Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 19:17

Le grand, le cultissime, la légende Stan « The Man » Lee nous a quitté hier. Ok, il allait tranquillement sur ses 96 ans, on peut dire qu’il a eu une vie plus que bien remplie, qu’il a connu le succès et la renommée et en a profité longtemps. C’est vrai, n’empêche que savoir qu’il n’est plus de ce monde, rend le monde un peu moins beau.

Toutes les bonnes histoires ont une fin il paraît. Bullshit. En vrai on a tous envie que les belles histoires ne s’arrêtent pas, comme celles que nous racontait papy Stan.

Et d'un simple claquement de doigts...

Autant adulé que parfois controversé, Stan Lee a eu son lot de réussites mais a également été au cœur de quelques polémiques. Le bonhomme avait ses fans mais aussi ses détracteurs. On lui a reproché de trop tirer la couverture à lui, en particuliers pour ce qui était de récolter les lauriers de créateur de l’univers super-héroïque Marvel. Ce qui a été vrai un temps il faut bien le dire. Mais là-dessus, Stan Lee s’est bien amendé en soulignant systématiquement ces 20 dernières années qu’il n’était « que » co-créateur, et en louant sans cesse le talent des dessinateurs avec lesquels il a co-créé tous ces personnages de papier devenus de vraies icônes mondiales, de Spiderman à Daredevil en passant par les Fantastic Four, les X-Men et évidemment, les Avengers. Il est évident que le succès de Marvel, et donc de son porte-drapeau Stan Lee, n’aurait certainement pas été le même sans l’apport considérable de ces maîtres du dessin et génies de créativité que furent entre autres Jack « The King » Kirby, Steve Ditko, Gene Colan ou John Romita Sr. Des noms que les fans de comics vénèrent bien entendu, et à juste titre. Mais le nom que le grand public aura retenu, c’est bien celui de Stan Lee.

Stan Lee : une patte reconnaissable entre toutes !

Stan Lee n’était pas que, ou en tout cas n’était plus depuis bien longtemps, ce profiteur tant décrié par certains. Stan Lee, de son vrai nom Stanley Martin Lieber, c’était avant tout un bosseur invétéré. Entré dans le monde de l’édition par la toute petite porte à l’âge de 16 ans, en tant qu’assistant dans la maison d’édition d’un cousin par alliance (en gros il était homme à tout faire : préparer le café, acheter les sandwich, faire le coursier, vider les poubelles), il n’a pour ainsi dire jamais fait de pause depuis. Il devient rédacteur en chef de Timely (l’ancêtre de Marvel Comics) à 20 ans alors que la période est aux vaches maigres dans l’édition de pulps et de comic books. Quand à la fin des années 1950, les super-héros connaissent un début de retour en grâce (depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le genre était tombé presque à l’abandon) au travers de quelques publications DC Comics (avec la Justice League notamment), Stan Lee sent le vent tourner et décide de s’engouffrer dans le filon. Avec Jack Kirby il sort Fantastic Four #1 en 1961, et ce sera le début de la grande aventure Marvel. La grande idée de Lee c’est que les super-héros doivent être plus « proches » des lecteurs. Ils doivent avoir leurs failles, leurs défauts, ils doivent apparaître comme humains alors même que ce sont des « surhumains ». Ainsi Tony Stark, l’alter ego d’Iron-Man a un sérieux problème d’alcoolisme. Ben Grimm alias la Chose souffre de son physique de « monstre ». Peter Parker alias Spiderman* est un étudiant orphelin, pauvre, binoclard et souffre douleur de son lycée. Matt Murdock (Daredevil) est lui aussi orphelin et aveugle. Donald Blake, dans le corps duquel s’est réincarné Thor, boîte et marche à l’aide d’une canne, etc... Et cette formule révolutionnaire pour l’époque marche du tonnerre puisque très rapidement Marvel surpasse DC et devient l’éditeur le plus lu en matière de comics de super-héros.

Quand Stan Lee a mené Marvel au sommet...

Stan Lee c’est aussi celui qui a instauré la « méthode Marvel » de création : tous les dessinateurs travaillent ensemble au sein d’un studio, Stan Lee écrit la majorité des scénarios mais de manière assez sommaire, puis donne carte blanche aux dessinateurs pour développer les détails de l’histoire et découper les planches à leur guise, avant de reprendre les planches terminées et d’y accoler les dialogues qu’il écrit intégralement. C’est pourquoi de nombreux détails qui font toute la richesse de certains héros incombent souvent plus aux dessinateurs qu’à Stan Lee lui-même. C’est d’ailleurs de là que naîtront plus tard les polémiques sur la paternité de certains personnages et la renommée qu’en a tirée Stan, bien supérieure à celle de ses compères dessinateurs, et le sentiment d’une sorte d’injustice du point de vue de la reconnaissance des mérites de chacun. De là à dire qu’il était dépourvu de talent et profitait de celui des autres, honnêtement je trouve que c’est tomber dans l’exagération opposée. Il n’a évidemment pas créé seul tous ces héros, mais il est le dénominateur commun à toutes les créations Marvel des années 1960, et il aura à chaque fois laissé sa patte sur chacune d’entre elles. Et le moins qu’on puisse faire, c’est de reconnaître sa propension à s’entourer de dessinateurs très talentueux et qui plus est de tirer le meilleur de chacun d’eux !

En compagnie de John Romita Sr

Stan Lee c’était aussi, et je suis même tenté de dire avant tout, un communiquant de génie. Bien plus encore qu’un scénariste de talent ou qu’un formidable raconteur d’histoires. Pour être honnête, je vous mets au défi de lire ses premiers épisodes des X-Men, de Spiderman, de Thor ou des Fantastic Four et de ne pas trouver cela trop verbeux. Mais c’était le style qui marchait alors. Un style daté aujourd’hui. Stan Lee a tenu les rênes de Marvel pendant longtemps, et a écrit de très nombreuses séries de front pendant des années avant de petit à petit passer le flambeau (à son second Roy Thomas pour les Avengers par exemple), faute de temps. Parce que ce qui intéressait encore plus Stan que l’écriture, c’était la promotion de l’univers Marvel (et les mauvaises langues de rajouter « et de sa propre personne »). Stan Lee c’était un homme d’image, qui aimait se mettre en scène personnellement et promouvoir de toutes les façons possibles les super-héros de sa firme. Quand il quitte dans les années 1970 son poste de Rédacteur en Chef de Marvel, c’est pour en devenir l’image publique et l’ambassadeur numéro un dans les médias. Car avec 25 ans d’avance sur le succès des films de super-héros, Stan Lee pressent que c’est au cinéma et à la télévision que se trouve l’avenir de ses personnages.

Stan The Man, prêt à tout pour promouvoir les comics Marvel !!

Il aura du reste vu juste, puisque c’est aussi grâce aux films, à partir du succès du premier X-Men (en 2000), que la firme Marvel va lentement se redresser après des années 1990 catastrophiques (qui l’ont même menée jusqu’à la banqueroute et le rachat par une marque de jouets, Toy Biz) et qu’il va revenir sur le devant de la scène par un biais inattendu : celui de ses caméos au cinéma, au départ une private joke devenue une véritable institution puisqu’il apparaîtra dans chaque film tiré de l’univers Marvel à partir de 2000. Producteur exécutif de toutes les adaptations cinématographiques, invité de prestige sur tous les tapis rouges d’avant-première des films, Stan Lee va redevenir ce qu’il n’a finalement jamais cessé d’être : le symbole de Marvel, et une véritable icône de la Pop Culture.

Au milieu des héros...

Pour ma part, ce que je retiens de lui avec émotion, c’est d’abord et avant toute chose la fameuse mention « Stan Lee présente : » au début de chaque aventure que je lisais gamin dans mes Strange, Titans, Spidey et consorts… Cela faisait pourtant des années qu’il n’écrivait plus les histoires que j’y lisais, mais c’était pourtant son nom qui apparaissait partout, tel le gardien omniscient du temple Marvel…

 

Ce que je retiens aussi, bien que ce soit parfaitement anecdotique, ce sont toutes ses petites expressions maison qu’il collait dans ses comics. Depuis son fameux « Excelsior ! » à son « ‘Nuff Said ! », en passant par toutes ses touches humoristiques et les adjectifs extravagants dont il affublait ses collaborateurs qu’il présentait en première page de ses histoires.

Stan Lee : le sens de la formule

Mais c’est aussi sa bonhomie, son sourire malicieux, son extraordinaire capacité à raconter ses souvenirs de la grande époque de Marvel, ses petites anecdotes qui émaillaient toutes ses interviews et tous les documentaires dans lesquels il est apparu, sa stature de légende des comics, ses caméos rigolos dans les films… Stan Lee c’est tout ça et bien plus encore. De par sa longévité et son dynamisme sans faille, alors même qu’il n’avait plus rien produit de marquant dans le domaine depuis des décennies, il était et est resté jusqu’au bout, la figure tutélaire des comics de super-héros.

 

C’était devenu une habitude autant qu’un petit plaisir personnel pour moi de suivre régulièrement son compte twitter où il apparaissait parfois en vidéo pour y raconter de vieux souvenirs, et où étaient postés de temps en temps de vieux documents d’époques, des photos marrantes, des extraits de pubs incroyablement kitsch des années 70… encore un petit plaisir qui disparaît…

Sur tous les fronts !

Avec Stan Lee c’est une icône de la Pop Culture qui s’éteint, et un peu le grand-père qu’on aimait bien écouter raconter ses vieilles histoires qui s’en va. Thank you mister Stan Lee, pour avoir été à l’origine d’un univers qui m’aura offert tant de bons moments de lecture. Vous allez beaucoup manquer.

Bye Stan...

* Spiderman qui a d’ailleurs perdu ses deux papas cette année, puisque Steve Ditko, le tout premier dessinateur du tisseur et celui qui a créé son costume qui ne s’est jamais démodé depuis, est décédé lui aussi, le 29 juin 2018 à 90 ans.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Spooky 10/12/2018 17:41

Beau papier, qui me semble très juste. J'ai sincèrement été touché par sa disparition -au point de mal prendre certaines remarques déplacées lorsque je l'ia annoncée sur facebook. Bye Stan the Man!

Stéph 11/12/2018 09:40

Merci pour ton commentaire Spooky. Moi aussi ça m'a touché de voir le grand Stan Lee tirer sa révérence. C'était une de mes plus anciennes références culturelles mine de rien, son nom hantait mes lectures de môme déjà...
Tu sais les remarques déplacées à son sujet, il les subissait de tout temps. Je laisse ça à ceux à qui ça fait du bien de dire du mal, à leur place quelque part le long du caniveau. La plupart de ceux qui crachent sur le vieux Stan savent-ils seulement vraiment de quoi ils parlent ? Personne n'a dit qu'il était parfait, lui le premier.
J'ai lu un bouquin extra (que je finirai bien par chroniquer ici un jour, qui raconte les coulisses de Marvel du point de vue des hommes et des femmes qui y travaillaient. Quand c'était la dèche comme quand le succès a pointé son nez. Ça désacralise autant que ça relativise les choses, mais surtout ça humanise cet univers du comics. Je le conseille fortement, il s'agit de Marvel Comics : l'Histoire Secrète de Sean Howe. L'auteur y aborde l'envers du décor, les rapports humains entre les différents collaborateurs, les joies et les peines, les amitiés et les conflits.
Et je répète la conclusion de mon article : Stan Lee, avec ses qualités et ses défauts, me manquera.