Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Moleskine et Moi
  • Moleskine et Moi
  • : de la Pop Culture, un peu d'actualité, pastafarismes et autres petites choses...
  • Contact

Attention !

Avant de lire les notes que je fais sur les films que je vois et les bd que je lis, sachez que dans mes commentaires il m'arrive parfois de dévoiler les histoires et les intrigues. Ceci dit pour les comics, je n'en parle que quelques mois après leur publication, ce qui laisse le temps de les lire avant de lire mes chroniques.
Bon surf !

Recherche

Série(s) en cours

​​​​

 

9 février 2006 4 09 /02 /février /2006 16:49

Personne n’aura pu y échapper ces derniers jours, l’affaire des caricatures de Mahomet a déchaîné les passions. La douzaine de dessins du prophète de l’Islam venus du Danemark font parler d’eux. D’un côté il y a ceux qui considèrent qu’il s’agit d’une injure aux musulmans et qui condamnent ces dessins et tous les journaux qui les ont publiés, de l’autre il y a ceux qui refusent de sacrifier la liberté d’expression, la liberté de la presse, et je pousserais même jusqu’à dire la liberté de penser (et le premier qui me parle de Florent Pagny prend la porte), à l’autel de la religion et de ses valeurs « sacrées ».

Hier, un numéro spécial de Charlie Hebdo sur le sujet est paru, reprenant lui aussi dans ses pages les-dites caricatures, et surtout commentant fort pertinemment la situation actuelle. Ça faisait un bail, ça remonte à mes années étudiantes en fait, que je n’avais plus lu un Charlie Hebdo. Mais là je me suis fait un devoir de l’acheter et de le lire, pas dans un esprit de provocation (notre président Chirac qui taxe le journal de provocateur ferait bien mieux de le lire avant de se lancer dans un énième discours démago et politiquement correct, surtout sur un sujet d’une importance capitale), mais bel et bien comme un symbole de Résistance.
Résistance face aux fanatiques de tous genres et de toutes obédiences, qui placent leurs règles religieuses au-dessus des lois de la République. Ceux qui répondent à un dessin par des appels au meurtre ne méritent même pas la parole, pourtant on relaie bien dans les médias les discours de ces éberlués qui se partagent un cerveau pour 10 000, alors qu’on peine à entendre ceux qui voudraient juste revendiquer leur droit à dire NON à tout ça.

Une du numéro spécial du 8 février 2006
Au nom du respect des croyances et de la liberté de culte, il faudrait interdire, voire condamner et punir selon certains, des caricaturistes. C’est à tomber par terre tellement ça me semble aberrant. Quelle religion respecte comme ses égales les autres religions ? Quelle est la religion qui ne pense pas être sur le seul et unique « bon chemin » contrairement à toutes les autres ? Quelle est la religion qui ne cherche pas à convaincre ceux qui ne sont pas ses adeptes qu’elle est la seule valable, la seule vraie voie à suivre et que le reste n’est que sornettes et blasphème ? Quelle religion prône… la liberté de culte ?!

Le seul concept qui permet cela n’est évidemment pas une religion. C’est le principe de la République laïque. Elle assure à chacun le droit d’adhérer à la croyance de son choix, et garantit l’égalité des individus qu’ils soient catholiques, juifs, musulmans, athées, agnostiques ou que sais-je encore.
On ne peut pas imposer à un État laïc de vivre en respectant les règles (et interdictions) des religions, quelles qu’elles soient. Ne pas représenter Mahomet, ne pas manger de viande le vendredi, ne pas travailler le samedi… et pourquoi pas aussi interdire les transfusions sanguines comme le professent les témoins de Jéhovah ? Si on met le doigt dans l’engrenage, il n’y a plus de limite, il ne faut en aucun cas et pour aucune raison jouer le jeu des dogmes.

Les croyances ne doivent pas être affaire de société, encore moins de politique, elles doivent rester d’ordre privé et personnel. Malheureusement de plus en plus souvent elles s’immiscent là où elles ne devraient pas avoir droit de citer. Dans l’État, dans la santé, à l’école.
Et aujourd’hui le secrétaire général de l’Organisation de la Conférence Islamique (regroupant les pays musulmans représentés aux Nations Unies) demande officiellement à l’ONU d’adopter une résolution interdisant toute atteinte aux religions. Ce qui ne serait ni plus ni moins que la mort annoncée de la liberté d’expression et de l’esprit critique. Interdire la publication de dessins de Mahomet (hors toute considération esthétique ou qualitative, je le précise), s’excuser pour une soi-disant « offense » religieuse, limoger le rédacteur en chef de France Soir, c’est déjà un peu capituler devant les menaces, la haine et l’obscurantisme.
C’est pour cela qu’il faut faire front. Se ranger dans la lignée d’un Voltaire, d’un Hugo, d’un Ferry, d’un Jaurès. Pas d’un pape ou d’un mollah.

Attention, comprenons-nous bien, je ne suis pas de ceux qui condamnent les croyants. Au contraire même, il y a depuis toujours un concept qui me fascine, que je trouve très beau et infiniment respectable : la Foi.
La Foi qui révèle le meilleur de nous-mêmes, qui nous fait repousser nos limites dans le bon sens. La Foi qui déplace les montagnes. Je ne l’ai pas, mais j’admire très sincèrement celles et ceux qui l’ont. Ils représentent à mes yeux des oasis de pureté, conscients de leur fragilité et pourtant solides comme des rocs.
C’est pourquoi je fais bien la distinction entre Foi et religion. Car la religion n’est selon moi rien d’autre que le revers de la médaille de la Foi, le pendant néfaste qui autorise tous les excès, tous les non-sens et toutes les pires absurdités au nom d’une loi dite de Dieu, alors qu’elle a été rédigée, lue et interprétée par des hommes. Un moyen d’asservir les esprits pour asseoir le pouvoir d’hommes sur d’autres hommes.

C’est dans ce sens que je trouve qu’il faut défendre envers et contre tout la liberté de la presse, si durement acquise dans nos contrées. Ne pas céder face à ceux qui veulent mélanger politique et religion. Se battre pour la liberté d’expression et l’esprit critique, pas pour des croyances. Comme l’a très bien dit Richard Malka (avocat mais aussi auteur de BD telles que L’Ordre de Cicéron ou Section Financière) dans l’émission Culture et Dépendances de France3, il faut surtout se garder de légiférer dans le but de ménager des susceptibilités communautaires, ce serait sans fin et surtout ce serait faire fausse route. L’enfer est pavé de bonnes intentions il paraît. J’ajouterai à cela qu’à mes yeux la loi de la République doit concerner l’homme au sens universel du terme, pas l’homme en tant que composant de différentes communautés strictement délimitées et étanches au reste de la société.

Alors quand hier je suis allé acheter à midi mon Charlie Hebdo, et que le vendeur du kiosque à journaux m’a dit s’être fait littéralement dévalisé dès l’ouverture, j’ai repris un peu confiance en notre société. Après deux Maisons de la Presse et une demi-douzaine de vendeurs de journaux, il a fallu que j’envoie une charmante émissaire récupérer le dernier exemplaire dans un tabac-presse d’un petit village paumé. Sur l’agglomération colmarienne c’était impossible de dégotter un Charlie Hebdo à vendre passé 10 heures du matin.

Je trouve ça réconfortant de voir que nous sommes encore nombreux à vouloir faire comprendre que la Liberté des uns ne s’arrête pas là où commence la religion des autres.
Amen.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Stéph 11/02/2006 14:29

Juste une dernière chose qui me semble très importante par rapport à ce que Elveen et Toxic ont dit:"pour une personne qui comme toi, fait cet achat comme un acte de défense de la liberté d'expression, combien l'ont acheté en pensant "Alors, voyons voir à cause de quoi ils nous font chier ce coup-ci, ces bougnoules" ?"et"Et ne viens pas dire que la plupart des gens cherchent une explication et ne se contentent pas de l'image diffusée..."Ceux qui ont acheté Charlie pour voir ces dessins dans cette optique raciste que vous dénoncez (et qui j'ose l'espérer n'est pas le cas le plus courant) en seront pour leurs frais, car le rédactionnel ne laisse pas le moindre doute sur les intentions et le discours du journal. Il dénonce au même degré les fanatiques religieux et les racistes de tout poils. Il les renvoie même dos-à-dos : ce ne sont que les deux faces d'une même pièce : celle de l'intolérance.

Stéph 11/02/2006 14:15

Elveen >> je ne peux vraiment pas te répondre grand chose d'autre que ce que j'ai déjà dit. Lis Charlie Hebdo, et je ne dis pas ça pour te faire changer d'avis, juste parce que de cette façon tu comprendras certainement mieux ma position.Je ne suis pas en train de dire "regardez ces caricatures elles sont géniales", je dis, je redis et je re-redis qu'aucune religion ne doit pouvoir entraver la liberté d'expression par principe. Légiférer pour dire qu'on n'a pas le droit de porter atteinte à une croyance serait extrêmement grave, c'est tout.

Elveen 10/02/2006 22:18

Toxic exprime vraiment bien mon avis, je n'ajouterai donc pas grand chose.
Juste par rapport à ta réponse:
"Quand on dénonce l'Islam des fanatiques (et à travers eux ceux de toutes les autres religions) on n'est pas anti-arabe ou que sais-je encore. L'amalgame est souvent vite fait"
Ben justement, je trouve que ces caricatures font l'amalgame.
Et ne viens pas dire que la plupart des gens cherchent une explication et ne se contentent pas de l'image diffusée...

Stéph 09/02/2006 20:07

Gggggrrr... suite: c'est pourquoi j'engage tout le monde à le lire (tout le monde, y-compris les croyants et pratiquants de toutes religions). Et je voulais juste ajouter aussi que religion et race ce n'est pas la même chose, on peut être contre la religion sans être raciste. Quand on dénonce l'Islam des fanatiques (et à travers eux ceux de toutes les autres religions) on n'est pas anti-arabe ou que sais-je encore. L'amalgame est souvent vite fait, et c'est dommage car forcément ça biaise tout le dialogue (déjà difficile à maintenir comme ça). Bon bref, il y aurait encore beaucoup à dire, mais j'aifaim là !! ;o)

Stéph 09/02/2006 20:01

Toxic >> Je comprends toutes les réserves que tu apportes sur les caricatures que publie Charlie Hebdo. Et je suis évidemment d'accord à 100% avec toi quand tu dis que publier des dessins racistes sous couvert de liberté d'expression est répréhensible par la loi. Mais c'est faire un faux procès à Charlie pour le coup, et tous ceux qui ont lu les esplications des journailstes qui accompagnent les caricatures s'en rendront compte. On ne peut pas sérieusement taxer Charlie Hebdo de racisme, tu en conviendras toi qui es un de leur fidèle lecteur. Ensuite tout le monde semble se focaliser sur le fameux Mahomet avec une bombe dans le turban. Parce que c'est je suis d'accord la plus borderline. Personne ne vient dire que franchement pour la plupart des autres il n'y a pas de quoi monter au créneau (mais chacun son interprétation aussi, d'accord).Charlie a publié les caricatures pour que chacun puisse juger de visu à mon avis (et évidemment comme c'est le sujet du moment ça fait vendre, mais tant qu'à vendre autant le faire sur des sujets aussi importants que la liberté de la presse et de la pensée si tu veux mon avis. Il faut arrêter de cracher sur tout dès que ça se vend, et je reste persuadé que l'intention première de Charlie est vraiment de parler de liberté, pas de faire des ventes mirobolantes, maintenant si ça va avec tant mieux pour eux), et pour qu'on arrête aussi de parler dans le vide, sans savoir de quoi il en retourne exactement. Du vrai journalisme quoi.Et justement il y a aussi la genèse de l'affaire qui est expliquée, le pourquoi du comment des dessins. Y-compris du fameux "Mahomet à la bombe". C'est une des visions de l'Islam en occident, l'Islam guerrier et aveuglément violent, il ne s'agit pas de le généraliser, il s'agit de le dénoncer. Je trouve les terroristes se réclamant du Prophète bien plus choquants que ce dessin (qui peut effectivement heurter si on ne prend pas la peine d'en parler et de s'expliquer dessus.) Mais bon, je ne vais pas paraphraser ce qui est écrit bien mieux et bien plus clairement dans Charlie, c'est pourquoi j'engage