Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

 

30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 08:57
Amateurs de la bibliothèque rose passez votre chemin ! (ou alors en rose avec des menottes et un fouet)
 Lapin est l’œuvre d’un agité du bulbe nommé Patrick Day. « C’est qui Patrick ? » me demanderait Karine (cherchez pas, c’est de la pure private joke, NdS), et j’imagine que vous aussi vous vous demandez qui peut bien être ce Patrick Day…
C’est un type qui traînait ses guêtres au onzième étage du bâtiment ou je bosse, un type qui a développé l’art du camouflage à un niveau qui force l’admiration, jugez plutôt : il est à ce point en mode furtif qu’il arrivait à se la couler douce alors qu’il avait son bureau à pas plus de 20 mètres de celui du directeur… Patrick Day c’est un peu comme un Dahu en moins bancal et en beaucoup plus râleur : tout le monde le connaît mais personne ne le voit jamais…

Bon, plus sérieusement, vous l’aurez certainement deviné, Patrick Day c’est un collègue de travail avec lequel je m’entends d’autant mieux qu’on évite soigneusement de parler boulot lui et moi ! Et ce type-là est un touche-à-tout qui a une existence over-bookée dès qu’il quitte le bureau (c’est-à-dire à 16h00 tapantes). Donc, entre les formations qu’il donne, les pièces de théâtre qu’il écrit-monte-dirige-interprète, les jeux vidéos dont il se gave, les tableaux plus grands que lui qu’il peint, et le temps qu’il passe à se repaître des diverses nourritures audio-visuelles que lui prodigue son home-cinéma, le gars Patrick a trouvé le temps de nous pondre un roman. Le roman de Lapin, aux éditions du Manuscrit.

 Lapin c’est le surnom de Félicien Poulard, un publicitaire quarantenaire revenu de tout et qui se débat seul contre tous pour ne pas sombrer dans la banalité et l’inconsistance de monsieur tout-le-monde. Pourquoi ce surnom « Lapin » ? Je vous laisse faire preuve d’un peu d’imagination à ce sujet pour trouver seul, mais comme je ne suis pas chien je dirai simplement que ça n’a aucun rapport avec un quelconque goût immodéré pour les carottes…

Lapin est un homme d’action et s’est fixé un challenge : butiner sa 2000ème fleur avant la fin du millénaire. Pour ceux que la poésie à grand renfort de métaphores romantiques laisse sur le bord de la route, je traduis : Lapin s’est promis de coucher avec 2000 femmes avant la fin de l’an 2000. Est-ce pour l’amour des chiffres ou juste un pari idiot avec lui-même je ne me prononcerai pas, toujours est-il que quelques jours avant la date fatidique, alors que le but est presque atteint puisqu’il ne lui reste plus qu’une conquête à honorer pour atteindre son objectif, c’est le drame : la panne sexuelle, le blocage, la défaillance technique ! Littéralement : la débandade !! Lui, le routard du pieu, le Rocco anonyme, l’éleveur de bêtes-à-deux-dos, lui Lapin n’arrive plus à rien avec le beau sexe.
Est-ce un problème physique ? est-ce un blocage psychologique ? est-ce une crise d’identité ? Lapin n’est pas du genre à se contenter d’une demi-molle tous les 15 jours, il s’active donc pour trouver une solution à son problème, et ne néglige aucune possibilité : passant tout à tour entre les mains de son pote psy, de son toubib, d’un gourou pour gogos ou encore d’un acuponcteur peu pointilleux, Lapin fera tout pour se sortir de son « bug de l’an 2000 » à lui…

Voilà donc pour le pitch du bouquin. Vous l’aurez compris, c’est pas du Proust, on va droit au but et on appelle une chatte une chatte. C’est d’ailleurs une des principales caractéristiques du livre : ça se lit bien et il n’y a pas de longueur, le langage utilisé est fleuri mais pas vulgaire et l’auteur se fait plaisir en parsemant l’histoire et les dialogues d’expressions imagées savoureuses qui rendent la lecture d’autant plus drôle.

Pour être honnête, je suis bien obligé d’admettre que je n’arrive tout bonnement pas à aborder ce livre de façon objective et neutre, même après deux lectures. J’ai aimé ce bouquin d’abord parce qu’il a un côté « déviant », mais surtout parce que dans mon esprit le personnage principal avait la tête de Patrick et que ce ne sont pas les pérégrinations de Lapin-le-personnage que je lisais mais bien celles de Lapin-Patrick-mon-collègue-de-bureau. D’ailleurs sur pas mal de points l’auteur est proche de son personnage : même façon de causer, même façon d’être, même comportement asocial, le prototype même du mec qu’on classe du côté des connards superficiels et arrogants tant qu’on n’a pas appris un minimum à le connaître. Le genre de personne qui se fait un point d’honneur à se faire passer pour quelqu’un de détestable rien que pour voir qui a les couilles et l’intelligence d’aller voir au-delà des apparences. (Au passage, puisque j’apprécie le sieur Day, je réalise que ce que je viens d’écrire là fait de moi au choix : un type couillu et intelligent ou un connard comme Patrick ! ben merde alors…)

Bref, Lapin m’a fait marrer mais je suis conscient que ce ne sera peut-être pas le cas de tout le monde. Je ne sais pas si ça fait le même effet quand on ne connaît pas l’auteur… en tout cas moi j’adhère et je soutiens Lapin dans sa quête ! (non, n’insistez pas, je ne vous ferai pas le coup du bégaiement sur le dernier mot.)


238 lapin-1

238 lapin-2

Partager cet article

Repost0

commentaires

myriam 20/05/2010 21:58



Je ne sais pas si je le lirai (bien trop prude !), mais j'adore le titre : pour moi, c'est le petit nom que donne affectueusement Eddy Mitchell à Michel Serrault dans "Le bonheur est dans le
pré", tout cela ne peut être que bien, donc.



Stéph 21/05/2010 14:21



Exact ! très bon film d'ailleurs ! Mr Eddy qui en remontre à Sabine Azéma, grand moment !!



gloups 19/04/2010 13:39



Moi, y a rien à faire, j'adhère pas....



Stéph 20/04/2010 07:32



Ça n'a pas collé avec le livre, ou avec son auteur ?...



Patrick Day 07/04/2010 09:48



He ben voilà quelqu'un qui serait pas mou du bulbe... ça existe çà ??T'es pas bouffé par une religion quelconque (?) anasthésié par cette société souffreteuse du politikement correct
(?) phagocyté par des peines à jouir de tous poils(?)adepte du cul tristounet branché sur internet pour faire ta lessive à la main(?)...En tout cas merci pour ta critik.Elle me va droit aux
c... oups pardon... droit au coeur.So long my friend... et surtout reste comme çà.



Stéph 07/04/2010 17:22



J'ai essayé de changer, résultat peu concluant. Merci pour ton passage ici !



Spooky 30/03/2010 10:31


En effet ça a l'air sympa ! je le note, tiens...


Stéph 30/03/2010 11:20



Attention Spooky, il n'y a ni hobbit ni voyage dans le temps dans ce bouquin !!  ;)