Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 11:03

Après avoir vu Polisse, je m’étais dit à moi-même (oui je me parle) que le prochain film que je verrai serait bien mal loti de passer après. Faut dire que le film de Maïwenn m’a tellement marqué que j’avais peur de trouver fadasse à peu près tout ce qu’on me proposerait dans la foulée.
Et j’ai hésité avant d’aller voir Toutes nos Envies de Philippe Lioret dont j’avais eu de lointains mais bons échos. Par crainte de ne pas le juger à sa juste valeur. Eh bien je me suis planté et c’est tant mieux : Toutes nos Envies a bel et bien tenu toutes ses promesses.


305 toutes nos envies claire famille
Dans le film on suit Claire (Marie Gillain), jeune juge fraîchement arrivée en poste à Lyon, et jeune maman de deux enfants. Elle traite entre autres d’affaires de surendettement, et c’est ainsi qu’elle va être amenée à s’occuper du cas d’une femme, Céline (Amandine Dewasmes) qui s’avère être la maman d’une petite fille qui est une amie de ses propres enfants. Décidée à aider Céline, elle va s’engager dans un combat contre les sociétés de crédit. Combat jugé perdu d’avance et vain par l’ensemble de sa profession. Mais Claire sort elle-même d’une famille qui a connu les privations et les problèmes d’argent, et se sent doublement concerné par ce genre de situations. C’est lâchée et même menacée par sa hiérarchie qu’elle va rencontrer Stéphane (Vincent Lindon), un juge chevronné, conscient des injustices légales mais qui a perdu ses illusions et semble désabusé quant à ses capacités à y changer quelque chose. Pourtant entre Claire et Stéphane va se créer une réelle complicité, une relation forte et particulière, une connexion qui va les lier dans leur combat contre le surendettement. Mais le combat de Claire n’est pas qu’altruiste, elle se bat également contre un mal intérieur qui la pousse à vivre dans l’urgence et à agir vite. Bientôt, sauver Céline devient pour Claire le but ultime, une façon pour elle de sauver sa propre famille.

305 toutes nos envies claire
C’est très difficile d’en dire plus sur le film sans en dévoiler certains aspects qu’il vaut mieux découvrir au visionnage. Toujours est-il que le film joue sur deux tableaux dont les interconnexions sont très fortes : d’une part l’aspect très juridique qui concerne la défense des particuliers face aux sociétés de crédits qui usent de méthodes insidieuses et malhonnêtes pour faire raquer les gens à des taux impossibles. D’autre part un combat intime, personnel, que mène Claire contre la fatalité et pour maintenir le bonheur au sein de sa petite famille.
Elle va entraîner avec elle Stéphane, d’abord sur le plan purement juridique puis dans son combat personnel. Ce film c’est aussi d’ailleurs l’évolution du personnage incarné par Vincent Lindon, désenchanté au début puis revigoré par l’enthousiasme et la volonté de Claire qui va le pousser à se révolter et ébranler un ordre établi contre lequel personne ne cherche plus à s’élever.

305 toutes nos envies claire stephane
C’est justement grâce à ce parallèle incessant entre combat juridique (pour le bien de tous) et combat personnel (pour le bien de nos proches) que Philippe Lioret parvient à créer un lien très fort entre le spectateur et les personnages à l’écran. Ils sont vrais, ils sont sincères, volontaires mais faillibles, en un mot : humains. Et donc on adhère, on y croit, on est impliqué avec eux. Pourtant le constat est amer : il est ici très clairement démontré que la Justice ne privilégie pas ce qui est juste, mais uniquement ce qui est légal. Les sentiments et la morale n’ont pas prise sur un contrat. Et comme en écho à l’injustice légale, on réalise que dans nos vies intimes aussi, la justice n’a pas sa place. Les choses arrivent, peu importe qu’on les considère comme justes ou non, elles nous dépassent et s’imposent malgré tout.
Si le film ne laisse pas de doute ni d’illusion sur la Justice, il décortique le processus et la logique judiciaire jusqu’à en toucher les limites, et c’est finalement avec un certain cynisme qu’on se rend compte que les solutions, quand elles existent, sont détournées, pleines d’ironie. À défaut de tuer tout espoir en la société, Toutes nos Envies ne laisse pas pour autant sur un sentiment très positif ni optimiste à son sujet. On est plutôt dans la sensation qu’on reste définitivement englué dans un système extrêmement complexe et potentiellement très hostile dans lequel la plupart du temps « se battre pour changer les choses » a cédé sa place à « combattre pour survivre ». Tout n’est pas forcément perdu d’avance, mais l’idée de « vouloir c’est pouvoir » en prend un sérieux coup dans l’aile (pour ma part ça fait un bail que j’en suis revenu de cette philosophie de la vie gentiment naïve).

305 toutes nos envies celine claire
Mais ce qu’on retient avant tout de ce film, c’est que quelle que soit la situation, difficile ou même désespérée, même si on perd à la fin une chose prime : se taire c’est accepter et perdre doublement. Toute la force et toute la volonté du monde ne suffisent pas toujours à gagner, mais faire de son mieux est la seule façon de rester debout. À ce titre, la scène de Claire donnant son parfum à Céline est à mon sens peut-être la plus belle preuve de volonté et de force (ceux qui verront le film comprendront ce que je veux dire).


Vraiment, Toutes nos Envies n’est pas le film le plus gai qui soit mais n’en conserve pas moins une aura positive à mes yeux. Je ne peux que le conseiller, voilà encore un très bon film français en cette fin d’année.

305 toutes nos envies aff

Partager cet article

Repost0

commentaires

myriam 20/12/2011 00:23


D'autres vies que la mienne, d'Emmanuel Carrère. Si ça t'intéresse je peux te le filer, mais ça risque d'être plus dense que le film...

Stéph 03/01/2012 11:17



Oulala, si tu savais combien j'ai de bouquins qui s'empilent chez moi (et même au bureau, je délocalise mon bordel) en attente d'être lus... et puis j'avoue avoir
plus de mal à lire un bouquin dont j'ai déjà vu l'adaptation que d'aller voir un film tiré d'un livre que j'ai lu. Ce blog va d'ailleurs reprendre un peu plus de couleurs littéraires
prochainement, parce que j'ai aussi un gros retard de chroniques par rapport à ce que j'ai déjà lu ces derniers mois... j'espère bien que tu y trouveras des choses qui t'intéresseront !



myriam 12/12/2011 22:45


Le livre dont est tiré le film (le film n'est qu'une partie du livre) m'avait bouleversée, retournée, opressée, même, parfois... je crois que je n'irai pas, même si je suis convaincue de ses
qualités.

Stéph 15/12/2011 12:00



Ah ben tu vois je ne savais pas que c'était une adaptation de roman, tu me l'apprends ! Tu devrais néanmoins voir le film, je l'ai trouvé très réussi (bien que je ne
puisse pas du coup faire de comparaison avec la version papier).



Spooky 29/11/2011 11:25


Critique qui donne vraiment envie. J'ai du mal avec Lindon, et avec les films français en général, mais il semble que cette fin d'année on soit gâtés sur ce plan.

Stéph 30/11/2011 20:49



Moi j'aime assez Vincent Lindon, je l'ai rencontré une fois et il était très nerveux, bouffé de tics (ce qui est bluffant c'est que dans son jeu ils disparaissent
complètement) mais d'une extrême gentillesse.
Mais vraiment ce film en vaut la peine, et si tu n'aimes pas Lindon dis-toi qu'il y a Marie Gillain qui est extraordinaire elle aussi !