Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 18:15

Premier film super-héroïque de l’année 2007 qui en comptera un certain nombre et pas des moindres (un certain Spider-Man 3 ça vous dit quelque chose ?), Ghost Rider finit enfin par arriver dans les salles de cinéma. Je dis « enfin » parce que cela va faire plus d’un an que la sortie du film, pourtant tourné depuis belle lurette, était repoussée (officiellement pour des raisons techniques), pas parce que je l’attendais impatiemment.
Pour être franc, je n’ai jamais été fan du personnage de comics (désolé Rico) dont le film est tiré, le trouvant un tantinet too much. Mais par principe, j’essaie de ne pas rater les adaptations ciné de comics, donc j’avais la ferme intention de ne pas passer à côté de ce Ghost Rider

Il y a même de belles images dans ce film !
 Barton Blaze (Brett Cullen) et son fils Johnny (Matt Long) sont des cascadeurs à moto qui travaillent en duo. Pour sauver son père atteint d’un cancer, le jeune Johnny va accepter de vendre son âme à Méphistophélès, l’incarnation du Diable (Peter Fonda). Ce n’est que bien des années plus tard, une fois devenu adulte, que Johnny Blaze (Nicolas Cage) va devoir en payer le prix. Pour combattre son fils Blackheart (Wes Bentley), le Diable fait du motard son guerrier chargé de mater la révolte de son fils. Blaze est donc condamné à se transformer une fois la nuit venue et en présence du mal en Ghost Rider, l’esprit de la vengeance, un motard à tête de mort commandant aux flammes de l’enfer… Évidemment cette transformation infernale intervient juste au moment de sa vie où Johnny renoue avec son amour de jeunesse, Roxanne Simpson (Eva Mendes), ce qui ne sera pas sans mettre en danger la jeune femme. Johnny rencontre également lors d’une de ses virées vengeresses un mystérieux fossoyeur (Sam Elliott) qui semble en savoir beaucoup sur lui et pourrait bien l’aider à se sortir de sa malédiction…

Nico et son patron, le Diable !
Bon alors autant le dire tout de suite, Ghost Rider est loin de n’avoir que des qualités ! Pour tout dire, il en est même très très loin…

À la nomination de Mark Steven Johnson, qui avait déjà officié sur Daredevil (à la réalisation) et Elektra (à la production), au poste de réalisateur mais également de scénariste, on pouvait déjà légitimement être inquiet. Le bonhomme avait réussi à plomber malgré de beaux effets et quelques éclairs esthétiques salvateurs la licence pourtant prometteuse de Daredevil le super-héros aveugle. Au point d’échauder Ben Affleck lui-même de se fourvoyer dans une suite (c’est dire !). Avec Ghost Rider, il récidive en livrant un film sans envergure et plutôt mou du genou, et ce malgré la présence d’un acteur de premier plan tel que Nicolas Cage.

Passons rapidement sur le scénario : celui-ci parvient à être à la fois ultra-simpliste et embrouillé à la fois ! Bel exploit ! En gros Blaze combat les méchants, sauve la belle et se rebelle contre son employeur parce que c’est un bon gars quand même. Et pourtant plusieurs fois au cours du film, j’ai eu du mal à bien comprendre les raisons qui motivaient certaines de ses actions (sa chevauchée avec Sam Elliott qui disparaît une fois arrivé à destination, l’histoire des contrats revendiqués par Blackheart…) tellement c’était clair.

Les méchants sont... ben euh méchants.
Ou alors peut-être qu’à force de m’ennuyer j’ai décroché de l’histoire… Parce que le second gros reproche qu’on peut faire au film de Mark Steven Johnson c’est qu’il est long et qu’il ne s’y passe pas grand-chose malgré cela ! Avec trente minutes de métrage en moins, le film aurait certainement gagné en nervosité, ce qui aurait au moins pu peut-être sauver le côté action-movie qu’on attendait et auquel on n’a même pas eu droit ! L’histoire pourtant pas bien compliquée à la base s’enlise dans des nunucheries sentimentales à deux balles et qui plus est jouées avec les pieds, qui font perdre un temps fou pour n’arriver à rien d’autre qu’à décrocher des bâillements de la part du spectateur.

Bref il ne se passe quasiment rien à l’écran, on s’ennuie profondément. Même les scènes d’action laissent froid, quant aux combats ils sont affreusement torchés en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Aucune imagination, pas de créativité, zéro surprise, que dalle. Il ne reste que de très beaux effets spéciaux, quelques scènes furtives (la chevauchée dans le désert, la moto infernale sur le pont ou sur le building) et quelques plans (les acolytes de Blackheart, le Ghost Rider) esthétiquement très réussis qui rappellent furieusement … de belles planches d’illustrations du comic. Mais au cinéma ça ne suffit pas malheureusement pour convaincre sur toute la durée d’un film (1h50 tout de même !).

Que viens-tu faire là-dedans Sam Elliott ? Prier pour nous pauvres pêcheurs qui avons cru en ce Ghost Rider ?
Quant à l’interprétation… ça laisse là aussi à désirer. On a envie de mettre des baffes à Nicolas Cage pour qu’il se réveille tellement il compose un personnage apathique, et Eva Mendes, la belle plante du film (et encore… une espèce de croisement improbable entre J-Lo et Cindy Crawford tout sauf classe), n’a visiblement pas été choisie pour ses talents de comédienne. Ou alors c’était voulu et son jeu affligeant (une grande pro des mimiques faciales visiblement, ce qui d’ailleurs contrastait fortement avec l’inexpressivité du visage de Cage) était à prendre au second degré et je n’ai rien compris. Je ne l’exclus pas hein. Les méchants eux… bah ils sont vraiment très méchants. Ils auraient eu un papier sur le front avec la mention « Very, very bad guy » que ç’eut été pareil… Et puis la palme revient au copain de Blaze (Donal Logue)à mi-chemin entre le sidekick humoristique et le parasite scénaristique (ce qui bien souvent revient au même d’ailleurs). On se demande quel autre rôle que d’enfoncer encore plus le film il pouvait bien avoir…

Eva Mendes : sois belle et par pitié, tais-toi !
Je n’épilogue pas trop non plus sur l’affreuse affiche du film (vous pouvez juger par vous-mêmes plus bas) où Nicolas Cage arbore une tête qu’il est tout bonnement impossible de prendre au sérieux tant l’expression du visage est caricaturale… (et on passera sous silence cette coupe de cheveux sortie dont ne sait où…). Je préfère, et de loin, sa tête de Ghost Rider toute en os et en flammes ! Cela fait au moins un point positif : je craignais un peu que le Ghost Rider fasse pitié, voire pire, fasse rire, mais agréable surprise, il est très réussi et crédible dans ses mouvements.

Et sachez que malgré tout ça, Ghost Rider a été un carton au box-office américain et même français (enfin il faut relativiser : c’est un carton par rapport au four auquel il était promis quasi-unanimement par la critique avant sa sortie). En même temps la série des Taxi aussi, alors… le grand public reste cohérent dans ses choix au moins.

Bref, Nicolas Cage qui voulait depuis si longtemps tourner dans une adaptation d’un comic de super-héros (il était fortement question de lui au cours du développement des récents Batman Begins, Superman Returns et du futur Iron-Man dont à chaque fois il a été écarté au dernier moment) a tiré le mauvais numéro avec ce Ghost Rider. Mais qu’à cela ne tienne, il est déjà engagé sur un nouveau projet d’adaptation de super-héros et pour cause : c’est lui-même avec son fiston Weston Cage qui sont les scénaristes du comic-book ! (ça s’appelle Enigma chez Virgin Comics). Sans parler du premier rôle qu’il devrait tenir dans l’adaptation d’un autre comic, The Sadhu (toujours chez Virgin Comics).

In Your Face !
Pour la petite histoire, l’acteur est depuis très longtemps un fan invétéré de comics (il ne peut donc être tout à fait mauvais). Il a choisi son pseudonyme (alors qu’il aurait pu prendre son vrai nom Coppola, et ainsi bénéficier de l’aura de son oncle Francis Ford Coppola) en rapport avec son super-héros Marvel fétiche, Power-Man alias Luke Cage. À présent il est lui-même co-scénariste de comics et encore plus fort : il a prénommé son fils né en 2005 Kal-El, du prénom kryptonien de Superman !

Si ça ce n’est pas une preuve de sa passion je ne sais plus ! Il ne lui reste plus qu’à trouver un rôle dans une bonne adaptation, digne de ce nom. Courage Nicolas, je suis avec toi !


L'hideuse affiche du film : arrête Nicolas j'ai peur ! 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Stéph 21/05/2007 18:54

Rosalie >> (oh) il en faut pour tous les goûts. Mais je crains que tu n'attendes la suite très longtemps...

rosalie 20/05/2007 22:02

moi je touve ce film super deliran c sur ke ca fait peur j e jamais vu des effets speciaux aussi extraordinaire jespere le 2 eme

Stéph 17/03/2007 18:27

Mooutche >> honnêtement, si tu ôtes les décolletés de Eva Mendes, qu'est-ce qui lui reste ? Je veux dire pour le spectateur, elle n'aurait plus le moindre intérêt non ? Moi je suis un fervent supporter de l'habilleuse de Eva ! :o)

mooutche 13/03/2007 18:34

C'est clair que Kal-El ça en jette comme prénom... :oDBon, sinon, Ghost Rider, c'est du moyen - (il faudrait que je revoies daredevil pour savoir lequel j'aime le moins...). J'ai pas tellement compris l'histoire (en voyant la scène, j'étais persuadé que Méphistophélès egratigne le doigt de Blaze pour valider son pacte, mais sans son accord...), j'ai pas tellement compris l'utilité de tous les personnages (dont le fameux pote de Blaze dont tu parles), j'en ai un peu soupé du décolleté d'Eva Mendes (sérieux, la costumière a été brieffé à fond : "on veut en voir un max sur tous ses plans !"), j'ai particulièrement peu aimé Blackheart et ses trois gugusses en manteau long (je les ai pas trouvé ni crédibles, ni menaçants, bref, des guignols qu'une paire de baffes suffiraient à calmer !)... J'ai trouvé que Nicholas Cage n'était pas si mal, que les effets spéciaux du rider étaient chouette (notamment cette fameuse double chevauchée, qui, certes, ne sert à rien mais est superbe !) et aussi que la fille qui tient le rôle de Roxanne jeune ressemble vachement à Eva Mendès (bon casting quoi !). Voilà, voilà...

Stéph 12/03/2007 18:38

Chelmi >> une telle intuition, cela tient de l'instinct de survie ! ;o) quant à 300... This is SPARTA !!

Chelmi 11/03/2007 12:25

Eh eh, moi, je ne suis pas aller le voir alors que j'adore Nicolas Cage. Je ne savais pas qu'il était fan de comics a ce point là. Pour le relatif succès au box office, je pense que c'est pas mal dû aux vacances scolaires.Je me réserve pour 300. ;-)

Stéph 10/03/2007 16:07

Yaponchik >> je te comprends et personne ne t'en voudra ! Pourquoi est-ce que ça marche quand même ? Pour moi c'est aussi incompréhensible que le succès incroyable de Taxi 3, Fast & Furious 2 ou Le Transporteur 2.

yaponchik 10/03/2007 12:45

Au vu de toutes les critiques négatives - trèèèèèèèèèèèès négatives, même -, c'est étrange que tant de monde aille voir ce film, alors qu'il semble si incroyablement mauvais.Pour ma part, je vais m'en tenir éloigné. C'est plus prudent, je crois.