Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 07:19

Voici l’un de mes gros coups de cœur de 2009. La Fin des Mystères de Scarlett Thomas m’a littéralement passionné, enthousiasmé, subjugué. Avec La Route et Un Mec Sympa (dans des styles tous très différents) il s’agit de mon tiercé gagnant de l’année passée (impossible de donner un ordre précis d’arrivée), le genre de claque qu’on aimerait se prendre plus souvent !

Pourtant au premier abord, je n’aurais pas parié grand-chose sur la possibilité que ce livre me plaise autant. La quatrième de couverture ne m’a absolument pas accroché, et pour être honnête si le roman s’en était tenu à ce qui y est annoncé en résumé de l’intrigue j’aurais passé mon tour. Les mystères et légendes urbaines à base de livre maudit, voilà un thème bateau qui aurait plutôt tendance à me faire fuir. Ce qui a piqué ma curiosité ce sont les échos ultra-favorables que j’ai pu en avoir au travers de sites où les intervenants ne sont pas du genre à mâcher leurs mots quand ils n’aiment pas un bouquin, et des éloges de la part de gens dont la culture et l’érudition m’inspirent confiance. Grand bien m’a pris de ne pas m’arrêter à ma première impression, et très certainement l’effet de surprise qui en a résulté m’a encore plus fait aimer ce roman.

L’héroïne de l’histoire est une étudiante britannique, Ariel Manto, qui rédige une thèse sur les « expériences de pensée », depuis la théorie du Big Bang jusqu’à la relativité d’Einstein en passant par le chat de Schrödinger, la théorie du Chaos ou la montre de Paley, à travers l’étude transversale de divers scientifiques. C’est avec une émotion intense et totalement incrédule qu’elle tombe un jour sur un exemplaire de La Fin des Mystères, ouvrage de la fin du XIXè siècle rédigé par un scientifique victorien méconnu, Thomas Lumas. Lumas y raconte sous forme d’histoire romancée l’aventure d’un certain Mr. Y qui par l’intermédiaire d’une potion étrange accède à un pan de la réalité qu’il a nommé la troposphère et qui n’est ni plus ni moins que la dimension de la pensée pure. Pour Ariel cela tient quasiment du miracle : un seul exemplaire de ce livre est répertorié et enfermé dans un coffre-fort quelque part dans une banque suisse et la voilà en possession d’un autre exemplaire de l’ouvrage qu’elle pensait unique. Et ce n’est pas tout… une légende flotte au sujet de ce livre, une malédiction qui voudrait que tous ceux qui l’ont lu auraient mystérieusement disparu…
Mais la curiosité et l’esprit de découverte d’Ariel vont la pousser à se jeter dans la lecture du livre de Lumas, et ce qu’elle va y découvrir changera radicalement sa perception du monde en lui ouvrant l’accès à cette fameuse troposphère. Cependant Ariel n’est pas la seule à s’intéresser à ce livre, et c’est simultanément dans la réalité matérielle et dans la dimension de la pensée que va s’engager une haletante course poursuite, parsemée de découvertes et d’expériences incroyables…

(Petit aparté : le titre original comporte un joli jeu de mots malheureusement intraduisible puisqu’il reprend le titre du livre de Lumas « The End of Mr. Y ».)

Je ne sais pas si avec ce court résumé d’introduction j’aurai réussi à vous donner l’envie de lire La Fin des Mystères, mais sachez que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg que je vous ai dévoilée là ! Ce livre est d’une richesse assez incroyable, abordant un nombre impressionnant de thèmes allant de la physique quantique à la foi, la philosophie, la science, l’amour, la littérature, Dieu, le sexe, la vie, la mort…
Et ce qui le différencie encore un peu plus des autres livres qui abordent ce genre de sujets, c’est le style, le ton, l’écriture. Souvent ce sont des scientifiques qui écrivent et vulgarisent des expériences telles que celle du Chat de Schrödinger pour reprendre un exemple connu. Des scientifiques écrivains en quelque sorte. Ici on sent nettement qu’il s’agit de l’inverse. C’est une âme littéraire qui parle de concepts scientifiques. Et ça change beaucoup l’angle sous lequel tous ces concepts sont intégrés dans l’histoire. La métaphore devient la réalité, ou peut-être est-ce la réalité qui n’est rien d’autre qu’une métaphore créée par notre esprit ?
Une citation de Samuel Butler introduit la première partie du roman et donne le ton : « Non seulement rien n’est ni bien ni mal si ce n’est par la pensée, mais rien n’est en soi tant que la pensée ne l’a pas fait exister. »

Mais ne soyez pas effrayé pour autant, Scarlett Thomas ne nous assène pas de vérité fracassante à la manière d’un gourou de secte, elle nous mène simplement à travers la pensée, dans des réflexions sur ce qu’est le monde, sur ce que nous représentons en tant qu’êtres intelligents et doués de conscience, elle donne quelques clés pour aborder les dernières découvertes en matière de physique quantique (ce lien ténu entre matière et énergie, ondes et particules…), bref au travers de La Fin des Mystères on est amené à dépasser les simples apparences du monde qui nous entoure… ce qui de fait nous inclut dans le livre, et fait du lecteur également un acteur. On ne peut s’empêcher de faire des rapprochements et des comparaisons avec notre ressenti, nos expériences, notre vision de la vie. J’ai pour ma part été tout particulièrement emballé et scotché par le chapitre 25 (si ma mémoire ne me joue pas des tours) dans lequel Ariel et un des personnages du roman discourent d’une théorie sur la réalité, la pensée et leur substance, et quand un livre parvient à mettre mes neurones en ébullition comme ça, je suis conquis.

Je précise également qu’il est inutile d’être un scientifique pour comprendre ce livre, même si certains concepts abordés semblent compliqués à première vue. Il suffit d’être curieux et de se laisser aller à la réflexion pour accompagner Ariel dans son périple incroyable.

Ce roman, outre la part belle qu’il donne à l’imagination, est aussi une formidable invitation à la réflexion, à l’introspection, à la mise en abîme de ses propres certitudes et croyances. On est embarqué dans une remise en question de tout ce qu’on pensait jusqu’alors évident, l’existence nous est présentée sous un jour qu’on n’aurait peut-être jamais imaginé seul. On s’évade, on découvre, on grandit avec ce livre.

À lire absolument.

252 fin des mysteres

Partager cet article

Repost0

commentaires

Delphine 18/07/2011 16:50



En me relisant, je me dis aussi que j'aurais pû éviter d'oublier d'écrire des mots, pour la compréhension, c'est mieux.


 


J'ai aussi une remarque à faire : je ne suis pas d'accord avec l'héroïne quand elle dit que Derrida n'est pas difficile à lire, c'est juste que son écriture est dense. Alros là, non. Pour avoir
lu la quatrième de couverture d'un de ses ouvrages et n'y avoir rien compris du tout, je pense qu'on peut dire que Derrida est dur à lire !



Stéph 25/07/2011 17:04



Peut-être que Derrida est difficile à lire dans le texte, je n'en sais strictement rien ne m'y étant pas moi-même frotté... ce que je sais c'est que
les concepts philosophiques traités tels qu'ils le sont dans La Fin des Mystères sont très abordables.



Delphine 18/07/2011 16:47



Et bien voilà, il m'aura fallu un an pour me décider à le lire, mais ayé !


Pas facile de dire ce que j'en ai pensé en quelques lignes. J'ai eu au début un peu de diffulcté à le lire. Difficulté dûe au fait qu'il y avait 2 histoires dans l'histoire : celle de l'héroïne
et celle de la lecture de l'héroïne, l'histoire de ce monsieur X. Et puis, finalement, on se prend au jeu. Ca m'a fait d'ailleurs me poser pas mal de question sur l'homéopatie... mais on
s'éloigne du sujet...


Il y a eu aussi une autre difficulté de lecture que j'ai rencontrée. Je ne suis pas une habituée de lecture d'écrits philosophiques, même si un compagnon dans la vie qui en lit beaucoup, ce qui
me permet de n'être pas complètement à la rue quand l'héroïne parle de Derrida. Bref, j'ai du relire certains passages plusieurs fois pour en saisir la teneur (et encore, je ne sais pas si j'y
suis parvenue).


Sinon, comme je te le disais, je n'ai pû m'empêcher de penser à Matrix quand l'héroïne se rend compte qu'elle a la faculté de penser en langage machine et par là même d'influer sur les pensées
des autres.


Ce livre m'a beaucoup plus, le thème abordé est très riche de questionnements, et me ramène à une question qui me poursuit depuis toute petite : et si ce qu'on vivait n'était pas la réalité ? Ca
fait peur, un peu froid dans le dos... et puis, on reprend le quotidien et on oublie. N'empêche, ça fait du bien de se reposer ce genre de questions de temps en temps, de prendre un peu de recul
et de sortir la tête du guidon.


Merci donc, de m'avoir fait découvrir la fin des mystères. Il m'a permis de renouer pour de bon avec la lecture, je m'y remets en ce moment à raison d'un livre tous les deux jours. Ca me fait
penser qu'il faut que je renouvèle le stock.


Je ne pense pas avoir été exhaustive dans ce commentaire, mais peut-être que plus de réflexions me reviendront plus tard, auquel cas je reviendrai par ici compléter.



Stéph 25/07/2011 17:02



Un livre tous les deux jours ! ça laisse rêveur... en tout cas je suis content que ce livre-là ait été celui qui t'a redonné le goût et l'envie de lire, fier je suis
!


Bien content aussi que tu laisses tes impressions ici, c'est chouette et ça me fait plaisir


Sinon pour le rapprochement avec Matrix, je me souviens y avoir pensé aussi, mais ça ne m'a pas frappé plus que ça. Et puis moi non plus je n'ai pas l'habitude de
lire des oeuvres philosophiques, mais quand c'est relié à une bonne histoire comme dans ce roman j'apprécie l'association de genres ! Et je le redis pour ceux que ça rebuterait : ne vous en
faites pas ce n'est pas si compliqué que ça peut paraître, promis !!



myriam 09/06/2010 13:49



L'attentat : un chirurgien naturalisé israëlien, d'origine arabe, passe la journée à opérer les victimes d'un attentat pour découvrir, quelques heures plus tard, que c'est sa propre femme
-insoupçonnable- qui en est le kamikaze... pas vraiment léger !



Stéph 11/06/2010 07:28



En effet, ça m'a pas l'air très gai tout ça...



myriam 08/06/2010 21:05



Moi aussi, celui-là me tente beaucoup plus (que le précédent je veux dire) ! Je viens de finir "L'attentat" de Yasmina Khadra (orthographe ?), pffff.... Le tien me changerait bien les idées !



Stéph 09/06/2010 08:21



Alors je ne connais pas L'attentat donc je ne pourrai pas comparer... mais je suis curieux d'avoir vos impressions à vous 3 qui êtes de grands lecteurs sur La Fin des Mystères,
j'espère que vous ne serez pas déçus à la lecture !!! Tiendez-moi au courant



Spooky 08/06/2010 14:14



Eh ben voilà, tu as gagné, j'ai envie de le lire... Il est dans ma liste.



Stéph 09/06/2010 08:17



J'espère juste que ça te plaira autant qu'à moi !!



delphine 08/06/2010 09:38



Et bien, avec une telle critique, on ne peut qu'avoir envie de se lancer à la lecture de ce roman !



Stéph 08/06/2010 11:53



En tout cas sur moi il a fait mouche !!!