Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 08:14

Ouch.
Ça fait un bail que j’ai pas posté d’article sur une BD ici. Alors que c’est ce qui me nourrit le plus, culturellement parlant, depuis que je sais lire.
J’en ai lu des trucs bien, des trucs excellents, des trucs grandioses ces dernières années. Mais j’ai choisi de vous parler de X-Men : Jeunes Filles en Fuite. Je sais, je suis difficile à suivre par moment.
Parce que malheureusement je ne pourrai pas en faire l’éloge, dieu sait que j’aurais pourtant bien aimé. Mais malgré toute la mauvaise foi dont je sais parfois faire preuve, malgré tout l’aveuglement qui me pousse à aimer contre l’avis général et le bon goût institutionnalisé des œuvres un peu à part, malgré mon manque d’objectivité dès lors qu’un artiste que j’aime particulièrement est en cause… malgré tout ça je ne peux pas vous dire que ce comic est bon.

288 XMen jeunes filles en fuite planche4a
Pourtant ce sont les X-Men. Mieux : les X-Women, et pas des moindres. Pourtant c’est Chris Claremont qui écrit, le scénariste emblématique qui a mené les X-Men au firmament des comics dans les années 80. Pourtant c’est Milo Manara qui dessine, LE maître italien du de la bande dessinée et de l’érotisme soft et classe.
Bref, théoriquement ça avait tout pour plaire. Et la préface dithyrambique de Joe Quesada (le rédacteur en chef de Marvel) laissait présager du tout meilleur. Ben non. Que dalle. Peau d’couille. Nada.

288 XMen jeunes filles en fuite planche5a
En gros je vais vous résumer quand même. Les femmes de l’équipe des X-Men (il y a là : Tornade, Psylocke, Marvel Girl, Malicia, et Kitty Pride) partent en vadrouille en Grèce, histoire de prendre un peu de vacances, elles le méritent bien faut dire. Sur place l’une d’entre elles, Marvel Girl, est kidnappée. Les autres partent à sa recherche et leur enquête les mènent à Madripoor (une île imaginaire d’Asie, sorte de Singapour du Marvelverse). Après avoir perdu leurs pouvoirs (la faute à la baronne Krieg qui a également kidnappé Emma Frost pour mener à bien son plan machiavélique… argh), les X-Women tombent entre les mains de pirates, qui en font leurs esclaves (re-argh)(tu me diras quand tu vois les donzelles, tu peux comprendre). Mais de mystérieux hommes armés essaient d’éliminer les pirates, qui vont devoir s’associer aux X-Women pour en venir à bout (re-re-argh). Tout cela se termine par la résolution d’un complot mondial qui devait aboutir à une guerre indo-chinoise (fin du calvaire).

288 XMen jeunes filles en fuite planche7aVoilà.
Ça fait peur, je sais. Et encore j’ai essayé de vous ménager hein. Je n’ai pas parlé des problèmes de couple du chef des pirates, ni du passage où le bateau des filles est pris dans une immense chute d’eau dont elles se sauvent grâce à une liane bienvenue. Faut dire qu’elles ont la bonne idée de tomber l’une après l’autre afin que Kitty Pride les rattrape et les sauve à tour de rôle.
À ce niveau là d’indigence, on ne peut même plus vraiment parler de scénario. C’est pourquoi je passerai sous silence les ellipses monumentales et les incohérences de Claremont. Le coup des pouvoirs annulés je veux bien, mais quand ça ne s’applique qu’à certains personnages (les X-Women) et pas à d’autres (le chef des pirates), je ne comprends plus trop. Mais bon, passons. Comme dit, on n’est plus à ça près. On a qu’à combler les trous nous-mêmes, un peu d’imagination bordel.

288 XMen jeunes filles en fuite planche9
En revanche qu’est-ce que c’est beau. Milo Manara n’est pas adulé pour rien, et il le démontre encore une fois ici. Chaque planche est somptueuse, et il se fait bien plaisir avec les super-héroïnes qu’il met en scène. Faut dire qu’il a du potentiel à exploiter : une black, une asiatique, une rouquine, une blonde incendiaire, Malicia et son air de pas-y-toucher et la brunette Kitty Pride qui prend les traits classiques des héroïnes standardisées made in Manara.


288 XMen jeunes filles en fuite planche6a
Bon, je sais que Manara n’a pas été embauché pour rien, mais je ne peux pas m’empêcher de me dire en regardant ses dessins, qu’en fin de compte les X-Women sont une belle bande de coquines fieffées salopes (‘scusez le langage hein, mais appelons une chate une chate). Entre poses suggestives, tenues ultra-courtes, rapprochements saphiques et allusions sexuelles explicites, Manara s’est fait plaisir mais il n’a pas fait dans la dentelle. Je ne vais pas jouer au choqué (bien au contraire, je ne lis pas Manara pour ses décors architecturaux hein), c’est juste que ça m’a fait bizarre de voir ces super-héroïnes dans un contexte pareil. J’avais presque l’impression de voir un détournement grivois comme on en voit parfois quand Popeye se tape Olive  ou Tintin se fait Milou. Bon j’exagère peut-être un tout petit peu, mais franchement, on n’en est pas si loin que ça. En plus classe et plus sexy, mais le sentiment général est là. Quand on regarde les planches de ce comic, on se dit clairement que chacune des héroïnes aurait sa place en guest star d’un film estampillé Marc Dorcel. Faut dire aussi (et c’est pas nouveau) que dès que Manara dessine une femme avec la bouche ouverte on a l’impression qu’elle est à deux doigts (vous prendrez bien un peu de whisky Odile ?) de l’orgasme. Et quand on associe ça au scénario à deux balles qu’a pondu Claremont, moi j’ai cru me retrouver devant un téléfilm érotique de deuxième partie de soirée sur NT1. Remarquez, d’habitude dans les comics les héroïnes sont peut-être plus prudes mais arborent des nibards siliconés qui les empêchent de refaire leurs lacets de chaussures (d’où leurs bottes soit dit en passant – tout s’explique toujours hein, c’est hyper-cartésien les comics en fait). Là au moins avec Manara on a droit à un peu plus de crédibilité, dans les proportions anatomiques j’entends, à défaut d’autre chose.

288 XMen jeunes filles en fuite planche8a
Alors voilà, je ne peux pas dire que ce comic est bon, définitivement pas.
Mais malgré tout… ce que j’ai lu ne m’a pas plu mais ça m’a plu de le lire (soupirs d’incompréhension dans la foule de mes lecteurs interloqués). Un peu comme un petit plaisir inavouable. Mais je ne saurais vous le conseiller. Sauf peut-être à un ou deux pervers notoires qui lisent ces lignes. Si, si, il y en a. Je les connais.
Je cherche comment clore ce billet et résumer en une phrase ce que j’ai pensé de X-Men : Jeunes Filles en Fuite… tiens je crois que j’ai trouvé :
Qu’est ce que c’est beau, mais qu’est-ce que c’est con, mais qu’est-ce que c’est beau, mais qu’est-ce que c’est con, mais qu’est-ce que c’est beau, mais qu’est-ce que c’est con, mais qu’est-ce que c’est beau, mais qu’est-ce que c’est con, mais qu’est-ce que c’est beau, mais qu’est-ce que c’est con, mais qu’est-ce que… (ad libitum)

288 XMen jeunes filles en fuite couv

Partager cet article

Repost0

commentaires

Spooky 27/02/2011 17:37



C'est vrai que les récits de Manara, enfin du moins ceux que j'ai pu lire, ne sont pas vraiment de smodèles d'histoire. Que ce soit lui ou un autre qui scénarise d'ailleurs, c'est peut-être sa
part de participation au récit qui met le bordel. Et puis franchement, Manara, au niveau du dessin, je sais pas, je n'accroche pas (ou plus).


Quand j'ai vu passer la couverture de ce comic, je n'ai pu m'empêcher de penser "oh, ça doit être joli, mais complètement con". Tu m'as conforté dans ma première impression, sans en avoir
parcouru la moindre page "en vrai".



Stéph 28/02/2011 17:16



Je ne sais pas quelle est l'influence exacte de Manara sur ce récit-ci, je peux juste te dire que Claremont a déjà démontré plus d'une fois qu'il n'est plus au
niveau de ce qu'il faisait à sa grande époque sur les X-Men. À croire qu'il a perdu le "feu sacré" qui l'avait animé pendant les années 80...



Chelmi 26/02/2011 11:03



Je l'ai eu entre les mains cher mon dealer, et je l'ai vite reposé après avoir lu quelques passages.



Stéph 28/02/2011 09:32



Et pourtant l'affiche était belle non ? le résultat n'en est que plus décevant hélas...