Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 20:45

Sept semaines. Ça fait sept semaines déjà que l'on est en confinement. Huit que je suis chez moi, puisque les écoles du Haut-Rhin ont fermé une semaine avant le confinement, et que je n'allais pas laisser mes chers enfants seuls à la maison. J'avais pensé d'abord continuer à bosser, il suffisait de les attacher à une chaise le matin, les mains scotchées à un paquet de petits gâteaux, une paille reliée à une bouteille d'eau dans leur dos, posés devant la télévision branchée sur Arte (histoire de se cultiver un peu plus qu'avec Gulli), mais j'ai abandonné l'idée. Fichu sentiment de culpabilité judéo-chrétienne de mes deux.

Les verbes aussi souffrent parfois de maltraitance conjugale

Ça fait donc deux mois que je n'ai plus beaucoup de connexions avec le monde extérieur, si ce n'est celle que me procure mon lien ADSL (eh non, pas encore de fibre chez moi). Et que cette situation pour le moins inédite commence à dévoiler certains de ses effets secondaires. Parce que peut-être que l'hydroxychloroquine fait débat pour ses éventuels effets indésirables, mais ce qui est sûr c'est que le confinement aussi a des effets secondaires. Positifs ou négatifs, c'est selon. On en parle ?

Il ne serait pas mort de ça en vrai Jacques Chirac ?

Évidemment, l'effet recherché c'est de réduire le plus drastiquement ses contacts avec les autres. Mais forcément, à part peut-être pour les plus misanthropes d'entre nous, ça crée un état de manque. Qui ne se voit pas en manque de ses proches, de sa famille, de ses amis ? C'est quasiment inévitable pour qui est socialement entouré en temps normal.

Charles Darwin said...

Ce que j'ai noté également, et qui commence à me peser au bout de plusieurs semaines, c'est un autre type de manque : celui qui concerne mes petites habitudes. C'est dans ces circonstances qu'on réalise à quel point on a mis en place des sortes de petits rituels dans sa vie, quotidiens, hebdomadaires. Et que si on les a mis en place, ça n'est pas pour rien. C'est parce qu'ils nous aident à vivre « agréablement ». Marcher chaque midi au centre de Colmar, pas longtemps mais histoire de se dégourdir les jambes, respirer autre chose que l'air climatisé du boulot et voir les gens passer. Aller manger trois midis par semaine dans mon restaurant préféré. Boire un café, ou deux, ou douze, avec mes amis ou seul, chaque samedi matin à Mulhouse. Juste avant de faire un saut à la librairie et checker les dernières nouveautés en BD. Rien d'indispensable me direz-vous. Peut-être pas indispensable en effet. Et pourtant essentiel. Oui c'est sûr, je peux survivre sans. Mais justement, on touche peut-être là du doigt ce qui sépare la vie de la survie. Mes besoins élémentaires, absolument nécessaires, sont pourvus. Je respire, je bois, je mange. Et plutôt bien même. Mais tout le reste, ce qui correspond à des besoins « secondaires » voire parfois juste à des envies même pas à des besoins, voilà je pense ce qui donne une partie de son intérêt à la vie. Et pour le coup, le confinement nous coupe d'une bon nombre d'entre eux. Réduisant d'autant notre sensation de bien-être.

Ah ce que je ne ferais pas pour boire un expresso en terrasse d'un café...

Cela dit, on peut aussi profiter de cette période pour tirer avantage de cette situation de manque si désagréable. D'abord on prend conscience de ce qui nous manque vraiment. Cela nous permet de cibler nos priorités, d'avoir l'esprit clair sur ce qui compte vraiment à nos yeux. Ensuite on a aussi tout le temps pour se réinventer. Trouver d'autres occupations, imaginer d'autres routines, d'autres rituels apaisants, en redécouvrir même. Bref, s'éveiller la conscience et ne pas se laisser abattre. Pas pour mettre aux oubliettes tout ce qu'on a aimé jusqu'ici et qui meublait nos vies sociales, mais pour apprendre à tolérer le manque et mieux en profiter à nouveau lorsque cela sera possible...

Quand la réalité dépasse la fiction...

Clairement, le manque des autres (pas tout le monde et encore moins n'importe qui, mais ceux qui comptent) et le manque lié à mes habitudes empêchées, sont les effets les plus marquants du confinement sur moi.

 

Mais il y en a d'autres.

 

Et des positifs !

Vous avez remarqué à quel point le monde est plus silencieux ? Beaucoup moins de bagnoles et de circulation. Peu de trains et d'avions. On entend les oiseaux comme jamais. Moins de gens dehors, moins de bruit, moins de pollution aussi. C'est mécanique. Vous avez vu toutes ces images qui montrent des animaux « sauvages » oser sortir en milieu urbain ou semi-urbain à travers le monde ? Vous avez vu les relevés de la pollution atmosphérique, les vues du ciel de zones habituellement couverts de nuages de pollution en Chine ou en Italie ? Vous avez-vu la couleur des eaux du lagon de Venise quand il n'y a plus ces myriades de bateaux pour en troubler la limpidité ? Non seulement c'est beau, mais c'est aussi impressionnant de constater qu'en très peu de temps finalement, la nature parvient à reprendre ses droits... Et surtout, cette démonstration claire et nette, s'il en fallait encore, de notre impact direct sur l'environnement, ça fait réfléchir vous ne trouvez pas ?

La lagune de Venise débarrassée des bateaux de touristes.

Je ne sais pas si on peut parler d'« effet positif » mais depuis le confinement, j'ai fait de gros progrès quant à l'utilisation de mon téléphone. Non, je n'étais pas benêt au point de ne pas savoir m'en servir auparavant, je parle de l'usage que j'en fais. Le téléphone et moi, ça a toujours fait deux. Au moins. Un instrument diabolique avec lequel je n'étais jamais à l'aise, ne sachant trop quoi dire au combiné. Eh bien figurez-vous que depuis le confinement, j'ai réussi à tenir des conversations à bâtons rompus par l'intermédiaire de cet engin de la mort. Genre deux heures au bout du fil (un fil imaginaire avec les portables certes : j'évolue sur le téléphone, pas encore sur les expressions que j'emploie) avec Éric, même pas peur. Mais bon, comme je disais, pas encore convaincu que ce soit hyper « positif » comme avancée...

Allô Stéph ? Les années 1980 au bout du fil pour toi !

Restons positifs, parlons bouffe !

Là normalement, je devrais être d'une tristesse insondable de ne plus pouvoir profiter des plats du jour de mon resto favori (Tony, si toi et ton équipe me lisez, soyez bénis jusqu'à la fin des temps pour tout le plaisir gustatif que vous m'avez déjà procuré au fil des années). Et c'est clair que ça me manque grave, pas de doute là-dessus. Pourtant j'y vois du positif quand même, car du fait de ce confinement forcé avec mes gamins, il s'avère que je n'ai jamais cuisiné autant que maintenant. Je précise de suite : de tout temps j'ai détesté cuisiner. Autant je sais bien et j'aime manger, autant préparer les repas tenait de la torture pour moi. Juste je n'aime pas ça. Du tout, du tout. J'admire ceux qui sont passionnés par cet art (car c'en est définitivement un à mes yeux), mais ce n'est pas fait pour moi. Eh bien par la force des choses, et pour répondre à l'appétit féroce de mes deux loustics, je suis bien obligé de m'y coller. Alors pour être clair : je n'aime toujours pas ça, mais j'ai dépassé le stade de la panique devant la plaque de cuisson et le four pour me débrouiller plutôt pas mal (le « pas mal » est à entendre pour quelqu'un comme moi qui part de très très loin).

Je fais des progrès insensés en cuisine !!

Bon, malgré tout, je ne peux pas faire l'impasse non plus sur quelques effets secondaires plus négatifs de ce confinement.

 

Mon état physique d'abord. Sur le plan de la forme comme sur celui de l'apparence.

Pour ce qui est de la forme j'essaie de m'entretenir chez moi, comme je le fais du reste depuis des années. Je n'ai pas trop changé mes habitudes, juste splitté mes séances hebdomadaires en 2 puisque j'ai plus de temps à y accorder (je suis donc passé de 2 à 4 séances de sport par semaine). J'en fais à peu près autant au total, mais étalé sur plus de jours. Ça laisse moins de jours pendant lesquels « je ne fais rien du tout ». En revanche là où je m'inquiète c'est pour le souffle et l'endurance. Courir m'a toujours ennuyé (j'ai souvent essayé de m'y mettre mais rien n'y fait, ça m'emmerde), et ce confinement ne m'a pas fait changer d'avis là-dessus, contrairement à un certain nombre de nos compatriotes je ne me suis pas transformé miraculeusement en joggueur juste parce que je n'avais plus le droit de sortir autrement de chez moi. Et du coup, en cardio je ne fais quasiment plus rien, puisque auparavant c'était la marche quotidienne qui faisait office d'exercice pour moi. Ça et les escaliers du boulot. Tous les jours 4 fois les huit étages qui séparent mon bureau du rez-de-chaussée dans les pattes, ça n'avait pas été facile lorsque je m'étais mis dans l'idée de boycotter les ascenseurs, mais avec le temps je m'y étais fait. Sauf que là, déjà 2 mois sans prendre le moindre escalier, j'aime autant vous dire que ça va piquer dans les jambes le déconfinement...

Y aurait pas comme un léger parfum de foutage de gueule dans l'air par hasard ?

Pour ce qui est de l'apparence, là aussi, ça commence à devenir chaud. Faut dire que j'ai commis une petite erreur qui a eu de grandes conséquences. Le dernier samedi avant le confinement, j'avais prévu d'aller chez le coiffeur, parce que ça commençait à devenir limite question longueur de cheveux. Et puis la flemme. Me suis dit que c'était encore pas si dramatique, que ça pourrait attendre encore une petite semaine. Sans compter que ce samedi là il devait y avoir le dernier match encore non-annulé du Tournoi des Six Nations à la télé (Pays de Galles – Écosse), ce qui a fini de me convaincre de reporter mon passage chez Graziella (oui, ma coiffeuse se prénomme Graziella).

Résultat : confinement trois jours plus tard, fermeture des salons de coiffure jusqu'à une date indéterminée, match de rugby annulé au dernier moment et aujourd'hui coupe de cheveux absolument sans nom. C'est long, ça part dans tous les sens, ça frisotte aux extrémités (des cheveux !), ça rebique n'importe comment, on ne voit plus mes oreilles. Alors comme je suis un garçon qui apprécie plutôt la cohérence, je me suis dit que tant que je ne pourrai pas me faire couper les cheveux, je ne taillerai pas non plus ma barbe. Histoire d'être raccord. Tant qu'à faire dégueulasse, au moins c'est uniforme. Un casque à la Pujadas ébouriffé avec une barbe courte et taillée, non seulement ça serait moche, mais ça donnerait une image de garçon inconstant capillairement. Et je m'y refuse. Alors quand même, deux mois plus tard, je commence à osciller doucement entre le Jean Schultheis* de la grande époque et le Sébastien Chabal dépressif d'une pub pour PokerStar.fr … Petite erreur, grandes conséquences...

Je suis d'accord avec vous : ça n'est pas beau à voir.

Pour finir, j'ai envie de vous parler d'un effet aussi inattendu que déprimant pour moi. La lecture. L'écriture. En berne, toutes les deux.

On ne peut pas dire qu'habituellement je lise à un rythme effréné, je tourne grosso-modo entre 20 et 30 livres par an, en fonction de la taille des bouquins qui me tombent sous la main. Mais là, c'est juste que je n'y arrive pas. Sans pouvoir l'expliquer de prime abord. Pas faute de temps en tout cas. Mais rien à faire, pas d'envie, et pas la concentration nécessaire pour ça. Imaginez le truc : j'ai entamé un bouquin en même temps que le confinement. Deux mois plus tard, j'en ai lu 80 pages !! En rythme normal de lecture, je devrais en avoir fini au moins deux complets depuis ce temps ! Et théoriquement en ayant beaucoup plus de liberté pour lire à ma guise, j'aurais dû pouvoir enchaîner les lectures à haute fréquence. Mais non, pas moyen. Alors quand même, à la place j'ai réussi à lire pas mal de BD, et j'ai réussi à bien écluser la pile de comics en retard qui assiègent le pied de mon lit. Pas encore pu effacer l'ensemble de mon retard (qui était conséquent), mais j'ai quand même bien avancé là-dessus. N'empêche, je suis très très loin de ce à quoi je m'attendais en termes de qualité et de volume de lecture. Et ça me désespère. D'autant que c'est à mettre en parallèle avec ma maigre production écrite. Là aussi, je m'étais imaginé que le confinement allait me permettre de dégager du temps pour écrire, en particulier j'envisageais de pouvoir prendre un peu d'avance en rédigeant des articles pour ce blog dont je pourrais ainsi prévoir l'édition bien en amont. Ben là encore, que tchi. Il m'est très compliqué de m'y mettre. Quand je commence, j'ai du mal à trouver mes mots, à enchaîner les idées, à articuler un texte à peu près cohérent et digne d'intérêt à la relecture. Bref, je passe un temps fou pour obtenir un résultat médiocre. Bien souvent je laisse tomber, je m'éparpille, je procrastine, je laisse divaguer mes pensées, je me laisse distraire. Je ne parviens que très difficilement à trouver la concentration nécessaire et indispensable à écrire quelque chose un tant soit peu correct. Et quant à multiplier les articles, là ça tourne à la science-fiction. Ce que ça peut être frustrant d'avoir du temps devant soi, des thèmes d'articles en attente déjà tous prêts, l'envie de bien faire mais aucun jus, aucun peps, rien de bien qui ne sorte du stylo ou du clavier.

Petite sélection pour se mettre dans l'ambiance.

D'une manière incompréhensible, et bien agaçante, je viens de passer deux mois avec plus de temps que jamais à disposition, sans pouvoir en tirer grand-chose, ni en termes de lecture, ni en termes d'écriture. Mauvais timing ou effet secondaire du confinement ? J'ai eu le même type de retour d'expérience de la part de plusieurs personnes qui lisent beaucoup en temps normal mais qui se sont vues inexplicablement incapables de lire correctement en cette période.

Poésie confinée...

J'y ai beaucoup repensé ces derniers jours et je me demande si, en ce qui me concerne du moins, ce n'est pas intimement lié à l'une des fonctions principales que la lecture revêt pour moi. Habituellement je lis pour m'isoler. En intérieur ou en terrasse, pour y manger ou pour un café, j'aime m'asseoir à une table de restaurant ou de brasserie. Même seul, ça ne me dérange absolument pas. Mais jamais sans un bouquin. En fait je lis très souvent entouré de monde. La lecture m'isole, me protège, me caparaçonne. Je m'y sens bien, et à bien des moments elle m'a été d'un grand secours.

En temps normal je pense plutôt comme la dame...

Or en temps de confinement forcé, la lecture perd cette fonction d'isolation au monde extérieur. La période étant plutôt au manque de contact, je me demande si inconsciemment la lecture m'apparaît comme allant à l'encontre de ce dont j'ai besoin actuellement. Alors que la lecture m'a toujours permis de ne pas me sentir seul, voici qu'elle est peut-être devenue le symbole d'une solitude forcée qui me pèse. L'explication vaut ce qu'elle vaut et n'est rien d'autre qu'une théorie, mais ce serait aussi étrange que paradoxal n'est-ce pas ?

Tousse ensemble ou sain en solo ?

Une chose est certaine : ce confinement inédit de plus de deux mois aura eu des conséquences aussi inattendues que diverses sur chacun d'entre nous. En dehors des ermites dans l'âme et des ours qui entament tout doucement leur sortie d'hibernation, peu d'entre nous auront traversé cette période sans noter des effets secondaires sur notre quotidien, voire sur nos personnalités. Et pour vous, quels sont-ils ?

Prenez soin de vous !

* Ah y a de la référence de haute volée hein !! C't'un blog culturé ici !

Partager cet article

Repost0

commentaires