Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

15 mai 2006 1 15 /05 /mai /2006 21:18

« Deadwood » qu’est-ce que c’est ?

Eh bien c’est le nom d’une série télévisée de la chaîne américaine HBO, dont Canal + a diffusé la première saison au cours de ces derniers mois.
 Deadwood
c’est aussi le nom de la ville dans laquelle se déroule la série. Une ville nouvelle, faite de bric et de broc, fondée par les chercheurs d’or. L’intrigue prend place en 1876 dans le Dakota, du temps des cow-boys à la quête de l’eldorado. À ce moment les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas encore le grand pays d’aujourd’hui, et la terre de ces contrées sont à ceux qui la prennent et l’exploitent. Deadwood naît du néant, en plein territoire indien, la ville grandissant au rythme soutenu de l’arrivée de nouveaux aventuriers rongés par la fièvre de l’or. Car de l’or il y en a beaucoup, on découvre filon sur filon, et l’endroit attire de plus en plus de monde. Les habitants sont une bande d’indésirables, de repris de justice, d’opportunistes de tous poils et de criminels ayant fui la toute jeune société américaine. Deadwood est une ville illégitime, non encore reconnue par les USA, où règne l’anarchie et qui se construit en dehors des lois, si ce n’est celle du plus fort.

La série propose de suivre la vie de quelques personnages très divers dont les destinées vont se croiser à Deadwood.

Il y a Seth Bullock (Timothy Oliphant, habité par son personnage), ancien shérif décidé à faire fortune avec un commerce de quincaillerie avec son associé juif Sol Starr (John Hawkes). Bullock tente de fuir son ancienne vie de garant de la loi, mais reste l’archétype même du personnage droit et intègre, à la violence contenue mais palpable.

Wild Bill Hickok et Seth Bullock, des tireurs hors-pair
Il y a Wild Bill Hickok (Keith Carradine) la fine gâchette, ancien compagnon d’armes de Buffalo Bill, en quête de rédemption, accompagné de Calamity Jane (Robin Weigert), plus pochtronne et paumée que redoutable.

Il y a le couple Brom et Alma Garret (Timothy Omundson et Molly Parker), jeunes bourgeois new-yorkais qui viennent s’encanailler à coups de dollars et espèrent décrocher un concession d’or juteuse.

La belle et honorable Alma Garret cache quelques secrets inavouables...
Il y a Doc Cochran (Brad Dourif, exceptionnel), le docteur qui a fort à faire entre les différentes maladies contagieuses et les prostituées qu’il soigne.

Le doc Cochran est toujours très sollicité à Deadwood !
Il y a le Révérend Smith (Ray McKinnon) dont le gentillesse n’égale que la ferveur à prêcher la bonne parole.

Il y a surtout Al Swearengen (Ian McShane, É-NOR-ME !), le patron roublard du Gem, le saloon-bordel dans lequel tout Deadwood vient dépenser son argent la nuit tombée. Swearengen est un homme sans foi ni loi, qui compte bien faire de Deadwood sa ville, coûte que coûte. Un stratège à la JR Ewing doublé d’un dur à cuire à la volonté et à la poigne de fer.

Al Swearengen, le maître inconstesté des lieux, et qui compte bien le rester !
Il y a Cy Tolliver (Powers Boothe, au sourire glacé), le patron du saloon concurrent du Gem, à l’apparence plus classe mais aux manières toutes aussi violentes que celles de Swearengen.

Al Swearengen et Cy Tolliver, ils se haïssent cordialement mais savent s'associer pour protéger leurs intérêts communs.
Il y a Trixie (Paula Malcomson), l’une des prostituées du Gem et favorite de Al, bien que celui-ci soit adepte de l’adage « Qui aime bien, châtie bien ».

Il y a les chercheurs d’or, la communauté chinoise qui vit en vase-clos, les indiens qui ont été dépossédés de leur terre et qui ne sont jamais loin, des bandits et racailles de toutes sortes, …

Al Swearengen et Mr. Wu, ou comment bien gérer les relations inter-communautaires.
Il y a tout ce petit monde et bien d’autres encore. Grands ou petits rôles, ils sont tous savoureux et très bien écrits.

La série Deadwood décrit comment une ville va se construire et une mini-société se développer en dehors des lois. À Deadwood on veut survivre et faire fortune. Tout autre objectif y est hors de propos et sans avenir.

Que ceux qui n’aiment pas les westerns ne fuient pas pour autant. Ici les codes du genre sont contournés. Il n’y a pas de longues chevauchées dans le désert, pas de batailles rangées entre cow-boys et indiens, pas d’histoire de guerre de sécession, pas de règlement de compte à la OK Corral.
Cette série, au travers de ses personnages principaux, raconte l’histoire d’une ville où la seule règle est de s’enrichir, qu’on soit chercheur d’or ou commerçant, et quels que soient les moyens d’y arriver.

Dans les premiers épisodes, la série semble longue à démarrer. Mais ne vous méprenez pas, si le producteur / scénariste / dialoguiste David Milch prend le temps de bien poser ses personnages et son unité de lieu au début, c’est pour mieux les malmener dès le second tiers de la première saison. Rebondissements et développements aussi inattendus que brusques s’enchaînent dès lors.

La qualité de l’intrigue, à laquelle il faut ajouter des personnages fabuleux et génialement interprétés, ainsi qu’un décor impressionnant (digne des meilleures reconstitutions de Far-West du cinéma), font de Deadwood une série plus qu’étonnante, prenante et originale.

Sol Starr (à gauche), Tolliver et Swearengen (au centre entourés de quelques larbins, le Doc et le Révérend Smith (second en partant de la droite)
La première saison s’est achevée sur Canal + et vient de sortir en coffret dvd, et aux USA la troisième saison va débuter en juin (la série est prévue sur un total de cinq saisons, mais pourrait s’arrêter à la fin de la troisième selon certaines rumeurs).
À découvrir d’urgence !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Stéph 19/05/2006 17:30

Gaëtane >> c'est toujours délicat de conseiller un film ou une série d'un genre précis à quelqu'un qui n'est pas fan du genre en question. Disons que si tu veux ré-essayer le western, tente ta chance avec Deadwood !Yaponchik >> Pour moi elle a été la vraie bonne surprise de ce début d'année.Mooutche >> D'accord avec tout ce que tu dis !  C'est vrai que les femmes occupent une place "spéciale" dans la série. Mais avouons que les représentants de la gente masculine ne sont pas mieux lôtis qu'elles non ? ;o)  Et pour EB Farnum, j'ai failli l'oublier, une vraie petite fouine celui-là !Toxic >> Je ne sais pas trop quoi te répondre... merci de ton approbation ?Mooutche >> ça bug de temps en temps... rien de grave !

Mooutche 16/05/2006 16:14

Et moi, je ne comprends pas ces trucs qui viennent avant les apostrophes... \\\, ils sortent d'où ces antislash ???

Toxic 16/05/2006 14:53

Ah ben pour une fois on est d'accord toi et moi : lente à démarrer certes, mais excellente série. Je comprends pas pourquoi Canal + n'a décidé de diffuser que la V.F. par contre.

Mooutche 16/05/2006 10:49

Effectivement, comme tu le dis, la série démarre progressivement et objectivement les premièrs épisodes peuvent paraitre relativement "ordinaires" ("rien de très formidable quoi"), mais alors, tout d\\\'un coup c\\\'est un festival de rebondissements, de surprises, d\\\'atrocités et de coups tordus... Deadwood, c\\\'est la ville ou chacun doit défendre sa peau et ses interets, parce que personne d\\\'autre ne le fera pour vous... Dominants, dominés rampants et sournois, violence et machiavélisme cohabitent avec une image des femmes qu\\\'on pourrait trouver un peu "extrème" (au cotés des prostituées en tous genres, on trouve les poivrotes, les infirmes, les voleuses et les rares femmes "respectables" tatent du laudanum...) mais toujours dépeinte avec beaucoup de tendresse...Coup de chapeau à Timothy Oliphant (beau comme un cow-boy, surtout avec une lueur meurtrière et dans une colère noire), palme d\\\'or à Ian mcShane, époustouflant dans le role du salaud de première et coup de pied au cul à E.B. Farnum, le rampant en chef ! 

yaponchik 16/05/2006 09:22

Cette série m'a l'air pas mal. Faudra que je trouve un moyen de la voir...

gaëtane 16/05/2006 00:55


Ah ben voilà un très bon article qui donne envie de découvrir cette série, et pourtant comme tu le disais je ne suis pas fana a priori des westerns...lol
Merci pour cette découverte, dans tous les sens du terme, puisque je ne connais aucun des noms que tu as cités!!
Bonne nuit Stéph, bises :)