Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

13 décembre 2005 2 13 /12 /décembre /2005 14:58

David Cronenberg est un réalisateur atypique. De par le choix de ses sujets, les thématiques qu’il développe et le style de narration qu’il adopte. Son dernier film à m’avoir marqué avait été Crash (1996), au sujet controversé et aux images et à l’ambiance troublantes.

Cette fois-ci, Cronenberg semble faire de la sobriété sa ligne de conduite. Son film est fort et son histoire (qui est l’adaptation du comics du même nom de John Wagner et Vince Locke) est bien en place, la trame implacable tout du long. On est happé par ce qui se passe du début à la fin, malgré le classicisme apparent du film.

Car si la forme est classique, le fond l’est bien moins. Dans une petite ville du fin fond des États-Unis, Tom Stall (Viggo Mortensen, à 100 lieues de son rôle d’Aragorn dans la trilogie du Seigneur des Anneaux) est un père de famille simple et travailleur, un homme qui aime sa femme (Maria Bello, au jeu aussi juste qu’elle est séduisante) et chérit son foyer. Un citoyen modèle dont toute la ville reconnaît le sérieux, le calme et l’honnêteté.

Tom Stall tient un petit restaurant de quartier. Tout va changer pour lui le soir où deux malfrats de la pire espèce d’allumés braquent son restaurant et menacent de tuer une des employées. Tom réagit vite et fort, tue les deux braqueurs et devient le héros de la ville et des chaînes de télévision locales. Peu de temps après cette médiatisation inattendue, un caïd de la pègre de Philadelphie (Ed Harris, inquiétant au possible) commence à le harceler lui et sa famille, persuadé qu’il n’est pas Tom Stall mais Joey Cusack, tueur à gages retiré mystérieusement du milieux mafieux depuis de nombreuses années.

 

Le film est basé sur deux axes principaux : d’une part la menace de la pègre et d’autre part les relations entre les membres de la famille Stall quand Tom est soupçonné de double identité. Et ce contraste est saisissant. La puissance et la fulgurance des quelques scènes de violence (sans concession autant vous prévenir) tranchent avec la densité des relations humaines mises en scène, particulièrement entre Tom et sa femme.

À l’arrivée, je ne saurais dire quel est l’aspect du film qui fonctionne le mieux et est le plus intéressant, la confrontation physique ou la confrontation psychologique. Cronenberg joue astucieusement sur les deux plans, et s’en sort aussi bien sur l’un que sur l’autre, ce qui est en soi déjà une belle réussite. Quant à la scène finale, toute en finesse et en non-dits, elle clôt selon moi parfaitement le film sur une note positive sans sombrer dans la happy-end de base.

Allez pour la forme, un point un peu plus négatif (mais c’est vraiment histoire de trouver un truc à redire hein), le rôle de William Hurt est assez superficiel, son passage dans le film un peu court, et vu le talent du bonhomme on est en droit de le regretter.

Pour tout le reste, le nouveau film de David Cronenberg est un coup de maître. Il restera à mon avis une date importante dans la filmographie du réalisateur. Et Viggo Mortensen peut d’ores et déjà se féliciter de ses choix de carrière « post-Seigneur des Anneaux ».

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mooutche 15/12/2005 16:01

Ah mais j'avais bien compris mon cher ! Et je suis d'accord avec toi d'ailleurs, c'est juste que je voulais souligner le fait que puisqu'il fallait quelqu'un pour ce role, et ben je suis contente que ce soit William Hurt (qui n'y peut pas grand chose si son personnage n'est pas étoffé :o) ) plutôt qu'un autre (qui n'y pourrait rien non plus). Voilà ! ;o)

Stéph 15/12/2005 15:16

Spooky >> vraiment je te le conseille. C'est un peu dans la veine de Road to Perdition pour ce qui est de l'ambiance, si ça peut te donner une idée de ce à quoi ça ressemble.

Mooutche >> Oui, je ne dis pas que William Hurt n'est pas bon, juste que dans l'histoire son personnage est peu utilisé et assez basique. Et puis c'était vraiment juste pour trouver aussi un détail négatif que j'ai écrit ça, mais ça reste du détail.

Mooutche 15/12/2005 08:51

Et bien tu vois, bien que le rôle du personnage de William Hurt soit effectivement assez léger (pas très consistant, quoi), je trouve que William Hurt lui apporte beaucoup justement... Il me semble qu'il arrive à faire de ce personnage assez "light" quelqu'un de mémorable malgré tout. Moi en tout cas, il m'a laissé une très bonne impression (en fait c'est pas dur, j'aime beaucoup William Hurt, qui a entre autres, incarné Leto Atréides, dans la sage de Dune (mais pas le film de David Linch, l'adaptation en 4h30 qui a beaucoup plus de classe)).
Euh, voilà, c'est tout. Sinon, j'ai beaucoup aimé le film, beaucoup.

Spooky 14/12/2005 17:05

Pfouh ! Tu dois être la dixième personne qui me dit que c'est génial, ce film ! 'va falloir que je me décide, avant qu'il sorte de l'affiche...