sting a enchaîné les tubes, pour le plus grand bonheur des spectateurs qui ont répondu présent (la salle était sold-out, 10 000 fans avaient fait le déplacement) et ont eux aussi bien donné de la voix, reprenant en chœur les refrains avec le chanteur.

... et Sting en bleu !

Tout y est passé, du plus ancien avec les morceaux phares de Police (So Lonely ou encore Walking on the Moon par exemple), jusqu’au plus récent avec la chanson co-écrite avec le jamaïcain Shaggy du précédent album, en passant par les ultra-classiques du répertoire solo de Sting, tels que Russians, Fields of Gold, If I Ever Lose My Faith in You, Fragile ou Englisman in New-York entre autres…

Et puis mon titre préféré entre tous, qu’il place à chaque concert pour mon plus grand plaisir, Every Breath You Take qui date quand même de 1983 et est un des plus gros succès du groupe Police.

 

Sting a chanté 1h30 environ, ce qui peut paraître court (surtout si on compare à d’autres marathoniens de la scène tels que Bruce Springsteen), mais son concert a été juste énorme. Malgré ses bientôt 68 ans, Sting continue à mettre le feu sur scène, et prouve concert après concert, année après année, à quel point son talent est immense, et sa personnalité hors du commun. Car parmi toutes ses qualités, évidemment musicales mais aussi humaines, il a ce truc en plus et qui fait toute la différence : la classe.

 

Sting c’est la grande classe, tout simplement.

 

PS : encore et toujours un grand merci à ma petite sœur pour ses photos !

 

* pour avoir eu le bonheur de le voir déjà 5 ou 6 fois à présent, j’aurais dû savoir qu’à chaque tournée Sting aime à réarranger, réorchestrer, réinterpréter ses chansons, et c’est particulièrement vrai pour Roxanne que je ne l’ai jamais vu chanter deux fois de la même manière sur scène (depuis la version classique, jusqu’à celle très jazzy de son concert All This Time, en passant par des versions plus rock, par l’arrangement spécial orchestre symphonique ou même carrément la version aux couleurs reggae, Roxanne a connu bien des tonalités différentes sur ses accords).

Partager cet article

Repost0

commentaires